Dernières Infos

Un béton « zéro carbone »

istock photo

Des chercheurs et ingénieurs en environnement ont découvert que l’utilisation de l’olivine dans le ciment pourrait permettre de produire un béton à bilan carbone négatif.

Une équipe de scientifiques des matériaux et d’ingénieurs en environnement a découvert que l’utilisation de l’olivine dans le ciment pourrait permettre de produire un béton à bilan carbone négatif.

Le ciment, l’un des principaux contributeurs aux émissions de CO2

Le bitume, un dérivé du pétrole, a par nature une connotation peu écologique. Pourtant, nous pouvons avec peu d’efforts et quelquestechniquesinnovantes faire en sorte que son empreinte écologique soit la plus réduite possible. Ainsi, Derbigum recherche depuis des années comment rendre aussi bien ses produits liquides que ses membranes de toiture plus écologiques.

Des membranes de toiture écologiques, c’est bien. Des membranes de toiture qui purifient l’air, c’est encore mieux !
La quantité de CO2 présent dans l’air estmille fois plus importante que la quantité de NOx. L’olivine doit uniquement être broyée dans la taille voulue pour pouvoir être utilisée dans le
processus de fabrication. Pour obtenir le dioxyde de titanium, il y a deux méthodes de production possibles : l’une utilise l’acide sulfurique, l’autre utilise du gaz chlorique et des cokes. Ces deux méthodes comportent beaucoup plus de risques pour l’environnement que le simple broyage de l’olivine…
En plus, les effets à long terme sur l’environnement causés par l’érosion du surfaçage en dioxyde de titanium, ne sont pas encore suffisamment connus.

La purification de l’air lui‐même se fait quand il pleut. Le CO2 est pour ainsi dire « lavé du ciel ». Dès que celui‐ci entre en contact, par l’intermédiaire de l’eau de pluie, avec l’olivine, une réaction chimique a lieu, transformant le CO2 en deux produits sans danger pour l’environnement : le carbonate de magnésium et le sable. Par m² de membrane de toiture, se trouve 1,4 kg de granules d’olivine. Même en tenant compte de la perte naturelle d’olivine par érosion, l’olivine sera encore toujours active quand la membrane de toiture bitumineuse arrive, elle, en fin de vie.

Ce minéral, parmi les plus courants sur Terre, pourrait remplacer le clinker, un liant du ciment obtenu en chauffant du calcaire. De quoi réduire le coût environnemental du ciment, l’un des principaux contributeurs aux émissions de dioxyde de carbone (CO2).

sources : https://www.sciencesetavenir.fr/ / https://press.derbigum.com/

(88)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.