Il y a 50 ans, l’Homme marchait sur la Lune, conquête et retombées technologiques

20 juillet 1969 : Neil Armstrong descend les échelons de la fusée et fait les premiers pas sur la Lune. C’est un petit pas pour un Hommemais un bond de géant pour l’humanité ! Ces images et cette phrase de la mission Apollo 11 sont connues dans le monde entier. 

TOUT COMMENÇA AVEC UNE COURSE…
Durant la guerre froide, après celle aux armements, une nouvelle course vit le jour, celle de l’espace. C’est ainsi que le programme Apollo fut lancé le 25 mai 1961 par le président John Fitzgerald Kennedy ayant pour finalité un alunissage. Après l’envoi du premier homme dans l’espace, Youri Gagarine en mars 1962, les États-Unis se devaient de répliquer rapidement.

UNE ÉQUIPE MOTIVÉE ET EXPÉRIMENTÉE
Après de longues années de recherches et plusieurs lancements, la Nasa réussit à envoyer le 16 juillet 1969,à bord de la navette Apollo 11, a première équipe qui allait se poser sur la Lune. Les deux personnes ayant marché sur la lune, Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont été accompagnés par un troisième homme souvent méconnu, Michael Collins, resté dans la navette. Ces derniers, tous des pilotes chevronnés, ont fait leurs armes dans les différentes académies militaires de renoms comme West Point et surtout à la Nasa.

L’arrivée sur la Lune, quatre jours après le décollage, est forte en émotions, car des signaux envoyés par les radars de rendez-vous ont saturé l’ordinateur de bord. Une défaillance qui contraint Neil Armstrong à assurer un alunissage manuel, qui consommera une bonne quantité de carburant. Après ces quelques péripéties, l’équipage restera en tout 21 heures et 30 minutes à la surface de la Lune. Ils ne poseront les pieds, et les roues que pendant une durée de 2 heures, soit la moitié du temps prévu, suite aux aléas de l’arrivée. C’est ainsi que, le 20 juillet 1969, le monde entier vit en direct les premiers pas d’un homme sur la Lune et entendit,sans nul doute, la citation la plus célèbre du 20e siècle : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un pas de géant pour l’humanité ».

Les deux hommes eurent également une mission scientifique qui consistait à mettre en place un sismomètre ainsi qu’un capteur de rayon cosmique, mais surtout à prélever des échantillons lunaires. Mission remplie à merveille, car ils sont rentrés sur la planète bleue avec une vingtaine de kilogrammes de sol lunaire. Sur un excès de joie ou par inadvertance, Buzz Aldrin casse le disjoncteur d’armement du module lunaire. Mais les deux hommes ont pu repartir en utilisant la pointe d’un stylo. Une aventure qui aura duré 195 heures au total et qui se finit sur une touche d’humour : la déclaration à la douane des échantillons lunaires.

Objectif Lune

«Le but premier de la Nasa n’a jamais été d’aller sur la Lune… mais sur Mars! Le satellite de la Terre n’aurait dû être qu’une étape intermédiaire. Mais le président américain de l’époque, John Fitzgerald Kennedy, a préféré jouer la carte de la sécurité et a demandé aux responsables de la Nasa, lorsqu’ils lui ont présenté le projet en 1961, d’annoncer plutôt que l’homme marcherait sur la Lune d’ici à la fin de la décennie, car Mars était une destination beaucoup plus lointaine.

Tout cela se passait en pleine guerre froide, cette période de l’histoire durant laquelle les États-Unis et l’Union soviétique étaient en constante compétition. Or, les Russes avaient déjà envoyé le premier satellite dans l’espace en 1957, ainsi que le premier homme, Gagarine, en 1961. Pour se faire leur place dans la conquête spatiale, les Américains voulaient absolument être les premiers à se poser sur la Lune!

L’équipage de la mission Apollo 8 a été le premier à voler autour de la Lune en décembre 1968. Quelques mois plus tard, en juillet 1969, Apollo 11 s’est posé sur le satellite terrestre et Neil Armstrong a, le premier, marché sur la Lune. Depuis, onze autres astronautes ont eu ce privilège.

Outre la volonté de rivaliser avec les Russes, le but des missions Apollo était d’en apprendre davantage sur la naissance de notre planète et de son satellite. Et dans tous leurs voyages dans l’espace, notamment ceux avec Mars comme objectif, les scientifiques cherchent avant tout à comprendre comment la vie apparaît sur une planète et à savoir si elle se cache ailleurs que sur la Terre.»

Les Retombées

Une conquête qui a coûté une fortune dans le budget des Etats-unis, mais les retombées de cette conquête spatiale ne se dénombrent pas en centaine mais en milliers d’innovations. Certains incrédules pensent que cette belle, magnifique, extraordinaire conquête ne sert à rien, et ils ont tout à fait tort.

Notre quotidien a été bouleversé par l’arrivée de ces nouvelles technologies sorties tout droit d’un film de science-fiction et de fantaisy, comme un film de Tim Burton.

Si la NASA n’aurait pas existé nous serions, sûrement encore, à chercher notre chemin sur une vielle carte délabrée, qui a rendu l’âme depuis maintes années. Alors est arrivé le GPS qui fonctionne grâce aux satellites (3 satellites sont nécessaires)

L’IPhone et la Wii donc Apple et Microsoft n’auraient jamais pu exister sans « l’accéléromètre » et le « gyroscope ».

Plus surprenant encore: si la NASA n’a pas à vraiment inventé la couche-culotte jetable, elle a largement contribué à son amélioration et à sa démocratisation. Tout a sans doute commencé avec Alan Shepard, le premier Américain envoyé dans l’espace dans le cadre du programme Mercury.

Au fond d’un paquet de chips, il y a toujours des miettes de pommes de terre : celles des chips accidentées lors de la mise en sachet. Car, justement, empaqueter les chips sans les briser est un vrai casse-tête.

Mais à la demande d’un fabricant de machines de conditionnement (Rovema), HTG s’est penchée sur la cruciale question de l’emballage des chips (qui peut paraître absurde mais qui ne l’ait pas, au contraire). Selon HTG, faire atterrir une sonde sur une planète, c’est un peu comme… laisser tomber une pomme chips dans un sachet. Il fallait y penser ! Finalement, en 1999 un nouveau système d’ensachage est né chez Rovema. Grâce à lui, les chips ou autres biscuits légers sont emballés de 30 à 50% plus rapidement. Le micro-onde fait aussi partie de ces innovations, et grâce à elle le popcorn a été inventé.

Le revêtement des poêles sont composées de Téflon. Protéger les satellites des chocs de l’espace était au départ la mission du Téflon, en effet, cette matière permet aux éléments extérieurs de glisser. Il a été adapté très tardivement pour les poêles.

Grâce aux matériaux composites, il a été possible d’alléger les avions, les fauteuils roulants, les fusées et de produire des matériaux plus résistants grâce aux alliages.

Steve Jobs n’aurait pas connu un énorme succès car lors du développement du programme Apollo, les langages de programmation n’existaient pas, tout a donc été créé à partir de zéro, écrit à la main sur papier, puis transformé en cartes perforées, avant d’être finalement stocké sur mémoire faite de « cordes » cuivrées. Dont l’achat de 60 % de la production totale de circuit intégrés par la NASA dans les années 60.

La conquête spatiale a sauvé bon nombre de vie depuis l’invention de l’airbag et du détecteur de fumée.

A la base, ce système a été mis en place par des brillants ingénieurs afin d’éviter un accident dramatique (départ de feu) car dans l’espace une légère braise peut avoir de lourdes conséquences, dramatiques.

Les satellites permettent la diffusion de chaîne TV, des téléphones par réseau satellites ont été inventés, de même grâce à ces satellites nous pouvons prévoir le temps qui fera le lendemain (météorologie). Depuis leur orbite, les satellites peuvent observer la Terre. Ils peuvent suivre les déplacements des masses d’air et nous livrer des prévisions météorologiques précises, précieuses et pratiques. Ils peuvent aussi contrôler les humeurs des océans, gérer les ressources halieutiques ou agricoles, suivre les pollutions, contrôler la déforestation… Bref, surveiller notre environnement.

L’amorti de toutes les chaussures de sport ou de raquettes de tennis est une imitation du système d’anti-vibration qui protège les satellites.

(panneaux solaires, perceuse sans fil, bille de latex, fer à lisser, paire de lunettes, appareil dentaire, distributeur de billet de banque, combinaisons)

La médecine n’a pas été bouleversé mais révolutionner !

Les hôpitaux ont pu enfin être stérilisés. Des prothèses firent leurs apparition, en mesure d’aider les patients, comme une béquille.

L’IRM a été améliorée, les fauteuils roulants ont été allégés, tant d’innovations qui rendent la vie plus facile, meilleur pour les patients. Il n’est pas un hôpital qui ne soit pas équipé d’un système de purification d’air, ces systèmes de décontamination furent mis au point pour permettre aux astronautes de respirer un air sain.

Des recherches plus « poussées » sur les pertes osseuses ont été menées grâce à la découverte de l’apesanteur.

Les blocs opératoires d’ambulances ont été « miniaturisés » (Des lentilles pour aveugles, appareils pour les sourds, canne-radar pour aveugle)

Une autre branche de la médecine en a bénéficié : la télémédecine, Opération à distance

Etre léger et prendre peu de place, tout doit être conçu pour cela dans l’espace. C’est le cas d’une petite pompe utilisée dans un laboratoire spatial. Elle servait à injecter des liquides nutritifs pour l’étude de la croissance de végétaux en l’absence de gravité. Puis on l’utilisa à la rescousse… des pandas ! Eh bien, l’une des raisons de cette extinction, c’est le cycle reproductif de la femelle : elle n’est en chaleur qu’une fois par an, ce qui limite les accouplements et les naissances. Ils pensèrent donc qu’en lui injectant des hormones, les femelles pandas pourraient voir leurs périodes de chaleur augmenter, et leurs chances de grossesse aussi. C’est ainsi que la petite pompe a été modifiée et adaptée afin d’être implantée sur le dos des pandas. Là, elle délivre régulièrement une quantité d’hormones suffisantes pour que la femelle panda ait plus de chances d’avoir des petits !

L’Armée utilise ces technologies à des fins militaires …

Espionnage sur les armes nucléaires, drones dans le but d’éviter une nouvelle guerre mondiale. Les gilets pare-balle sont constitués majoritairement de kevlar, utilisé au départ pour les fuselages des avions (de nombreuses coques de bateau en sont aussi constituées).

Biométrie (capteur d’empreintes) : Les capteurs et puces biométriques sont très utiles pour les autorités. La majorité des ordinateurs portables reconnaissent les empreintes digitales, mais dans les années 1980, cette technologie était en phase de test sur la navette spatiale.

Qui dit espace dit bien naturellement satellites. A commencer par les engins militaires. Les grandes puissances mondiales (EU, France, Chine, Russie, Inde …) disposent de toute une flottille de satellites – de reconnaissance, d’alerte, d’interception ou d’écoute – qui sont de véritables espions en orbite (éviter une nouvelle guerre mondiale)

Ce n’est en fait qu’un juste retour des choses, puisque la première fusée balistique, la V2 mise au point par l’ingénieur allemand Wernher von Braun pendant la Deuxième Guerre mondiale, a servi de base à la conception des fusées modernes.

Ce sont d’ailleurs aussi des motifs géostratégiques qui ont, au départ, servi de moteur à la course à l’espace. «Derrière les programmes lunaires, il y avait une énorme compétition militaire, rappelle Claude-Alain Roten. Les Américains craignaient que les Soviétiques installent une base de lancement de missiles sur la Lune, et il leur a fallu montrer qu’eux aussi étaient capables d’y aller.» Cette course est appelée la « course aux étoiles ».

Mais aussi Humanitaires :

Gestion des désastres après de nombreux tremblements de terres, épidémies…

De nombreux transports ont utilisé ces inventions tel que des freins ont été installés sur le TGV (crées à partir de composite de carbone qui se trouve notamment dans les tuyères des propulseurs d’appoint des fusées), de même les avions disposent désormais d’un meilleur système de vol plus efficace (Fly By Wire) .Affichage dans les gares ….

Mais il y a une retombée qu’on ne cite, qu’on ne parle presque pas ou pas du tout, l’espace est un grand vecteur d’emplois avec l’automobile, le navale, l’aéronautique.

Une abondance de personnes travaillent chaque jours, soit ils construisent les coques, soit ils modélisent les navettes, soit ils coordonnent les opérations (de nombreuses école dans le monde : Toulouse, à Houston évidemment …) Une abondance de personnes «font» la conquête spatiale chaque jour.

Cela n’a pas de prix de contribuer à l’avancement technique et humaine.

Nous n’avons pas encore vaincu le sida, le cancer non plus mais nous avons créé des prothèses, des cœurs artificiels mais apporter des technologies afin de les aider. Grâce aux satellites, une sécurité permanente règne sur la Terre afin d’éviter des conflits mais ils peuvent aussi nous ouvrir sur le monde dans le but de vaincre l’illettrisme et le racisme. Une partie de bénéfices durement gagnée par cette conquête pourra financer de tels projets !

Les pas de géant font la science à petits pas !

Toutes ces innovations ne sont que le début, on en est à l’aube !

« Les graines du Passé apportent les fruits du Présent. »

Si nous n’avions pas été sur la Lune, vous ne pourriez pas lire ces lignes actuellement car les technologies qui en découlent n’auraient pas été inventées !

50 ans après, la conquête de la Lune reprend son essor, tout reste à imaginer et à réaliser… La Terre du Futur / Terra Projects sera présente dans ce nouveau challenge.

Adaptation la Terre du Futur / Terra Projects

sources : https://www.maxisciences.com / https://www.cite-telecoms.com / https://www.migrosmagazine.ch / https://www.scribay.com/

(129)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message