Dernières Infos

Y a-t-il de la vie sur Europe ?

Y a-t-il de la vie sur Europe ? C’est ce que la dernière mission de la NASA espère trouver .
Cette semaine, la réalisation du projet « Europa clipper » s’est précisée. D’ici une dizaine d’années, un vaisseau spatial pourrait tourner en orbite autour d’Europe, satellite de Jupiter, première étape vers la recherche d’une possible trace de vie extraterrestre.

Le projet de la NASA d’envoyer un vaisseau spatial vers la lune de Jupiter, Europe, s’est concrétisé cette semaine par l’annonce des neuf instruments qui composeront la sonde. Quelle sera sa mission et pourquoi cette lune précisément ?
Michel Viso :  » Tout d’abord nous sommes dans une phase d’étude qui reste encore préliminaire. Europa Clipper est un projet de mission à très long terme. Pour l’instant, cela reste un concept préalable à une décision qui engagerait des sommes qui dépasseraient les 2 milliards de dollars.

La NASA a sélectionné des instruments qui lui donneraient –si cela se concrétise- des informations scientifiques intéressantes pour déterminer des caractéristiques essentielles d’Europe .

Avant de parler de vie, il faut confirmer la présence d’un océan sur cette lune, mesurer l’épaisseur de la glace qui l’emprisonne, en cartographier l’ensemble de la surface pour sélectionner les endroits les plus intéressants pour les futures explorations de surface et enfin, seulement, commencer à analyser ce qui pourrait être emprisonné dans la glace (sels minéraux et molécules organiques).

Europe est l’une des quatre grosses lunes de Jupiter (découvertes par Galilée). Grâce à la mission Galiléo, les scientifiques ont montré qu’elle était composée d’un noyau rocheux et d’une croute de glace qui emprisonnerait un océan. En raison de la présence d’eau liquide, certains scientifiques pensent qu’il pourrait y avoir des formes de vie.

D’après les premières estimations faites par calcul, l’océan sur cette lune ferait entre 500 et 1000 km de profondeur emprisonné sous une croute de glace qui ferait entre 10 et 100 km d’épaisseur. Compte tenu de la configuration de l’orbite de la lune- autour de Jupiter- il y aurait un phénomène de marée terrestre ou marée rocheuse suffisant pour provoquer une activité volcanique (activité tectonique) au sein du noyau rocheux et donc au fond des océans. Cette activité volcanique apporterait dans l’océan de l’énergie –de la chaleur- et des éléments suffisants pour provoquer des réactions chimiques entre les composés présents, pouvant favoriser la fabrication de molécules organiques.

Cette lune est intéressante dans la mesure où elle est l’un des seuls endroits du système solaire sur lequel il pourrait avoir de l’eau liquide et de l’énergie. Les autres endroits possibles sont peu nombreux : Encelade, une petite lune, autour de Saturne, la lune Titan toujours autour Saturne, et bien sûr la Terre.

Avant Europa Clipper, partira la mission Juice sélectionnée par l’Agence Spatiale Européenne. Elle, aussi, explorera le système de Jupiter et fera notamment deux survols d’Europe. En théorie, elle devrait être lancée en 2022 pour une arrivée prévue en 2030. »

Aujourd’hui, quels sont les endroits dans l’espace où nous serions susceptibles de trouver des formes de vie ?
Michel Viso : » Aujourd’hui, le seul endroit sur lequel il est absolument certain de trouver de la vie est et reste la Terre. Parmi les planètes et leurs satellites dans le système solaire, les endroits qui pourraient abriter de la vie sont ceux qui ont eu ou ont encore de l’eau liquide en surface ou dans des océans ou des poches géologiques. Ceci restreint leur nombre à trois cibles principales : Mars qui a des traces géologiques d’écoulements d’eau anciens à sa surface, Europe avec son océan en contact avec le noyau rocheux et Encelade qui a une source d’énergie interne bien qu’elles soit très petite.

Il n’y a guère d’autres endroits dans notre système solaire compatibles avec l’idée que nous nous faisons de la vie. Pour ces trois cibles potentielles, nous en sommes réduits aux hypothèses. Elles motivent cependant des missions d’observation et d’exploration. Même si la présence d’une forme de vie est très improbable, nous avons beaucoup à apprendre des réactions chimiques qui se produisent dans ces milieux. Et puis les hypothèses scientifiques sont aussi faites pour être démenties par de nouvelles découvertes ! « 

TDF

source et extrait de http://www.atlantico.fr/

(227)

Laissez un message