La Monde est déjà à court de ressources naturelles

pollution de l'air

Cette année, il n’aura fallu que 234 jours à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an. Un seuil justement atteint ce mercredi.

« La tendance finira par s’inverser, que ce soit par dessein ou par désastre. » L’avertissement lancé par Mathis Wackernagel a le mérite d’être clair. C’est que le fondateur de l’organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN) avait une mauvaise nouvelle à annoncer : le 22 août, la planète Terre a déjà dépassé, pour cette année 2012, le seuil de ressources naturelles qu’elle peut produire en un an.


Un « Global overshoot day » (« jour de dépassement ») qui survient avec 36 jours d’avance par rapport à 2011. Ce dont il convient de s’inquiéter. Pour vous donner un ordre d’idée, rappelons en effet que la limite ne fut atteinte que le 20 octobre en 2005, et le 1er novembre en 2000. Des chiffres que l’on doit aux experts du GFN, qui calculent avec acharnement depuis 2003 notre quantité de ressources et leur gestion au moyen d’une unité de mesure créée par leurs soins, l’hectare globale (hag), servant à comparer la quantité en question à la consommation de chaque pays.

Cinq planètes pour un pays

Bilan : « Le déficit écologique se creuse de manière exponentielle depuis 50 ans. » Au point que notre seule planète ne suffit désormais plus à répondre à nos besoins, ni à évacuer nos déchets. Il faut aussi préciser que nos ressources n’ont, dans le même temps, jamais eu de cesse de diminuer. Ainsi, si nos besoins dépassent désormais de 50% les ressources disponibles, ces dernières se sont elles amenuisées de moitié depuis 1961…

En cause : les rejets de dioxyde de carbone, qui constituent à eux seuls 55% de l’empreinte écologique mondiale, le reste revenant à l’exploitation toujours plus assidue des milieux naturels. Il est également à noter que tous les pays ne sont pas responsables au même degré. En tête du classement des mauvais élèves, trois pays du Golfe : le Qatar, le Koweït et les Émirats arabes unis. Une statistique explicite : la seule production qatarie de C02 nécessiterait cinq planètes pour être entièrement absorbée.

Car si la Chine est de très loin le premier émetteur mondial de gaz carbionique (par tonne métrique), son empreinte écologique rapportée à son nombre d’habitants l’envoient à la 73ème place du classement. Soit loin derrière la France et son 23ème rang, dont les besoins dépassent désormais de 70% les ressources disponibles, contre 20% entre 2005 et 2008… Précisons d’ailleurs au passage que ces chiffres ne prennent même pas en compte les risques de pollution chimique ou radiactive. Et n’évoquent pas directement l’extinction des espèces animales et végétales. Qui, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), concerne désormais 19817 d’entre elles.

source : http://www.metrofrance.com/

(162)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message