Dernières Infos

Périodicité surprenante

Une éruption volcanique de forte ampleur peut influencer le climat d’une façon importante pour plusieurs années. Bien que les éruptions elles-mêmes ne soient cependant pas prévisibles, on peut avoir une idée sur l’effet sur le climat. Benjamin Franklin (1706-1790) a été le premier à voir que les éruptions volcaniques ont un impact sur le climat avec l’hiver rigoureux de 1783-1784 causé par l’éruption de l’Eldeyjar et du Jökull d’Islande. Au Sud de la France on voyait les étoiles qu’à seulement au dessus de 40° de hauteur angulaire par rapport à l’horizon. Mais si ces éruptions volcaniques correspondaient à des grands refroidissements du passé tout en étant influencées par notre propre satellite…

 

Voici quelques dates de grandes éruptions :

Le Santorin : 1642 av JC / Kelut (Indonésie) : 1586 / Pérou : 1600 / Lakagigar (Islande) : 1783 / Unzeb (Japon) : 1792 / Tambora (Indonésie) : 1815 / Krakatau (Indonésie) : 1883 / la montagne pelée (martinique) : 1902 / Le Mont st helens : 1980  / Colombie : 1985 / Pinatoubo (Philippines) : 1991

Les conséquences du volcanisme

En raison de la diversité des phénomènes liés au volcanisme, les conséquences d’une activité volcanique peuvent être nombreuses, aussi bien pour la vie humaine que pour les biens ou l’environnement.

Les préjudices humains :

Pour l’homme, les principales menaces liées au volcanisme sont les nuées ardentes, particulièrement meurtrières, les lahars, qui peuvent recouvrir rapidement les terrains sous un mètre de boue, et les tsunamis, notamment parce qu’ils peuvent frapper des populations situées sur un littoral loin d’un volcan, donc non préparées à ce genre de situation.
Dans une moindre mesure, les autres manifestations du volcanisme sont également dangereuses pour l’homme : chutes de tephra, glissements de terrains, émanations de gaz toxiques et coulées de laves.
Les conséquences du volcanisme sont d’autant plus grandes que la plupart des volcans sont situés dans des pays en voie de développement. Ces pays n’ont, en effet, pas les moyens de mettre en place une politique de prévision des éruptions et de prévention systématique du risque volcanique.

Les préjudices climatiques :

Voici un lien qui démontre les effets des volcans sur les températures des hémisphères terrestres :http://la.climatologie.free.fr/volcan/volcan2.htm

L’activité volcanique rejette notamment du CO2 et de l’acide sulfurique sous forme de gouttelettes. Les rejets de cendres peuvent atteindre des millions de tonnes jusqu’à plusieurs kilomètres d’altitude.
Toutes les éruptions volcaniques ont des effets sur le climat de l’échelle locale à régionale. Certaines d’entre elles, particulièrement importantes, rejetent des poussières dans la stratosphère (au-delà de 13 km d’altitude) et modifient le climat planétaire pendant quelques mois. Dans ce cas, ce phénomène crée une couverture atmosphérique opaque qui filtre la luminosité et la chaleur qui vient du soleil. Ceci peut entraîner un refroidissement du climat comme le volcanisme intense d’une centaine de milliers d’années qui a eu lieu lors de l’extinction des dinosaures.

Variation de l’activité volcanique depuis 400 ans. Notons que les périodes de fortes activités tendent à refroidir les basses couches de l’atmosphère.

En 1450 av. JC, l’éruption volcanique de Santorin en mer Egée va mettre en suspension de telles quantités de poussières que durant l’été qui suit en Europe et au Proche Orient, le ciel reste voilé et la température baisse d’environ 0,5°C.
Récemment, l’éruption du Pinatubo philippin en 1991 a entraîné des projections jusqu’à 35 km d’altitude. Deux mois après l’explosion, plus de 40% d’une bande intertropicale entre 30°N et 20°S était recouverte par les aérosols, entraînant une baisse moyenne de la température de la planète entre 0,1 et 1°C. Les volcans indonésiens Krakatoa (1883), Augun (1963), le mont Saint Helens (1980) aux Etats-unis et le volcan mexicain El Chichòn (1982) eurent les mêmes effets (G. JACQUES, H. LE TREUT, 2004).

On pourra comparer ce graphique ci dessus au lien suivant :

http://glaciers.climat.free.fr/PAG/Petit_age_glaciaire.html

On parle de périodes climatiques cyclique dûes à des intensités solaires, mais on peut parler de volcanisme cyclique également.

Des éruptions violentes et périodiques

Les démarrages des principaux paroxysmes rapportés depuis 1863 (Le Capitaine Cook en 1774 observa une montagne en forme de pyramide apparemment sans activité) semblent animés d’une certaine périodicité (1863, 1892, 1908, 1922, 1939, 1960…).

Les éruptions volcaniques importantes coïncident
avec les extinctions de masse semblent aggraver le processus.

Il existe une certaine périodicité volcanique qui peut expliquer certains refroidissements, eux mêmes cycliques. Il résulte des travaux de MT Espin, qui a recueilli et classé des données relatives aux époques des tremblements de terre et éruptions volcaniques, que ces phénomènes présentent une périodicité de 8 à 9 ans environ. Cet intervalle se rapproche de la période de révolution du périgée de la Lune, et même en poussant plus loin les recherches, on a trouvé que l’activité volcanique est plus grande quand la déclinaison positive du périgée est maxima. Ainsi la Lune pourrait être responsable également d’éruptions volcaniques qui eux mêmes influencent sur le climat.

Voici le topic ouvert pour l’occasion : La lune et le Volcanisme

sources : http://la.climatologie.free.fr/volcan/effetvolcan.htm / http://www.la-terre.net/article.php3?id_article=66 /http://www.prim.net/citoyen/definition_risque_majeur/dossier_risq_volcanique/lerisquevolcanique.htm / http://www.notre-planete.info/geographie/climatpasse_0.php / http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier473-6.php /http://www.dinosoria.com/cinq.htm / http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.59/0195/100/536/0/0

(285)