Dernières Infos

Énorme hausse de la foudre au-dessus de l’Arctique au cours de la dernière décennie

Pixabay License

Une équipe de chercheurs de l’Université de Washington et de l’Université d’Otago a découvert que les coups de foudre dans l’Arctique ont augmenté d’une façon spectaculaire au cours de la dernière décennie. Dans leur article publié dans la revue Geophysical Research Letters, le groupe décrit son étude des données du World Wide Lightning Location Network (WWLLN) et ce qu’il a trouvé.

La foudre est beaucoup moins courante dans les régions les plus froides de la planète – le froid est moins propice à l’humidité requise pour charger électriquement les cristaux de glace dans les nuages. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont découvert que pour une région froide, le nombre de coups de foudre augmentait considérablement à mesure que la température moyenne de l’air augmentait en raison du changement climatique. Notamment, des recherches antérieures ont montré que les températures augmentent environ trois fois plus vite dans l’Arctique que dans le reste du monde.

Le travail a commencé lorsque les membres de l’équipe à Washington ont commencé à remarquer davantage de coups de foudre dans les régions arctiques – ils étudiaient les données du WWWLLN, qui est géré par l’Université de Washington. Cela a mené à une étude plus approfondie, centrée sur la comparaison du nombre de coups de foudre dans les régions du nord du Canada, en Sibérie, en Alaska et dans l’océan Arctique — essentiellement, tout ce qui dépasse 65 degrés de latitude. Ils ont concentré leurs efforts dans la région arctique pour les années 2010 à 2020.

Les données, principalement pour les mois d’été, ont montré que le nombre moyen de coups de foudre au cours d’une année donnée pour l’ensemble de la région est passé d’environ 18 000 à plus de 150 000. Craignant que l’augmentation massive puisse être due à des améliorations technologiques, les chercheurs ont ajusté les différences de capteurs et comparé ce qu’ils ont trouvé avec des coups de foudre dans d’autres parties du monde au cours de la même période. Les résultats sont restés les mêmes. Mais la comparaison a montré que les coups de foudre dans l’Arctique, qui représentaient autrefois 0,2% de tous les coups de foudre sur la planète en 2010, représentaient 0,6% en 2020.

Les chercheurs suggèrent qu’en plus de fournir un rappel du réchauffement de la planète, leurs découvertes inciteront probablement les gestionnaires des terres de l’Arctique à intensifier leur approche de la gestion des incendies de forêt résultant de l’augmentation des coups de foudre.

Adaptation Terra Projects

Source : https://phys.org/

(233)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :