Dernières Infos

Mars a connu des fleuves plus larges que le Mississippi dans un passé lointain

Les scientifiques ont découvert que Mars a connu d’énormes rivières ou fleuves plus larges que le Mississippi qui s’écoulaient jusqu’à il y a environ un milliard d’années. Bien plus-tard la planète rouge a commencé à perdre son atmosphère, ce qui suggère un « mécanisme inconnu » de précipitations, puis le climat s’est asséché.

Les preuves démontrent fortement que Mars avait autrefois de l’eau en grande quantité à sa surface. Les caractéristiques géologiques montrent que la terre martienne a été sculptée par des eaux vives. Les rovers de la NASA ont apporté des preuves à l’appui d’un ancien climat humide, notamment une roche martienne avec des minéraux argileux. Les recherches ont montré qu’il y a environ 4 milliards d’années, la planète avait suffisamment d’eau pour recouvrir sa surface d’un océan de 140 mètres de profondeur qui aurait recouvert la moitié de l’hémisphère nord de Mars.

On pense également que Mars a eu des systèmes fluviaux et des inondations majeures qui auraient creusé des canyons.

Cependant, l’eau a en grande partie disparu lorsque Mars a vu son atmosphère disparaître. On ne sait pas exactement pourquoi et quand cela s’est produit, mais le vent solaire a du souffler l’atmosphère. Finalement, l’eau s’est évaporée dans l’espace.

Dans une étude publiée dans Science Advances, des chercheurs ont mené une étude complète de Mars pour examiner les anciens fleuves qui existaient auparavant. Ils ont utilisé des données d’imagerie pour calculer l’intensité du ruissellement des rivières, ainsi que la taille des canaux.

Les résultats ont montré que les rivières de Mars étaient plus larges que celles trouvées sur Terre. « Le plus grand fleuve de notre base de données a une largeur d’environ un kilomètre, ce qui est plus large que le Mississippi à Saint-Louis », a déclaré l’auteur de l’étude, Edwin Kite, de l’Université de Chicago. Le taux de ruissellement, c’est-à-dire la quantité d’eau qui entre dans un système hydrographique, était compris entre 3 et 20 kg par mètre carré et par jour. Cela représente entre 8 et 50 piscines d’eau au kilomètre carré par jour.

La taille du fleuve et le taux de ruissellement ont duré entre 3,6 à 1 milliard d’années – et probablement plus longtemps.

«Nous nous attendions à ce que les fleuves à un stade avancé soient plus étroits (pour une aire de drainage) que les rivières à un stade précoce, mais nous n’avons trouvé aucune preuve. Par conséquent, le ruissellement intense causé par le climat a persisté de manière surprenante vers la fin de l’histoire de Mars », a déclaré Kite.

Cette constatation a plusieurs conséquences. Cela pourrait signifier que les dates qui sont actuellement acceptées de l’existence de ces fleuves et rivières sont erronés, que les processus de disparition de l’atmosphère à un stade avancé ont été plus rapides que prévu, ou qu’un autre mécanisme permettait des précipitations dans des conditions de basse atmosphère. Lequel de ces trois scénarios est le plus probable n’est pas encore clair – et le restera sans autre recherche, a déclaré Kite.

« Le défi est de savoir comment expliquer ce scénario humide précoce de l’histoire martienne », a-t-il déclaré. «Mars étant plus éloignée du soleil que la Terre, elle devrait être généralement plus froide et son atmosphère ne devrait pas être en mesure de maintenir facilement de l’eau liquide. Le fait que cet article et d’autres confirment l’existence d’un cycle hydrologique actif précoce sur Mars montre à quel point nous savons peu de choses sur l’évolution du climat martien et, plus important encore, sur l’évolution de son habitabilité.  »

Adaptation La Terre du Futur

Source : https://www.newsweek.com

(101)

Laissez un message