Dernières Infos

Générateur électrique de suspension

Économiser l’énergie, réduire la consommation de carburant est la priorité. Christophe Verna, 44 inventions à son actif.

Christophe Verna cherche toujours à trouver une astuce ou un système pour économiser le pétrole dont les stocks s’épuisent chaque jour. Il nous présente deux inventions : l’hydrolienne de gouvernail et le compresseur de suspension, dont il nous explique les principes et les avantages énergétiques.

Christophe Verna, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre invention d’hydrolienne de gouvernail ?

L’hydrolienne de gouvernail est un générateur électrique se plaçant sur le gouvernail d’un bateau. Son avantage est qu’en inversant un interrupteur, de générateur, l’appareil se transforme en moteur de propulsion grâce à l’électricité des batteries chargées.

Pour les petits bateaux, l’appareil se monte très facilement en perçant deux trous dans le gouvernail, quand on n’a plus besoin de l’hydrolienne, on enlève la goupille opposée au bateau, on remonte l’appareil, et on rebloque celui-ci en position hors d’eau, grâce à la goupille.

Pour les gros voiliers, le principe reste le même, hormis que l’Hydrolienne est plus puissante, et dotée d’une gestion de charge, celle-ci est régulée en fonction du ratio désiré « charge des batteries/ vitesse du navire », car l’électronique actuelle permet de gérer très aisément la prise de force antagoniste à la vitesse.

D’autre part, un système de relevage hydraulique permet de mettre hors d’eau l’hydrolienne : Soit volontairement, quand la vitesse est privilégiée, soit automatiquement quand les batteries sont chargées.

Quelle est son intérêt d’un point de vue énergétique et écologique ?

L’intérêt écologique de ce système est qu’il permet de produire de l’électricité sur tous les voiliers, sans consommer de carburant, et de les propulser quelques temps de même.

Vous venez également de créer un compresseur de suspension. Pouvez-vous nous en expliquer le principe ?

Le «Générateur électrique de suspension» est un concept de récupération de la force générée par le mouvement des suspensions via un module produisant de l’électricité (type dynamo linéaire ou autres).

L’un des points d’ancrage sera fixé au châssis de véhicule (A), l’autre au système mobile de suspension du véhicule  (B).

Pour simplifier, le compresseur de suspension est comme une pompe à vélo dont les deux points opposés sont fixés, l’un sur la carrosserie de la voiture, l’autre, sur la suspension, si bien, qu’à chaque dénivellation de la chaussée, de l’air est expulsé.

Mon système reprend ce schéma, hormis que le vérin est à deux piston opposés, et que plusieurs entrées et sorties arrivent sur le corps de pompe, ces entrées et sorties sont dotées de clapets anti retours. Il permettra, une fois la voiture en mouvement, de prendre le relais du compresseur classique du fluide frigorigène de climatisation ; chaque mouvement du triangle ou pont du véhicule compressant le gaz, ce qui permet d’économiser l’énergie prise sur le moteur du véhicule via le compresseur classique et de générer ainsi de notables économies de carburant.

La climatisation, inversée, peut chauffer sans consommer d’énergie, tous les véhicules électriques : trains, tramways, voitures électriques… L’on pourra monter plusieurs de ces systèmes, équipés pour différentes utilisations, exemple : pour une voiture à air, on montera un compresseur équipé pour compresser un fluide frigorigène dans le but de chauffer et climatiser l’auto, on gagnera, non seulement en tirant pas sur le moteur à air comprimé pour chauffer ou climatiser l’auto, mais de plus, tous les compresseurs montés en « air » augmenteront, à chaque dénivellation de la route, l’autonomie du véhicule.

Avez-vous mesuré les économies, en termes de consommation de carburant ou de rejets de polluants, que ce compresseur de suspension peut favoriser ?

Si l’on veut faire court, la climatisation d’un voiture engendre une surconsommation de 15% de carburant, le calcul est vite fait… D’autre part, ce matériel est bien plus simple à fabriquer qu’un compresseur classique, et la consommation d’énergie pour le fabriquer est bien moindre.
Il faut compter également avec l’économie d’électricité que les voitures électrique feront en étant climatisée, et par inversion, chauffée, par mon système, ce qui augmentera considérablement leur autonomie.

Quels sont vos projets à venir ?
Mes projets sont de fabriquer un prototype de mon compresseur TYPE 2  et de trouver des partenaires qui m’aideraient à développer mon  » Hydrolienne de Gou-Verna-il « .

sources : http://inventions.a.verna.free.fr/ / http://www.vedura.fr/

(203)

Laissez un message