Dernières Infos

Première image de la Terre par MSG-2

La transmission de sa première image de la Terre représente pour le satellite MSG-2 l’aboutissement de toute une série d’opérations complexes conduites depuis son lancement le 21 décembre 2005.

Dès qu’il aura été déclaré opérationnel, ce deuxième modèle d’une nouvelle génération de satellites météorologiques sophistiqués garantira la disponibilité et la fiabilité du système Meteosat Seconde Génération, deux qualités essentielles exigées par les services météorologiques des Etats membres d’EUMETSAT pour être à leur tour à même d’offrir un service fiable de prévision météo et d’applications météorologiques.

A partir du 2 janvier 2006, l’équipe EUMETSAT a entrepris de déplacer le satellite à 6,5° Ouest d’où ses équipements sont soumis à des essais rigoureux. Les mois à venir serviront à régler l’instrument imageur SEVIRI embarqué sur le satellite et le segment de traitement des images au sol. Les essais de diffusion opérationnelle commenceront au printemps, en augmentant progressivement le volume d’informations transmises via le système de diffusion EUMETCast d’EUMETSAT, pour permettre aux utilisateurs d’adapter leurs systèmes de réception et d’acquérir déjà les données pré-opérationnelles de MSG-2. Le satellite restera à la position de sa mise en service à 6,5° Ouest jusqu’à son déplacement à 0° de longitude et au démarrage de son exploitation pleine et entière, cet été.

Grâce aux 12 canaux spectraux de SEVIRI, le radiomètre imageur dans le visible et l’infrarouge embarqué sur les satellites, les apports du système MSG sont décisifs pour maintes applications dans le domaine de la prévision immédiate ou de la prévision numérique du temps, tout autant que pour la surveillance du climat et de l’environnement et la recherche.

SEVIRI transmet des images des structures météorologiques à une résolution de 3 km, et d’un km pour ce qui est de son canal à haute résolution dans le visible (HRV), ce qui signifie qu’il pourra distinguer des détails d’à peine un kilomètre. Ses 12 canaux permettent de procéder à ce qu’on appelle un « pseudo sondage » et d’obtenir des informations sur les profils de température, la pression et l’humidité de l’atmosphère. La fréquence de son cycle de vue rapide, avec une nouvelle image toutes les 15 minutes, permet de suivre parfaitement les phénomènes météorologiques à évolution rapide, ce qui s’avère d’une grande utilité pour les prévisionnistes qui peuvent ainsi reconnaître et prévoir les phénomènes météorologiques dangereux, orages, pluies violentes, brouillards ou le développement de dépressions aussi petites qu’intenses susceptibles d’aboutir à des tempêtes dévastatrices.

Outre SEVIRI, les satellites MSG ont a bord l’instrument GERB de mesure du bilan radiatif de la Terre qui fournit des informations précieuses sur le rayonnement de la planète, permettant aux chercheurs de calculer avec une grande précision le bilan radiatif terrestre, c’est-à-dire le rapport entre le rayonnement venant du Soleil et celui renvoyé dans l’espace. En complément de ces deux instruments, les satellites MSG sont dotés d’une charge utile de télécommunications très perfectionnée, nécessaire à l’exploitation , à ses télécommunications et à la diffusion des données aux utilisateurs. Grâce à cet équipement, le Service DCS pourra relayer les observations in situ effectuées par les plates-formes automatiques de collecte de données DCP et le répéteur Search & Rescue retransmettre les signaux de détresse envoyés par des navires, des avions ou autres balises.
Auteur : Organisation européenne pour l’exploitation des satellites météorologiques

Sources :
http://www.notre-planete.info/ / http://www.futura-sciences.com/

 

(129)

Laissez un message