Dernières Infos

L’histoire depuis 50 000 ans du débit du courant océanique européen fournit de nouveaux indices sur l’évolution du climat

Pixabay License

De 50 000 à 15 000 ans, au cours de la dernière période glaciaire, le climat de la Terre a oscillé entre des périodes plus froides et plus chaudes, ponctuées par des événements occasionnels et spectaculaires de fonte des glaces.

Des recherches antérieures ont suggéré que ces oscillations étaient probablement influencées par des changements dans la circulation méridienne de retournement de l’Atlantique (AMOC), un ensemble de courants qui transportent les eaux chaudes et tropicales vers l’Atlantique Nord, où elles se refroidissent, coulent et repartent vers le sud. Cependant, le rôle précis joué par l’AMOC dans les anciennes fluctuations climatiques n’était pas clair.

Le courant de la frontière orientale glaciaire de l’Atlantique Nord (GEBC), avec une force maximale pendant les interstadials Dansgaard-Oeschger

Toucanne et al. ont reconstitué le flux historique d’un courant clé dans la partie supérieure (le flux vers le nord) de l’AMOC, le Glacial Eastern Boundary Current (GEBC), jetant une nouvelle lumière sur la façon dont l’AMOC peut entraîner des changements soudains dans le climat.

Le GEBC a circulé vers le nord le long de la marge continentale de l’Europe pendant la dernière période glaciaire (il persiste aujourd’hui sous le nom de courant de pente européen). Pour mieux comprendre le rôle du GEBC dans l’AMOC, les chercheurs ont prélevé six carottes de sédiments du fond marin au large des côtes françaises. L’analyse de la taille des grains et des niveaux d’isotopes dans les couches de carottes a révélé la force du courant au moment où chaque couche a été déposée, ce qui a permis d’obtenir le premier enregistrement historique haute résolution du courant sur 50 000 ans.

Ce nouvel enregistrement historique montre que le GEBC a circulé plus rapidement pendant les intervalles plus chauds de la dernière période glaciaire, mais qu’il s’est affaibli pendant les périodes les plus froides. La chronologie de ces changements s’aligne bien avec les données précédemment établies sur la vitesse de l’AMOC et le flux de retour vers le sud des eaux profondes à l’ouest.

La comparaison de l’histoire du GEBC avec d’autres données montre également que les événements majeurs de fonte des glaces, au cours desquels les glaciers de l’ère glaciaire ont libéré d’énormes quantités d’eau douce dans l’Atlantique, correspondent à un affaiblissement périodique du courant et de l’AMOC en général.

S’appuyant sur ces résultats, les chercheurs décrivent un mécanisme par lequel le GEBC pourrait avoir transporté de l’eau de fonte glaciaire froide vers le nord et contribué à des changements dans l’AMOC qui pourraient avoir entraîné des oscillations climatiques chaudes-froides dans l’Atlantique Nord.

credit wikipedia

Adaptation Terra Projects

sources : https://www.seanoe.org/ / https://phys.org/

(385)

Laissez un message

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :