Dernières Infos

Nous devrions tous couvrir nos habitations de végétations

Les bâtiments couverts d’un tapis de végétation et de verdure se multiplient partout dans le monde – regardez Central Park à Sydney, Bosco Verticale à Milan, ou Oasia Hôtel Downtown à Singapour.

Mais pour quelles raisons les architectes et les experts en bâtiment passent au vert? Le Cabinet de design Arup vient juste de publier une étude sur les avantages de bâtiments couverts de plantes – dont certains sont si verts qu’ils donnent l’impression qu’ils ont été abandonnés par les humains – et ils ont trouvé des avantages qui vont bien au-delà de l’absorption du dioxyde de carbone ou de la simple esthétique.

Les ingénieurs de la société ont pris diverses mesures dans cinq villes – Berlin, Hong Kong, Melbourne, Londres et Los Angeles – pour voir quel impact cette verdure supplémentaire pourrait avoir.

Tout d’abord, il y a une évidente : les plantes absorbent le dioxyde de carbone et le convertissent en oxygène. Avec le nombre d’espaces verts dans nos zones urbaines à l’étroit en prime, en déplaçant des arbustes et des arbres sur des bâtiments est un moyen d’assurer ce processus essentiel d’une continuité naturelle autour de nous.

Les revêtements verts peuvent réduire de façon significative d’autres polluants dans l’air, y compris la suie et la poussière. La recherche a montré que même une plante sur votre bureau peut améliorer la qualité de l’air à l’intérieur de votre maison.

Bien qu’un couple de gratte-ciel ne pourraient pas résoudre le problème du smog à l’échelle d’une ville, l’étude Arup a constaté que deux bâtiments d’une usine qui seraient recouverts de végétation, cela permettrait de réduire de 20% les polluants dans l’air.

Les bâtiments écologiques refroidissent également nos villes en bloquant l’«effet d’îlot de chaleur», où les bâtiments et les routes rayonnent de cette chaleur lors de chaudes journées.

green_building_envelope

Rapport Arup

Comme les rapports d’Adele Peters à Fast Company, Arup a modélisé l’impact de villes densément peuplées qui auraient adopté ces façades vertes, et a constaté qu’une ville aussi verticale qu’Hong Kong, les bâtiments verts pourraient conduire à des réductions de températures allant jusqu’à 10 degrés Celsius.

Et au milieu de l’été, ils ont constaté qu’un toit couvert de végétation pourrait maintenir la même température que la température de l’air ambiant, tandis qu’un toit non-vert peut obtenir jusqu’à un incroyable 50 degrés Celsius plus chaud dans un soleil de plomb.

Merci à l’ombre fournie par ces revêtements verts, les températures intérieures sont réduites, aussi, et si les façades font faces à d’importantes avenues, la pollution sonore peut également être absorbée.

Une couverture de feuillage ne bloquera pas complètement le vacarme de la circulation, mais l’étude a révélé qu’il a eu des effets positifs, en particulier en soirée et sur les sons lointains, plus ambiants.

Un autre impact positif qui n’est pas évident est un meilleur drainage – avec les plantes et les arbustes, l’eau de pluie s’imprègne et retarde l’eau d’atteindre le sol des rues, les effets néfastes des crues soudaines sont amoindris.

L’étude note également d’autres avantages qui sont plus difficiles à mesurer : un meilleur bien-être pour les employés de bureau qui peuvent profiter de plus de nature (et un air pur), en plus d’ une écologie urbaine plus diversifiée, ce qui permet aux insectes et aux plantes de prospérer.

Et les bonnes nouvelles sont que ces façades vertes peuvent être montées sur des bâtiments existants. Selon l’équipe derrière le rapport, les panneaux solaires et les systèmes de productions verticales peuvent être facilement ajoutés.

Les villes qui sont plus respectueuses de l’environnement, plus propres, plus silencieuses, plus sûr, plus fraîches et elles sont plus agréables pour travailler dans un tel environnement.

« Nous avons maintenant l’occasion de repenser la façon dont les villes peuvent améliorer l’infrastructure verte et, en même temps, de contribuer à réduire la consommation d’énergie, d’améliorer la qualité de l’air et le bien-être des gens» , dit le rapport Arup Cities.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur

sources : http://www.sciencealert.com/ / http://publications.arup.com/

(244)

Laissez un message

Laissez un message