Dernières Infos

Pourquoi le plus grand glacier du Groenland se remet à grossir

La plupart des glaciers du monde fondent à cause du dérèglement climatique à l’exception du plus grand du Groenland. Le glacier Jakobshavn gagne du terrain. À la grande surprise d’experts de la Nasa qui ont étudié cet intrigant phénomène.

Le dérèglement climatique, et le réchauffement des océans en particulier, entraîne la fonte de la plupart des glaciers de la planète. Les climatologues s’en alarment régulièrement car leur disparition pourrait provoquer, à terme, une dangereuse montée des eaux. Pourtant, le plus grand glacier du Groenland, le Jakobshavn, intrigue la communauté scientifique : contrairement à tous les autres, il a récemment gagné du terrain. Des experts de la Nasa se sont penchés sur son cas exceptionnel.

Refroidissement des courants océaniques

Depuis vingt ans, le glacier Jakobshavn, comme les autres, amorçait une lente mais continue fonte du fait du réchauffement des eaux dans la baie de Baffin. Néanmoins ce monstre de glace – à l’origine de l’iceberg responsable du naufrage du Titanic – semble regagner du terrain depuis 2016.

Les experts de la Nasa qui ont cherché ce qui pouvait expliquer ce phénomène, viennent de révéler leurs conclusions dans une étude publiée dans la revue Nature Geoscience. Pour eux, le phénomène est lié à un refroidissement des courants océaniques.

« Au début, nous n’y avons pas cru, explique, dans la revue américaine, Ala Khazendar, glaciologue et auteur principal de l’étude. Nous avions présumé que le Jakobshavn continuerait ainsi qu’il l’avait fait ces vingt dernières années. » Mais son équipe a réussi à identifier à quoi est lié ce refroidissement des courants océaniques.

Selon les scientifiques, « l’oscillation nord-atlantique (ONA) correspond à une fluctuation de la pression atmosphérique au niveau de la mer, survenant tous les 5 à 20 ans. Cette fluctuation résulte en un réchauffement ou un refroidissement, puis ce changement de température remonte près de 1 000 kilomètres au nord via les courants océaniques, jusqu’à atteindre la côte sud-ouest du Groenland ».

Une inversion temporaire

En 2016, la température de l’eau modifiée par les courants océaniques au sud-ouest du Groenland était 1 °C supérieure aux moyennes précédentes. Bien qu’en apparence minime, cette différence a permis d’inverser la tendance et au glacier Jakobshavn de reprendre sa progression. Les chercheurs eux-mêmes ont reconnu avoir été surpris par l’impact important d’une si petite variation.

Une découverte qui aurait tendance à donner de l’espoir et montrer finalement que la fonte n’est pas totalement irréversible. Mais les scientifiques tempèrent cette interprétation. Ils ont constaté que l’effet n’était pas durable, mais uniquement temporaire. Rapidement, le mouvement de balancier de l’ONA inversera à nouveau la tendance, et le Jakobshavn rejoindra le reste des glaciers du Groenland dans leur déclin rapide et silencieux.

« Le Jakobshavn profite d’une pause temporaire grâce à ce motif climatique. Mais sur le long terme, les océans se réchauffent. Et l’impact immense des océans sur les glaciers est une mauvaise nouvelle pour la calotte glaciaire du Groenland », conclut le chercheur Josh Willis de l’équipe qui a étudié le phénomène.

Pour lui, le phénomène est en fait lié à un cycle naturel dans l’océan Atlantique qui passe d’un cycle chaud à un cycle froid environ une fois tous les 20 ans, ce qui entraîne des eaux plus fraîches loin en amont de la côte ouest du Groenland. Et malheureusement cela changera encore.

source : https://www.ouest-france.fr/

(3101)

Laissez un message