Dernières Infos

Un monde d’idiocratie, et si le volume de notre cerveau s’agrandissait au lieu de se réduire ?

La taille du cerveau des participants a augmenté de 6,6 % en moyenne. [© Teeradej / Adobe Stock]

Le cerveau humain fascine les scientifiques depuis des siècles, faisant émerger de nombreuses théories, notamment quant à son volume qui serait en baisse. Une idée contestée par une nouvelle étude basée sur des recherches menées depuis 75 ans, qui prouverait le contraire.

Et si le cerveau humain augmentait de taille au même rythme que l’homme évolue ? C’est en tout cas l’idée qu’ont démontré des scientifiques au travers d’une étude, contrant ainsi l’hypothèse d’un déclin du volume de cet organe. Ils ont plus précisément souhaité déterminer si le volume du cerveau avait augmenté pour les personnes nées entre les années 1930 et 1970, à partir d’une étude de population communautaire, ayant commencée en 1948.

Ce laps de temps constitue, en effet, une période remplie de changements sociétaux, qui ont poussé les humains à évoluer plus rapidement qu’auparavant, spécifiquement avec l’émergence de nouvelles technologies et des progrès. Entre autres en matière d’éducation, de science ou encore de santé.

L’objectif des chercheurs de l’Université de Californie Davis a donc été d’affirmer si ces changements ont eu une incidence ou non sur les volumes crâniens et cérébraux, ainsi que dans l’épaisseur corticale (aussi appelée cortex cérébral), qui correspond à une couche du tissu nerveux contenant les neurones. Pour cela, ils se sont basés sur les profils des 3.226 volontaires nés entre 1925 et 1968, n’ayant pas de démence ni d’antécédents d’accident vasculaire cérébral.

Une deuxième partie de l’étude a été menée entre 1999 et 2019, en soumettant les participants à une IRM du cerveau, ainsi qu’à une batterie de tests neuropsychologiques. L’ensemble des données d’analyse finale a ensuite été créé en octobre 2023.

UNE AUGMENTATION DE 6,6 % DE LA TAILLE DU CERVEAU
Les chercheurs ont procédé aux mesures du volume total du cerveau, à la superficie corticale, en passant par la taille de structures spécifiques, comme l’hippocampe qui correspond à la région associée à la mémoire et à l’apprentissage.

Les résultats de l’étude ont été sans appel. La taille du cerveau des participants a augmenté de 6,6 % en moyenne. Cette analyse pourrait aussi jouer un rôle potentiel dans l’amélioration des soins de santé et les opportunités éducatives. En effet, cela a pu favoriser un développement cérébral optimal chez les individus nés dans les années 1960, comparé à ceux nés dans les années 1930.

Une autre hypothèse a été soumise dans le rapport de cette étude, publiée dans la revue médicale JAMA Network. Cela concernerait une diminution de l’incidence de la démence grâce à l’augmentation de la taille du cerveau. Aux États-Unis, par exemple, celle-ci aurait baissé de 20 % depuis 1970. Ainsi, les cerveaux dont le volume est plus important, pourraient lutter contre les effets indésirables des maladies cérébrales, comme l’Alzheimer. En clair, cela prolongerait la santé cognitive des individus les plus âgés.

Une conclusion a donc pu être apportée, à propos de l’influence environnementale et sociale, qui possèdent un rôle central dans notre compréhension du fonctionnement et de la constitution du cerveau humain.

Source : https://www.cnews.fr/

(79)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.