Dernières Infos

Une nouvelle étude laisse craindre un nouveau tsunami au Japon

Le pire cas de figure possible évoque un tsunami de 35 mètres

Une vague géante de 35 mètres pourrait submerger les côtes japonaises en cas de violent tremblement de terre, estiment des scientifiques japonais, qui ont revu à la hausse leurs prévisions en matière de tsunami après la catastrophe du 11 mars 2011.



En cas de séisme de magnitude 9 provenant de la fosse de Nankai au sud-ouest des côtes du Japon, des portions immenses des régions côtières pourraient être submergées, avec des vagues de plus de vingt mètres s’abattant de Tokyo à l’île de Kyushu (sud-ouest), a indiqué ce panel de scientifiques qui dépend du cabinet du Premier ministre.

Dans la ville de Kuroshio, dans la préfecture de Kochi (sud-ouest), le tsunami pourrait atteindre 34,4 mètres, selon les calculs de ce panel, présentés dans un rapport publié samedi soir. La vague qui frapperait la centrale nucléaire de Hamaoka –actuellement hors service– dans la préfecture de Shizuoka (centre), d’une hauteur maximale de 21 mètres, passerait par-dessus la digue de 18 mètres qui est en train d’être construite, soulignent les scientifiques.

Lors de ses projections précédentes, qui datent de 2003, le panel avait livré un scénario de « pire cas de figure », qui disait qu’aucun endroit au Japon ne pouvait être frappé par une vague de plus de 20 mètres.

Dans leur rapport, les scientifiques nippons soulignent que leur scénario évoque « le pire des tsunamis possibles » et que « sa possibilité est extrêmement faible ». Le gouvernement va se baser sur les conclusions de ces recherches pour élaborer des mesures d’urgence, a ajouté le panel.


L’est du Japon reste une zone très sensible :

Un avis de risque de tsunami a été émis pendant quelques heures, dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 juillet 2014, dans le nord-est du Japon, après un violent séisme au large de Fukushima, le site de la centrale nucléaire accidentée en 2011.

Une forte secousse de magnitude 6,8 s’est produite samedi vers 4h20 (vendredi 21h20 à Paris) au large des côtes de Fukushima à une profondeur de 10 kilomètres, a précisé l’agence de météorologie nippone.

Une montée des eaux de 20 cm a été mesurée moins d’une heure après le séisme à Ishinomaki, la ville côtière la plus meurtrie il y a trois ans et demi, puis l’alerte a été levée vers 6h15 (23h15 à Paris).

sourceS : http://www.lepetitjournal.com/ / http://www.lemonde.fr/

(327)

Laissez un message