Dernières Infos

Une voiture volante qui décolle à la verticale, le pari osé de Terrafugia

voiture volante

La société américaine Terrafugia croit dur comme fer à la viabilité des voitures volantes. Son nouveau projet, le TF-X, devrait être prêt pour 2018, pour une commercialisation prévue entre 2023 et 2027.

La voiture volante, représentation par excellence de ce que l’avenir nous réservait -telle la DeLorean de la trilogie « Retour vers le futur »- pourrait devenir une réalité et plus tôt qu’on ne le pense. Le constructeur Terrafugia en est convaincu et travaille sur un modèle volant et hybride, le TF-X. Un véhicule qui adopte un format très proche d’une automobile classique, au contraire d’autres expériences du genre. En effet, ce n’est pas la première fois dans l’histoire qu’un constructeur conçoit un engin capable d’évoluer à la fois sur la route et dans les airs.

Dès 1962, le fabricant d’hélicoptères américain Piasecki faisait décoller une « Jeep volante » dans le cadre d’un projet de l’US Air Force, l’AirGeep. Plus récemment, le Slovaque Stefan Klein a réussi à faire planer et rouler son AeroMobil, un prototype qui a néanmoins plus une allure de petit aéronef que d’une véritable voiture volante. Même chose pour Terrafugia et son premier projet, le « Transition » qui fait penser, par son profil et sa taille, à un avion adapté à la route. L’entreprise, créée en 2006 par des diplômés du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology), travaille sur ce qui pourrait bien être une révolution, le TF-X.

Le TF-X, véritable voiture volante?

Le changement promis par Terrafugia avec le TF-X, amené à remplacer le « Transition », c’est bien de produire une véritable voiture pouvant transporter quatre passagers et capable de décoller et de voler, réglant le souci ergonomique évident des différents essais conduits par le passé. Pour cela, les ingénieurs ont pensé à s’inspirer des avions de chasse de la Royal Air Force, les Hawker Siddeley Harrier et leur technologie de décollage vertical, grâce à des rotors placés au-dessus des ailes.

Pilotage … et conduite automatique

D’après Terrafugia, le TF-X sera capable de rouler sur plusieurs kilomètres sur route en milieu urbain et pourra assurer plusieurs centaines de kilomètres de vol dans les airs. Le TF-X pourrait bien être un pionnier dans l’aventure des voitures volantes grand public, ainsi le constructeur américain a prévu d’intégrer une aide électronique au pilotage, mais surtout au décollage et à l’atterrissage, les manœuvres les plus périlleuses qui soient en matière d’aéronautique.

La vitesse de croisière atteinte sera de 322 km/h pour une autonomie avoisinant les 800 km en vol. La distance entre Paris et Nice pourrait ainsi être couverte en un peu plus de deux heures, sans avoir à transiter par les aéroports. Le repliage des hélices ne prendrait que quelques secondes, avant que le TF-X ne se mue de nouveau en voiture, où là aussi le conducteur aura la possibilité de faire appel au pilote automatique. Les premiers essais en soufflerie ont eu lieu cet hiver, et la FAA (Federal Aviation Administration) a accordé à Terrafugia l’autorisation de conduire des tests en vol, comme la firme s’en est réjouie récemment sur les réseaux sociaux.

Terrafugia mise sur un prix de lancement de 240.000 dollars, soit environ 216.000 euros, un tarif que l’entreprise aimerait bien revoir à la baisse. Lancé en 2013, le projet devrait déboucher sur les premiers modèles viables en 2018. La commercialisation prendra plus de temps: le TF-X, s’il voit le jour, ne sera pas dans vos allées de garage avant, au mieux, 2023.

extrait et source de http://auto.bfmtv.com/

(890)

Laissez un message

Laissez un message