Dernières Infos

Un monde sous menace d’une guerre nucléaire

Un missile atteindrait Paris « en 200 secondes », à la télévision russe la propagande passe à la vitesse supérieure. Faut-il se préparer à une troisième guerre mondiale ? À en croire la propagande de la télévision d’État russe, l’hypothèse n’est pas à prendre à la légère. Des images glaçantes montrent les journalistes s’amuser d’une possible attaque nucléaire et calculer le temps de trajet d’un missile entre Kalingrad et Paris.

Les analystes russes sont passés à la vitesse supérieure. Ces dernières heures, les débats tournent autour d’une potentielle « troisième guerre mondiale » et de possibles « attaques nucléaires » russes.

« L’idée que tout se termine par une attaque nucléaire me semble être le scénario le plus probable, à mon grand désarroi, mais c’est inévitable », a notamment déclaré Margarita Simonian, la responsable de la chaîne d’information Russia Today, média banni dans l’Union Européenne.

« On repartirait sur une page blanche »
« Un missile Starmat et c’est réglé, il n’y a plus d’îles britanniques », réplique un autre intervenant. « Vous comprenez que personne n’y survivrait ? Personne sur cette planète », lui répond un présentateur. « On repartirait sur une page blanche », assure alors l’invité.

En écho aux menaces de Poutine
Faut-il prendre ces messages de la télévision d’État russe pour argent comptant ? Est-ce une forme de bluff visant à dissuader les Occidentaux à venir en aide à l’Ukraine ? Difficile à dire pour le moment. Mais ces messages font écho aux déclarations de Vladimir Poutine ce mercredi.

« Si quelqu’un souhaite s’ingérer dans les événements actuels, un tiers, alors ils doivent savoir qu’ils créeront une menace géopolitique pour nous, avait-il prévenu. Ils doivent savoir qu’il y aura une frappe de réponse rapide. Nous avons pour cela tous les instruments, des instruments que personne n’a aujourd’hui. Nous utiliserons ces outils si c’est nécessaire. Et je souhaite que tout le monde le sache. »

Vidéos de missiles en fond de plateau, la présentatrice liste ensuite le temps qu’il faudrait à un missile Sarmat pour frapper une capitale européenne: « il va de Kaliningrad à Berlin en 106 secondes. De Kaliningrad à Paris en 200 secondes », et jusqu’à Londres « en 202 secondes », explique-t-elle, en montrant ensuite une carte sur laquelle sont représentées les trajectoires de ces armes sur l’Europe.

« Réveillez-vous c’est déjà là. C’est comme ça qu’il faut leur parler ils ne comprennent que ça », lance l’homme.
D’autres alertes sur une attaque nucléaire
Des promesses d’attaques et avertissements quant à une Troisième Guerre mondiale sont régulièrement faites sur les plateaux de télévision russes. « L’opération spéciale russe en Ukraine s’est transformée en ce que l’on peut facilement qualifier de Troisième Guerre mondiale, c’est tout à fait clair », déclarait mi-avril la présentatrice de 60 minutes Olga Skabeïeva, tandis qu’un de ses invités appelait à bombarder Kiev.

Mais il est difficile de savoir à quel point ces discours appelant à accentuer la guerre entrent dans la propagande du Kremlin, dans un bluff à destination des pays occidentaux soutenant l’Ukraine, pour qu’ils arrêtent de venir en aide à Kiev. Vladimir Poutine laisse en effet planer le doute quant à l’emploi de ces armes.

L’agence de renseignement américaine CIA a déjà alerté sur le risque de guerre nucléaire, déclarant mi-avril qu’il ne fallait pas « prendre à la légère la menace que représente le recours potentiel à des armes nucléaires tactiques » ou « de faible puissance » par le président Poutine s’il devait « sombrer dans le désespoir » face aux échecs de son armée.

sources : https://www.midilibre.fr/ / https://www.bfmtv.com

(281)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :