Dernières Infos

Quand Greenpeace reconnaissait avoir menti sur le réchauffement climatique

Ce qui suit date de 2009. Et pourtant, peu de personnes ont été informées. Dans une affaire humiliante pour les tenants d’un réchauffement climatique d’origine humaine, le dirigeant de Greenpeace, Gerd Leipold, a été forcé d’admettre que son organisation a publié des informations trompeuses et exagérées quand elle a affirmé que les glaces de l’Arctique pourraient disparaître complètement d’ici à 2030.


 

 

Cette affirmation figure dans un communiqué de presse de Greenpeace du 15 juillet 2009, intitulé Une action urgente est nécessaire car les glaces de l’Arctique fondent, dans lequel il est indiqué que le réchauffement de la planète conduira à un arctique libre de glace en 2030.

Accusant Leipold et Greenpeace de propager des « informations trompeuses » basées sur « l’exagération et l’alarmisme, » Sackur a souligné qu’il est « absurde » de prétendre que la calotte glaciaire du Groenland, une masse de 1,6 millions de kilomètres carrés, de 3 km d’épaisseur dans le milieu, qui a survécu à des périodes bien plus chaudes de l’histoire, fondrait complètement, alors qu’elle a résisté pendant des centaines de milliers d’années.

« Il n’y a aucun moyen pour que la calotte glaciaire disparaisse, » a déclaré Sackur.

« Je ne pense pas qu’elle sera fondue en 2030… Cela pourrait avoir été une erreur, » a finalement été forcé d’admettre Leipold.

Comme le blog de Watts Up With That le souligne, « La confession de Leipold, selon laquelle Greenpeace a publié des informations trompeuses, est un grand emmerdement pour l’organisation, qui a souvent été accusée d’alarmisme mais a toujours insisté sur le fait qu’elle applique une grande rigueur scientifique dans ses déclarations sur le réchauffement de la planète. »

Surgissant presque chaque été, des affirmations similaires, d’après lesquelles lepôle nord sera libre de glace, sont cependant régulièrement démenties.

D’ailleurs, on a découvert que, entre août 2007 et août 2008, la banquise arctique a en fait augmenté d’environ 30 pour cent, d’une surface équivalente à la taille de l’Allemagne.

Une nouvelle étude révisée par les pairs a aussi découvert que, « Par rapport à ce qu’on pensait auparavant, le total des précipitations annuelles sur la calotte glaciaire du Groenland entre 1958 et 2007 est supérieur de 24% et le bilan [cumul des précipitations moins fonte et sublimation de la glace, ndt] de la masse de surface est jusqu’à 63% plus grand. »

Dans un autre exemple de tromperie du public scandaleuse, que nous avions signalé l’année dernière, les spécialistes du climat alliés avec le GIEC de l’ONU ont aussi été attrapés en train de débiter des données fausses pour démontrer que le réchauffement s’accélère.

En novembre 2008, le Goddard Institute for Space Studies (GISS) de la NASA, géré par le Dr James Hansen, le chef scientifique allié d’Al Gore, avait annoncé que le mois d’octobre précédent était le plus chaud enregistré. Il est apparu par la suite que les données produites par la NASA pour soutenir son affirmation, et en particulier les enregistrements de température couvrant de vastes régions de Russie, étaient simplement repris sur le mois précédent. La NASA a utilisé les relevés de température naturellement plus chaudes du mois de septembre et affirmé qu’ils représentaient les chiffres de la température d’octobre.

Richard Kerr, éditorialiste dans la revue Science du 23 Janvier 2009 a écrit: « Terminé pour l’Apocalypse due au glaces du Groenland ». La glaciologue Tavi Murray a déclaré : « C’en est fini (…). Pratiquement partout, autour du Sud-Ouest du Groenland, les vitesses d’écoulement son revenues à leur niveau de l’année 2000… et personne ne saurait extrapoler le comportement excessif de la glace de cette époque vers le futur. »

Le GIEC prévoyait une accélération du glissement des glaciers vers la mer.

extrait et source : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr

(106)

Laissez un message