Dernières Infos

Preuve évidente d’une explosion atmosphérique d’une comète à basse altitude au-dessus du désert d’Atacama il y a environ 12 000 ans

Découverte: de mystérieux éclats de verre vert foncé ou noir éparpillés dans le désert d'Atacama au Chili ont été créés par l'explosion d'une comète. Credit Brown University

Découverte de vastes plaques de roche vitrifiée dans le désert chilien probablement créées par l’explosion d’une comète. La chaleur dégagée par l’explosion d’une comète juste au-dessus du sol a pétrifié le sol sablonneux en plaques de verre qui s’étendant sur 75 kilomètres, selon une étude dirigée par des chercheurs de l’université Brown.

Il y a environ 12 000 ans, quelque chose a brûlé une vaste étendue du désert d’Atacama au Chili avec une chaleur si intense qu’elle a transformé le sol sablonneux en dalles de verre. Aujourd’hui, une équipe de chercheurs qui étudie la distribution et la composition de ces verres est parvenue à une conclusion sur la cause de ce brasier.

Dans une étude publiée dans la revue Geology, les chercheurs montrent que les échantillons de verre du désert contiennent de minuscules fragments de minéraux que l’on trouve souvent dans les roches d’origine extraterrestre. Ces minéraux correspondent étroitement à la composition des matériaux ramenés sur Terre par la mission Stardust de la NASA, qui a échantillonné les particules d’une comète appelée Wild 2. L’équipe conclut que ces assemblages de minéraux sont probablement les restes d’un objet extraterrestre – très probablement une comète dont la composition est similaire à celle de Wild 2 – qui a fondu après l’explosion de cette surface sablonneuse.

« C’est la première fois que nous avons des preuves claires de la présence sur Terre de verres créés par le rayonnement thermique et les vents d’une boule de feu ayant explosé juste au-dessus de la surface », a déclaré Pete Schultz, professeur émérite au département des sciences de la Terre, de l’environnement et des planètes de l’université Brown. « Pour avoir un effet aussi spectaculaire sur une zone aussi étendue, il s’agissait d’une explosion vraiment massive. Beaucoup d’entre nous ont vu des boules de feu de bolides sillonnant le ciel, mais ce sont de minuscules blips comparés à celui-ci. »

L’analyse a permis de trouver des minéraux appelés zircons qui s’étaient décomposés thermiquement pour former de la baddeleyite. Cette transition minérale se produit généralement à des températures supérieures à 1650 degrés Celsius – bien plus chaudes que celles qui pourraient être générées par des feux de brousse, explique Schultz.

Selon les chercheurs, l’analyse a également révélé des assemblages de minéraux exotiques que l’on ne trouve que dans les météorites et autres roches extraterrestres. Des minéraux spécifiques comme la cubanite, la troïlite et les inclusions riches en calcium et en aluminium correspondent aux signatures minérales d’échantillons de comètes récupérés lors de la mission Stardust de la NASA.

« L’analyse des échantillons a révélé une minéralogie compatible avec une origine cométaire. »

« Ces minéraux sont ce qui nous dit que cet objet a toutes les marques d’une comète », a déclaré Scott Harris, géologue planétaire au Fernbank Science Center et co-auteur de l’étude. « Avoir la même minéralogie que celle que nous avons vue dans les échantillons de Stardust entraînée dans ces verres est une preuve vraiment puissante que ce que nous voyons est le résultat d’une explosion cométaire. »

D’autres travaux doivent être menés pour établir l’âge exact des verres, ce qui permettrait de déterminer exactement quand l’événement a eu lieu, dit Schultz. Mais la datation provisoire situe l’impact juste au moment où les grands mammifères ont disparu de la région.

« Il est trop tôt pour dire s’il y a eu un lien de cause à effet ou non, mais ce que nous pouvons dire, c’est que cet événement s’est produit à peu près au même moment que la disparition de la mégafaune, ce qui est intriguant », a déclaré Schultz. « Il est également possible que les premiers habitants, qui venaient d’arriver dans la région, en aient été témoins. Cela aurait été un sacré spectacle ».

Schultz et son équipe espèrent que des recherches plus approfondies pourront contribuer à limiter le moment de l’impact et à faire la lumière sur la taille de l’impacteur. Pour l’instant, Schultz espère que cette étude aidera les chercheurs à identifier des sites d’explosion similaires ailleurs et à révéler le risque potentiel posé par de tels événements.

La comète Clovis ?

L’hypothèse de l’impact cosmique du Dryas récent, appelée aussi hypothèse de la comète de Clovis, est une théorie controversée qui lie une extinction massive et la disparition de la culture Clovis à un impacteur qui touche la Terre à l’ultime fin de la dernière période glaciaire. Cependant les preuves s’accumulent et démontrent un impact au niveau planétaire il y a 12700 ans :

Articles de Terra Projects sur le sujet

Adaptation Terra Projects

Sources : https://wattsupwiththat.com/ / https://fr.wikipedia.org/

(2332)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :