Dernières Infos

Un monde sans cancer 20 – La découverte de nouvelles cellules T ouvre la perspective d’une thérapie anticancéreuse «universelle»

La découverte d’un nouveau type de récepteur des cellules immunitaires pourrait ouvrir la voie à un nouveau type de thérapie contre le cancer, des cellules T qui peuvent attaquer une gamme variée de cancers chez les patients humains sans nécessiter de traitement personnalisé.

Les chercheurs à l’origine de cette découverte soulignent que les tests n’en sont encore qu’à leurs débuts, car ils n’ont été effectués que sur des souris et des cellules humaines en laboratoire, pas encore chez des patients vivants. Mais les résultats préliminaires sont prometteurs et suggèrent que nous pourrions être sur le point de progresser de manière significative dans les thérapies à base des cellules T.

Pour comprendre ce qu’il en est, revenons un peu sur ce que sont les cellules T et sur ce que font les thérapies à base de cellules T, car elles sont encore dans un domaine de traitement émergeant en oncologie.

Les lymphocytes T sont un type de globule blanc impliqué dans le fonctionnement de notre système immunitaire. Lorsque les cellules T sont activées en entrant en contact avec des cellules défectueuses ou étrangères dans le corps, elles les attaquent, ce qui nous aide à lutter contre les infections et les maladies.

Dans la thérapie par les cellules T – dont la forme la plus courante est appelée CAR-T (pour les cellules T chimériques des récepteurs d’antigènes), les scientifiques détournent et augmentent cette fonction naturelle des cellules T pour les orienter vers les cellules tumorales.

Les expériences préliminaires en laboratoire sont en effet prometteuses, bien que nous devons être conscients que les résultats doivent être reproduits en toute sécurité dans les essais cliniques avant de pouvoir confirmer qu’il s’agit d’un traitement adapté aux humains.

Dans des tests en laboratoire utilisant des cellules humaines, les cellules T équipées de MR1 « ont tué les multiples lignées cellulaires cancéreuses testées (poumon, mélanome, leucémie, colon, sein, prostate, os et ovaire) qui ne partageaient pas un HLA commun », selon les auteurs écrire dans leur journal.

Des tests sur des souris atteintes de leucémie – dans lesquels les animaux ont été injectés avec les cellules MR1 ​​- ont révélé des signes de régression du cancer et ont conduit les souris à vivre plus longtemps que les témoins.

À l’heure actuelle, nous ne savons pas encore combien de types de cancers cette technique basée sur ce récepteur pourrait traiter. Cela dit, les premiers résultats suggèrent certainement qu’une gamme variée pourrait être sensible, selon l’étude.

Si ces types de résultats peuvent être reproduits chez l’homme – les scientifiques espèrent commencer à tester dès cette année – nous pourrions envisager un nouvel avenir radieux pour les traitements à base de cellules T, disent les experts.

« Cette recherche représente une nouvelle façon de cibler les cellules cancéreuses ce qui est vraiment très enthousiasmant, bien qu’il faudra plus de recherches nécessaires pour comprendre précisément comment cela fonctionne », explique Alasdair Rankin, directeur de la recherche et des politiques de Bloodwise, une association caritative Bloodwise.

À cette fin, la prochaine étape pour l’équipe – en plus d’organiser de futurs essais cliniques – consistera à en apprendre davantage sur les mécanismes qui permettent à MR1 d’identifier les cellules cancéreuses au niveau moléculaire.

Il y a beaucoup plus à avancer ici avant de pouvoir vraiment annoncer qu’il s’agisse d’une sorte de traitement universel contre le cancer, mais il y a certainement des découvertes passionnantes à l’horizon.

«Le ciblage du cancer via des cellules T restreintes à MR1 est une nouvelle frontière passionnante», explique Andrew Sewell, chercheur principal et spécialiste en immunothérapie du cancer.

«Cela ouvre la perspective d’un type de cellules T qui pourrait être capable de détruire de nombreux types de cancers différents dans la population. Auparavant, personne ne pensait que cela serait possible.

Les résultats sont rapportés dans Nature Immunology.

Adaptation Terra Projects

source : https://www.sciencealert.com/

(259)

Laissez un message

Laissez un message