Dernières Infos

Notre système solaire contient des océans partout

De tout temps, l’Homme a toujours cru que la Terre et ses océans en faisaient un lieu tout à fait exceptionnel, il avait raison. Par la vie  qui s’est développée sur notre planète, notre berceau est fantastique. Cependant toute cette eau qui a baigné les éléments de cette vie est très loin d’être exceptionnelle. En effet, simplement dans notre système solaire elle s’y trouve en abondance.

Ainsi les planètes ou les lunes suivantes, Encelade, Dioné, Europe, Pluton, Triton, Callisto, Titan, Ganymede, possède autant sinon nettement plus d’eau que sur Terre.

Mais rapprochons nous de certains de ces mondes :

Titan :

titan

Titan est principalement composé de roche et d’eau gelée. Son épaisse atmosphère a longtemps empêché l’observation de sa surface jusqu’à l’arrivée de la missionCassini-Huygens en 2004. Cette dernière a permis la découverte de lacs d’hydrocarbures liquides dans les régions polaires du satellite.

Avec ses liquides (à la fois à la surface et sous la surface) et son épaisse atmosphère de diazote, Titan est perçu comme un analogue de la Terre primitive, mais à une température beaucoup plus basse. Le satellite est cité comme un possible hébergeur de vie extraterrestre microbienne ou, au moins, comme un environnement prébiotique riche en chimie organique complexe. Certains chercheurs suggèrent qu’un possible océan souterrain pourrait servir d’environnement favorable à la vie. Titan serait composé à moitié de glace d’eau et à moitié de roches (silicates et fer). Cette glace est majoritairement de la glace d’eau mais elle est probablement mélangée avec de la glace d’ammoniac ainsi qu’à des glaces d’hydrocarbures, principalement du méthane et de l’éthane. L’intérieur du satellite est peut-être toujours chaud et il est possible qu’une couche liquide d’eau et d’ammoniac existe entre la croûte de glace et les couches de glaces plus internes. Un indice d’un tel océan est donné par la sonde Cassini sous la forme d’ondes radio à très basse fréquence dans l’atmosphère de Titan.

Mais Titan est surpassé par les lunes suivantes :

 Ganymède :

Ganymede

Ganymède possède un océan plus vaste que ceux sur Terre. C’est une lune de Jupiter. Des données recueillies par Hubble attestent l’existence, sous la croûte de Ganymède, d’un océan d’eau salée profond de cent kilomètres. Une découverte qui renforce la probabilité d’une vie extraterrestre. Un océan nettement plus profond que sur l’ensemble de la Terre

Selon les données recueillies par le téléscope spatial Hubble en 2015, Ganymède, la plus grosse lune de Jupiter et du système solaire, contient de colossales réserves d’eau sous son épaisse croûte glacée.

« Nous pensons que dans un lointain passé, cet océan a même pu communiquer avec la surface », a expliqué Jim Green, le directeur de la division science planétaire.

Europe :

.._photos_europe3

Jupiter possède en plus d’Europe, trois autres satellites galiléens : Ganymède, Io et Callisto. Europe, qui doit son nom à une princesse phénicienne enlevée par Zeus, aurait été observée pour la toute première fois par Galilée le 7 janvier 1610 à l’aide d’une lunette grossissante. Avec son diamètre de 3 121 Km, Europe se classe au quatrième rang des satellites les plus gros de notre système. Il lui faut trois jours pour faire le tour de Jupiter.

Mais si l’on en croit les scientifiques de la Nasa, Europe, l’une des 67 lunes de Jupiter, est « l’endroit de notre système solaire où il est actuellement le plus probable de trouver de la vie ». Et pour cause : l’océan sur cette lune ferait entre 500 et 1000 km de profondeur emprisonné sous une croute de glace qui ferait entre 10 et 100 km d’épaisseur, avec des caractéristiques chimiques proches de celles des océans terrestres.

Les observations réalisées par les instruments des nombreuses sondes qui ont fréquenté l’orbite de Jupiter depuis le début des années 1970 ont permis de comprendre que la croûte de glace que nous voyons enveloppe très probablement un océan d’eau salée que la chaleur émanant du cœur d’Europe permet de maintenir liquide depuis des centaines de millions, voire des milliards d’années. 

L’épaisseur de la croûte serait inférieure à une dizaine de km et elle pourrait flotter, comme une banquise globale, sur un océan d’eau salé d’une centaine de km de profondeur abritant un volume d’eau plusieurs fois supérieur à celui de tous les océans terrestres.

Une nouvelle étude américaine montre que le peroxyde d’hydrogène – une source d’énergie importante pour la vie – est abondant à la surface d’Europe, l’un des satellites naturels de Jupiter.

Encelade :

encelade

Les astrophysiciens savent qu’Encelade, sous sa croûte de glace magnifiquement imagée par Cassini, abrite une couche d’eau liquide de quelques kilomètres d’épaisseur. Cette coque laisse s’échapper de la vapeur et des miettes de glaces.

La sonde américaine Cassini avait détecté des températures et des molécules organiques complexes attestant de la présence d’eau et de conditions de vie possibles sur Encelade, une des lunes de Saturne, selon la Nasa.

Une étude publiée en 2008 par la revue scientifique britannique Nature tendait à confirmer qu’Encelade pourrait receler de l’eau sous forme liquide dans son sous-sol dans la région du pôle Sud.

Une première étude avait conclu que ces geysers pouvaient s’expliquer par l’effet des marées auxquels est soumis ce petit corps glacé, de par sa proximité avec Saturne. Il faut qu’un océan subsiste sous la couche de glace qui recouvre Encelade, du moins dans la région du pôle Sud, pour faire bouger la croûte de glace, concluaient les chercheurs. Les résultats de la nouvelle étude « impliquent que de l’eau sous forme liquide existe » bien.

Dioné :

dione

La dernière découverte vient de Dioné, une autre lune de Saturne :

Des astronomes pensent avoir découvert la preuve de l’existence d’un océan d’eau liquide sous la surface du satellite.

Dioné a été découverte par Giovanni Domenico Cassini en 1684 et donc la même année que Téthys, une autre lune de Saturne. Elle a fait l’objet de nombreuses études par le passé et nous savons ainsi qu’elle se compose essentiellement d’eau sous forme de glace.

Elle a cependant une autre particularité intéressante : sa densité.

Dioné abriterait elle aussi un océan souterrain. un gigantesque océan d’eau liquide serait caché dans les profondeurs du satellite, à une centaine de kilomètres sous son épaisse couche de glace. Toutes les conditions seraient réunies pour le développement d’une vie microbienne

Stupéfiant, mais ce n’est pas terminé, car cet océan serait immense et il ferait ainsi plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur. Il entourerait le noyau rocheux de la lune et il constituerait même « une zone potentiellement habitable pour une vie microbienne durable ». Pourquoi ? Tout simplement parce que l’océan serait en contact direct avec le noyau rocheux, un noyau capable de fournir des sels minéraux et une source d’énergie, des conditions nécessaires à l’apparition et au développement de la vie.

Si nous continuons à observer ce qui se passe dans notre système solaire, nous pouvons faire la représentation suivante :

oceans-eau-planetes-lunes-systeme-solaire

Oui les océans existent partout sur bien des mondes, des pires comme sur le meilleur qui reste notre planète et qui prouve encore qu’elle doit être protégée pour la vie qui a pu s’y développer. Nous pouvons également imaginer qu’ailleurs sur des mondes encore plus lointains, sur des exoplanètes, des océans grouillant de vie ont pu également naître et permettre au vivant de s’y propager partout. Ainsi est fait le cosmos.

Adaptation TDF

Plus d’informations : Ganymede Titan Encelade Europe Objectif Europe Encelade Dioné

(405)

Laissez un message