Dernières Infos

GravityLight, la lampe révolutionnaire qui pourrait changer la vie des habitants sans électricité

Et s’il existait une lampe qui fonctionnait sans électricité, piles, vent ou encore énergie solaire, qui permettrait d’améliorer la vie de près d’un milliard de personnes dans les pays en développement ? C’est désormais chose faite avec la Gravity Light.

Même si beaucoup pensent que l’électricité est une ressource acquise, et qu’il suffit d’appuyer sur un interrupteur pour allumer la lumière, près d’un milliard de personnes dans le monde n’y ont toujours pas accès. Dès lors, tombée la nuit, nombre d’entre-elles utilisent des lampes à pétrole. Mais ces lampes présentent de nombreux dangers, parmi lesquels des fumées cancérigènes et des risques d’incendies.

Pour remédier à ce problème, une équipe d’ingénieurs du Royaume Uni a imaginé un projet ambitieux : une lampe fonctionnant avec la gravité. Le concept est simple, la GravityLight fonctionne un peu comme une poulie, il faut attacher un poids de 12 kg (un sac de pierre ou de sable par exemple) puis mettre l’appareil en hauteur. De sorte que le poids, en descendant, crée une tension, elle-même convertie en énergie cinétique, entraînant un pignon qui allume les diodes électroluminescentes (DEL).

Il s’agit en quelque sorte d’une grosse dynamo qui offre un cycle de lumière (descente totale du poids) d’une durée de 20 à 30 minutes selon le poids appliqué. De l’argent en plus, les dangers en moins Sans surprise, un tel dispositif présente de nombreux avantages. Proposée au prix de 10 dollars, la GravityLight est beaucoup moins chère qu’une lampe à pétrole.

La gravité étant une source gratuite, cette lampe représente d’autant plus d’économies qu’elle ne coûte rien à alimenter, contrairement aux lampes à fioul pouvant représenter jusqu’à 30% du revenu mensuel moyen en pétrole. Par ailleurs, la gravité est une source illimitée contrairement à l’énergie solaire par exemple qui devient inutilisable dès que la nuit tombe. La lampe peut ainsi être utilisée dès que besoin et avec très peu de matériel.

Après avoir créé un premier prototype, les ingénieurs ont réalisé des tests auprès de 1.300 familles ce qui a permis d’améliorer le dispositif et de créer un second prototype.

TDF

extrait et source : http://www.maxisciences.com/

(384)

Laissez un message