Dernières Infos

Un monde d’espionnage

Depuis quelques années, nous vivons une révolution technologique et dans le même temps l’électronique court vers la miniaturisation des composants. Ainsi au Japon, un boom de l’espionnage de son voisin ou bien même de son conjoint est constaté. Il n’y a pas un jour où de grandes marques de contructeurs annoncent une innovation dans le domaine de la miniaturisation.

Avec cette miniaturisation et au delà des dérives politiques non controlées, l’espionnage de son prochain a déjà commencé au pays du levant.

Samsung et les appareils photos et téléphones : Une de ses dernières innovations en date est un module photo qui touche aux limites de la miniaturisation. Ce module existe en deux versions, l’une de 2 millions de pixels qui mesure 8,8 x 8,5 x 6,9 millimètres, la seconde de 1,3 million de pixels pour 7,4 x 7,4 x 5,0 millimètres. Ces modules sont 35 % plus petits que tous ceux existants par ailleurs, et leur conception est totalement nouvelle. Samsung semble être ainsi parvenu à créer, indépendamment du nombre de pixels, le plus petit module réalisable. D’après le constructeur, ces innovations ont pour but de réduire encore la taille des téléphones afin d’y intégrer de façon toujours plus harmonieuse le module photo.

Ordinateur quantique : Une équipe mixte ENS/CNRS/CEA-Saclay du Laboratoire Pierre Aigrain a pour la première fois mis en évidence le comportement remarquable d’uncircuit électronique lorsque sa miniaturisation est poussée à l’extrême. Ces résultats sont publiés dans la revue Science. Les chercheurs ont montré que les lois fondamentales de l’électricité, établies depuis 1845, ne peuvent plus décrire les propriétés d’un circuit électronique lorsque ses dimensions atteignent l’échelle nanométrique. Ces études confirment des prédictions théoriques de Markus Büttiker (université de Genève) énoncées il y a plus de dix années et jamais encore vérifiées.

Les puces : Les puces d’identification par radiofréquence sont actuellement l’objet de plusieurs tests dans les hôpitaux, notamment aux États-Unis. Deux assurances du New Jersey ont mis en place un programme pilote pour implanter à quelque 280 patients volontaires une puce par radiofréquence dans le bras. Ces puces permettent aux urgentistes de connaître rapidement le dossier médial du malade, lorsque celui-ci ne peut plus communiquer son identité ou parcours. Par contrecoup, elles diminuent le risque d’erreurs médicales et donc épargneront de coûteux procès pour les assurances.

Le meilleur des deux mondes ? Le constructeur américain HP vient de dévoiler ses « Mémory Spot », des puces électroniques révolutionnaires de la taille d’un grain de riz, combinant la connectivité du RFID et de larges capacités mémoire.
Basées sur un circuit CMOS et embarquant une antenne intégrée, ces puces ne sont pas alimentées mais réagissent par induction à un champs magnétique, à la manière d’un pass Navigo de la RATP, pour échanger des données. Par rapport à une puce RFID, ces « memory spots » atteignent des débits de transfert de 10 Mb/s, comparables au Wifi et 10 fois supérieurs au bluetooth.

Malgré leur miniaturisation (2 mm), ces puces sont également capables de stocker jusqu’à 500 ko (4 Mbits) contre quelques dizaines de Kilo octets pour les puces RFID habituelles.

« La puce Memory Spot libère les contenus numériques de l’univers informatique en les rendant disponibles dans la vie de tous les jours. Nous étudions activement ses différentes applications mais nous pensons qu’elle pourrait avoir un impact significatif dans l’impression numérique et dans de nombreux marchés verticaux » explique Ed McDonnell, Directeur du projet chez HP Labs.

Enregistrement médicaux, Biométrie, Copie numérique, échange de fichiers audiovisuels, lutte contre la contrefaçon, HP imagine de très nombreuses applications pour ses puces qui pourrait encore accroître l’intérêt des industriels pour les puces RFID.

Circuit électronique : Les circuits microélectroniques sont présents partout. On les retrouve dans des objets d’usage quotidien tels que les téléphones mobiles et les ordinateurs ainsi que dans des applications contrôlant les transactions financières, les systèmes téléphoniques et dans les véhicules.

Japon : Le Japon est le pays le plus en avance dans le domaine de la miniaturisation et des gadgets électroniques en tout genre. Le Japon excelle surtout dans l’électronique grand public dans tous les domaines (téléphones mobiles, téléviseurs, appareils electro-ménagers, consoles de jeux, ordinateurs portables, caméras numériques, etc., etc.). On y retrouvera les grandes marques de l’électronique, souvent pluri-spécialistes, répandues dans le monde entier : Panasonic, Sony, Matsushita, Hitachi, Toshiba, Nec, Pioneer. Les marques spécialisées dans l’imagerie : Canon, Epson, Nikkon, Olympus, Konica. On notera enfin le grand opérateur de téléphonie mobile, NTT DoCoMo, à la pointe de la technologie et célèbre pour son i-mode, qui a banalisé l’Internet sur les téléphones mobiles japonais d’une façon inédite au monde (au point de freiner l’accès à Internet via un PC). Enfin, même si on est plus vraiment dans le Hi-Tech, on n’oubliera pas de citer les grandes compagnies de l’automobile : Toyota, Nissan, Mitsubishi, Honda, Subaru, etc. Les gadgets ? Oui les japonais adorent ça. Et il y en a une profusion, des utiles et des beaucoup moins utiles.

Depuis quelques petites années, un boom de caméra miniatures, micros est constaté. Les prix très attractifs sont à la portée de tous. Et des sociétés anti espionnage (anti micros et caméras) voient même le jour. Ce pays qui est en avance sur le plan électronique grand public pourrait bien démontrer ce qui nous attend en occident dans quelques mois ou années.

sources : http://www.clubic.com / http://www.techno-science.net / http://www.pcinpact.com/ / http://www.neteco.com/ / http://www.achats-industriels.com/ /http://nippon.fr.fm.free.fr/ / Euronews

(155)

Laissez un message