Dernières Infos

Un monde dont l’intelligence artificielle va rendre des décisions de justice

Selon le site Wired, le gouvernement estonien serait en train de développer une intelligence artificielle qui sera habilitée à gérer, de façon autonome, des affaires de délits mineurs.

Le futur est déjà là et en Estonie, le gouvernement compte bien se positionner comme un pionnier en matière d’intelligence artificielle, en lui octroyant un rôle de premier plan dans le fonctionnement de ses institutions.

En effet, d’après le média américain Wired, le pays balte serait en train de développer une intelligence artificielle qui sera capable d’arbitrer, de façon autonome, les affaires de délits mineurs concernant des faits dont les dommages sont en dessous de 7000 euros. Elle devra donc juger, par elle-même, de la culpabilité ou non d’une personne. Évidemment, un humain pourra toujours faire appel de la décision de la machine.

legal computer judge concept, robot with gavel,3D illustration.

Si cette nouvelle intrigue par son originalité, ce serait bien la première fois que l’intelligence artificielle aura cette responsabilité de juger une personne, sans intervention humaine. Par ce biais, les autorités estoniennes cherchent à alléger la charge de travail des juges et des greffiers pour leur permettre de se concentrer sur des affaires plus complexes.

Développée par Ott Velsberg, un étudiant de 28 ans engagé par le gouvernement en tant que « directeur des données », l’intelligence artificielle s’appuiera sur l’analyse des textes légaux et sur les informations mises en lignes par les deux parties en conflit sur une plateforme dédiée. Cette nouvelle technologie devrait entrer en vigueur d’ici la fin de l’année.

Si ce sera une première mondiale de voir l’intelligence artificielle rendre la justice de façon autonome, ce n’est pas la première fois qu’elle se met à son service. Aux Etats-Unis, la justice travaille avec elle dans plus de 60 juridictions dans lesquelles elle a seulement un rôle de conseil dans certaines affaires.

Par ailleurs, l’Estonie développe également 13 autres systèmes d’intelligence artificielle directement intégrés dans la fonction publique, à l’image du Pôle Emploi local où le demander d’emploi s’adresse à un logiciel. Le pays balte a fait de la digitalisation de ses institutions une priorité depuis le début des années 2000 et ses 1,3 million d’habitants possèdent une carte d’identité numérique leur permettant de payer leur impôt ou de voter en ligne.

source : https://www.demotivateur.fr

(119)

Laissez un message