Dernières Infos

Anomalie inhabituelle dans l’Atlantique Nord

Une anomalie océanique inhabituelle est détectée dans le Gulf Stream, non observée depuis au moins 150 ans, ce qui revêt une importance alors que nous affrontons les prochaines saisons météorologiques.

Les zones des océans du globe se réchauffent et se refroidissent constamment. Mais récemment, une anomalie inhabituellement forte s’est développée dans le Gulf Stream. La météo aux États-Unis et en Europe dépend beaucoup de ce courant océanique, il est donc important que nous comprenions toute l’histoire et la signification de cette forte anomalie.

Les océans ont un rôle crucial dans le temps et le climat du monde, de sorte que toute anomalie inhabituelle est prise au sérieux. Comme nous allons le voir, le Gulf Stream fait partie de quelque chose de beaucoup plus grand et de plus puissant, donc une anomalie dans le Gulf Stream peut être (et est probablement) le signe de quelque chose de beaucoup plus grand en préparation.

Le Gulf Stream est un fort courant océanique qui apporte de l’eau plus chaude du golfe du Mexique à l’océan Atlantique. Il s’étend tout le long de la côte est des États-Unis , où il commence à se tourner vers le nord-ouest de l’Europe.

ANOMALIES INHABITUELLES

Mais parfois, nous devons prendre un autre regard pour évaluer l’état du Gulf Stream. Une de ces approches consiste à utiliser des anomalies. Une anomalie est quelque chose qui s’écarte de ce qui est standard, normal ou attendu à un moment ou à un endroit donné.

Dans les océans, le plus couramment utilisé est bien entendu l’anomalie de température. L’image ci-dessous montre l’analyse des anomalies dans l’Atlantique Nord, où la région du Gulf Stream se démarque vraiment. Nous pouvons voir que le courant est plus chaud que la normale, avec certaines parties du nord de 6 °C à 8 °C au-dessus de la normale.

C’est une importante anomalie, et les températures de l’eau de 6 à 8 degrés au-dessus de la normale peuvent fournir une énergie importante aux systèmes météorologiques de la région.

Les températures réelles sont comprises entre 14 et 18 degrés Celsius aux plus proches de la côte nord-est des États-Unis. Cela peut devenir une source importante de masse d’air plus chaude pour faire face à une masse d’air arctique glaciale du nord ou du nord-ouest. C’est un scénario courant pour les fortes tempêtes de Nor’easter dans le nord-est des États-Unis, où le Gulf Stream alimente les tempêtes en énergie.

De fortes anomalies dans le Gulf Stream ont déjà été observées au cours des deux derniers mois. L’image ci-dessous montre les anomalies mensuelles de la température de surface de la mer en décembre 2020. La zone du Gulf Stream se démarque vraiment, et vous pouvez également voir la froide Nina dans l’océan Pacifique.

En janvier 2021, l’anomalie est devenue encore plus forte, s’étendant sur une plus grande surface et avec un écart encore plus fort par rapport à la moyenne de long terme.

Mais l’anomalie atteint également les profondeurs. Ci-dessous, nous avons deux images, qui montrent l’anomalie de température à 100m et 500m de profondeur. Et nous pouvons voir que la zone plus chaude du Gulf Stream descend avec la profondeur.

Mais comme vous le verrez maintenant, il y a peut-être une raison plus importante à cela, car le Gulf Stream est en fait une partie plus petite de quelque chose de plus grand.

Le plus grand système dans lequel s’écoule le Gulf Stream est appelé la circulation méridienne de renversement de l’Atlantique, ou AMOC. L’AMOC est un vaste système de courants océaniques, comme un tapis roulant, entraîné par des différences de température et de teneur en sel, ce qui affecte sa densité. Le Gulf Stream n’est que la partie superficielle de l’AMOC dans l’Atlantique Nord.

L’image ci-dessous du Met Office britannique montre l’ensemble de la circulation océanique mondiale. Il est également connu sous le nom du grand Convoyeur ou encore de circulation Thermohaline. AMOC est le système de courants océaniques qui couvre l’Atlantique Nord et Sud.

Lorsque le courant chaud circule vers le nord, il se refroidit et une certaine évaporation se produit, ce qui augmente la quantité de sel dans l’eau. Une température basse et une teneur élevée en sel rendent l’eau plus dense et plus lourde, de sorte que cette eau dense s’enfonce profondément dans l’océan.

L’image ci-dessous montre la salinité de la surface de l’océan ou la quantité de sel dans l’eau. Plus le nombre est élevé, plus l’eau est salée. Au-dessus de 35, nous avons encore des eaux salées, donc à mesure que l’eau se refroidit, elle s’enfonce dans l’extrême nord de l’Atlantique.

Le courant froid et dense coule lentement vers le sud, à plusieurs kilomètres sous la surface de l’océan. Finalement, il est ramené à la surface et se réchauffe dans un processus appelé «remontée d’eau» et la circulation est terminée.

La raison pour laquelle cela est important est que l’AMOC fait partie intégrante de la météo et du climat dans l’hémisphère Nord. Il transporte beaucoup d’eaux plus chaudes et d’énergie vers le nord. L’image ci-dessous se concentre sur la partie nord-atlantique de l’AMOC.

Il y a toujours une peur que l’AMOC puisse s’arrêter à un moment donné, faisant du film «Le Jour d’Après» une réalité. Dans ce célèbre film, l’AMOC s’est arrêté, amorçant une nouvelle ère glaciaire .

Bien que la réalité soit quelque peu différente, nous regarderons l’état de l’AMOC, qui montre que cette circulation s’affaiblit effectivement.

L’image ci-dessous montre l’océan Atlantique Nord divisé en deux zones principales. Sur la côte des États-Unis se trouve la zone chaude du Gulf Stream, et la zone bleue est l’endroit où le Gulf Stream libère sa chaleur et s’enfonce dans les profondeurs.

Les graphiques de gauche montrent la progression de la température au fil du temps. La région du Gulf Stream se réchauffe, tandis que l’Atlantique Nord se refroidit au fil du temps. La différence relative entre ces deux domaines est considérée comme une estimation de la force de l’AMOC.

Nous avons produit un graphique qui montre la différence relative entre ces deux domaines. Nous pouvons voir que depuis au moins les années 1900, il y avait une tendance à la baisse lente mais constante. Surtout au cours des 40 dernières années, nous avons constaté une différence négative plus forte dans ces deux domaines, indiquant un probable affaiblissement supplémentaire de l’AMOC.

Les données de base de ce graphique proviennent de l’ensemble de données ERSSTv5 de la NOAA. C’est une combinaison d’observations et de reconstructions, en prenant toutes les données disponibles et les techniques modernes, pour reconstruire les températures de surface de la mer jusqu’à 1854. Les données ne sont pas exactes à 100% aussi loin, mais il a été prouvé qu’elles fonctionnent très bien pour les périodes modernes.

Maintenant, le graphique suivant est encore plus intéressant, car il montre deux images. Sur la gauche, nous avons une simulation de modèle informatique, que se passerait-il si l’AMOC s’affaiblissait. Et sur la droite, nous avons l’analyse réelle du siècle dernier, qui montre exactement le même scénario. Cela soutient fortement l’idée que l’AMOC perd effectivement de ses forces.

Cette signature de températures de la zone chaude du Gulf Stream et de l’Atlantique Nord froid est l’un des indicateurs les plus forts de l’ affaiblissement de l’ AMOC. Il y a aussi des observations directes faites avec des instruments, qui ont objectivement confirmé que la circulation nord-atlantique est effectivement en déclin.

On peut également voir la signature sur la tendance à long terme des températures dans le monde. Bien que la plupart des régions se réchauffent lentement, l’Atlantique Nord reste une région qui défie tout réchauffement et se refroidit lentement. Par rapport à la zone du Gulf Stream qui se réchauffe, c’est une indication directe de l’affaiblissement de la circulation océanique.

Il y a plus d’une raison pour laquelle l’AMOC s’affaiblit. Le plus souvent mentionné ou le plus probable est l’induction de l’eau douce dans l’Atlantique Nord à partir de la fonte des glaces de mer au Groenland et dans l’Arctique.

L’eau douce réduit la salinité de l’Atlantique Nord, ce qui signifie que l’eau n’est pas suffisamment dense (lourde) pour couler. Cela ralentit la descente des eaux de surface, ralentissant effectivement le courant océanique.

C’est une chose que le film «Le Jour d’Après» avait mentionné avec raison. Mais à propos de cette ère glaciaire …

De nombreuses simulations de modèles ont été faites pour essayer de calculer ce qui se passerait si l’AMOC s’arrêtait complètement. Vous trouverez ci-dessous le résultat final, qui montre la différence de température dans un monde avec un AMOC qui se serait stoppé :

Vous pouvez voir que tout l’hémisphère nord est plus froide de plusieurs degrés. Mais ceci ne s’arrêterait pas uniquement à ça, des changements climatiques devraient se produire dans ce scénario, avec des modèles de pression très différents et moins de précipitations sur l’Europe. Les hivers deviendraient plus rigoureux en Europe et aux États-Unis.

Bien sûr, ce n’est pas quelque chose qui se produirait du jour au lendemain, car ces changements peuvent prendre des décennies ou des siècles. Mais nous savons que l’AMOC est en déclin, et sur la base de la quantité d’eau douce induite par la fonte des glaces, nous pourrions voir des effets climatiques au cours de notre vie.

Mais ce qui peut arriver presque du jour au lendemain, ce sont de fortes tempêtes et des ouragans. Et le Gulf Stream et l’AMOC jouent un rôle important dans ces événements, en particulier pour les États-Unis, comme vous l’apprendrez bientôt.

La forte anomalie actuelle dans le Gulf Stream est plutôt inhabituelle. Nous avons produit un autre graphique, qui montre l’anomalie du Gulf Stream en janvier depuis 1854. Vous pouvez voir que le Gulf Stream en janvier 2021 était le plus chaud depuis au moins 150 ans.

Il faut remonter à 1870 et 1867 pour trouver un janvier avec des anomalies similaires dans le Gulf Stream. Les données ne sont qu’une reconstitution à partir d’observations directes car aucun satellite n’existait à la fin des années 1800. Vous pouvez voir sur les deux images ci-dessous, l’anomalie chaude du Gulf Stream en janvier 1867 et 1870.

Mais si nous regardons l’ensemble de données, avec tous les mois, pas seulement janvier, nous pouvons voir que la région du Gulf Stream se réchauffe vraiment. C’est quelque chose à prévoir lorsque l’AMOC s’affaiblit, comme nous l’avons cité plus haut dans l’article.

Il est préférable d’expliquer la raison pour laquelle cela se produit avec « l’embouteillage ». Comme l’eau de l’extrême nord de l’Atlantique ne circule plus aussi vite, du fait qu’elle est plus fraîche, elle ralentit le système de transport océanique. Parce que le débit ralentit, l’eau plus chaude du Gulf Stream n’a nulle part où aller et s’arrête, comme dans un « embouteillage ».

Cela signifie que moins d’eau chaude est transportée vers l’Atlantique Nord, qui s’accumule maintenant sur la côte Est des États-Unis. Cela peut être dangereux, car cela devient une source d’énergie très puissante pour alimenter les tempêtes du nord-est et les systèmes tropicaux. Au fur et à mesure que l’eau plus chaude s’accumule, la hauteur de la surface de la mer augmente également, ce qui signifie plus de risques de fortes ondes de tempête.

L’ouragan Sandy a été l’ouragan le plus meurtrier et le plus destructeur de la saison 2012 des ouragans dans l’Atlantique. La tempête a causé près de 70 milliards de dollars de dégâts et tué plus de 230 personnes dans huit pays, des Caraïbes au Canada.

Ci-dessous, une image satellite de l’ ouragan Sandy alors qu’il se trouvait au-dessus du Gulf Stream chaud, l’utilisant pour s’alimenter.

Ci-dessous, nous avons une anomalie de température de surface de la mer avant le début de l’ouragan Sandy. Nous pouvons voir qu’une grande partie de l’Atlantique tropical était plus chaude que la normale, ainsi que la région du Gulf Stream. Plus l’océan est chaud, plus il y a d’énergie disponible pour un système tropical.

L’anomalie de température de surface de la mer sur l’image ci-dessous est après le passage de l’ouragan Sandy. Nous pouvons voir une énorme baisse de la température de l’océan derrière Sandy, des Caraïbes occidentales jusqu’à la côte est des États-Unis.

Sandy a utilisé la chaleur de l’océan et du Gulf Stream, la convertissant en énergie. Les températures océaniques sont de 4 à 6 degrés plus fraîches. Une partie du refroidissement est également due au mélange des couches océaniques lors du passage d’une tempête. Des eaux plus froides plus profondes remontent à la surface alors que les mers deviennent très agitées sous un système à basse pression, se renversant et se mélangeant avec les eaux de surface plus chaudes.

et le Futur ?

À quoi pouvons-nous nous attendre dans le futur? Les prévisions océaniques actuelles montrent le maintien des eaux très chaudes du Gulf Stream, tandis que l’Atlantique Nord reste neutre à plus froid que la normale.

Ci-dessous, nous avons les prévisions de températures de surface de la mer au début de l’ été, combinées à partir de différents modèles, montrant tous la même chose. Il s’agit d’une anomalie importante, en fonction de son heure et de son emplacement, et peut être préoccupante, en particulier pour l’est des États-Unis.

En regardant la fin de l’été et le début de l’automne, les températures de l’océan ne seront pas différentes. Le Gulf Stream est toujours plus chaud que la normale, les températures plus élevées se sont également étendues à travers l’Atlantique tropical.

En regardant les prévisions d’anomalies de précipitations, nous avons une indication précoce de précipitations plus importantes que la normale en Afrique de l’Ouest. Il s’étend à travers l’Atlantique vers les Caraïbes et également sur l’est des États-Unis et la région du Gulf Stream.

C’est un signe très inquiétant, qui pointe directement vers une saison des ouragans plus active. Des eaux océaniques plus chaudes, combinées à plus de précipitations, indiquent généralement une activité de tempêtes tropicales plus importantes.

Ce serait particulièrement grave, compte tenu de la zone plus chaude que la normale du Gulf Stream, ce qui pourrait amplifier les tempêtes qui approchent du sud-est des États-Unis ou de la côte est. Si ce n’est pas amplifier, cela pourrait au moins empêcher le système tropical de s’affaiblir de beaucoup, permettant son arrivée à une puissance plus élevée qu’il ne le produirait normalement.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.severe-weather.eu/

(1461)

Laissez un message

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Aidez nous à rester en ligne – Help us keep the lights on

La publicité nous aide à raconter les histoires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. 

Soutenez-nous en désactivant votre adblocker sur notre site.

__________________

https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

Advertising help us tell the stories of yesterday, today, and future.

Support us by disabling your adblocker on our site.

Mettez en Pause AdBlocker sur Terra Projects – Disable AdBlocker on Terra Projects

(1461)

%d blogueurs aiment cette page :