Dernières Infos

Les villes du futur de notre monde seront vertes

Photo: Courtesy of BIG.

6 villes futuristes en construction à travers le monde. Présentes sur les différents continents, ces villes nous donnent un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler le monde dans 50 ans.

Il n’y a rien de plus humain que la volonté de bâtir des villes toujours plus futuristes. Elles habitent nos utopies et dystopies littéraires, dévoilent leurs esthétiques dans les films et les séries, et aujourd’hui, sont sur le point d’être en phase avec notre époque actuelle. Même si façonner l’avenir a toujours été une exigence fondamentale chez les architectes et les urbanistes, cette mode a évolué au cours des dernières années. Tous les mois, il existe des nouveaux plans pour des zones métropolitaines entièrement repensées : des villes flottantes aux hôtels dans l’espace, les possibilités sont infinies. Dans ces nouvelles villes, les infrastructures durables et les technologies intelligentes sont privilégiées, et certaines prévoient même des dispositifs qui n’ont pas encore été inventés ou mis sur le marché, comme des voitures volantes ou des transports autonomes à très grande vitesse. C’est dans cet esprit que AD a sélectionné six des projets de villes du futur les plus intéressants, dont certains sont déjà en cours de réalisation.

Photo: Stefano Boeri.

Smart Forest City, Mexique
En 2019, l’architecte italien Stefano Boeri a dévoilé les plans de Smart Forest City, une ville intelligente à proximité de Cancún. La métropole, qui devrait abriter 7,5 millions de plantes, s’inspire de l’héritage maya de la région et de la relation de cette culture avec la nature. « À travers les parcs publics, les jardins privés, les toits verts et les façades végétalisées, la nature pourra reprendre ses droits grâce aux nombreux espaces verts et à l’empreinte carbone des bâtiments », a expliqué l’agence à Deezen. La collecte de données est un aspect crucial du projet proposé, mais Stefano Boeri assure qu’elle sera faite dans l’intérêt des résidents et sera utilisée pour améliorer la gouvernance.

Photo: Courtesy of BIG.

Telosa, États-Unis
Selon le milliardaire Marc Lore, l’idée de Telosa est de « créer une nouvelle ville en Amérique qui définira une nouvelle norme mondiale pour la vie urbaine, replacera l’humain au centre et s’imposera comme modèle pour les générations futures. » Même si l’emplacement exact n’est pas encore connu, la ville privilégiera les piétons et les cyclistes avec quelques « véhicules autonomes lents. » Imaginée comme une cité durable et conçue par Bjarke Ingels Group, la zone urbaine de Telosa sera alimentée par des énergies renouvelables, les espaces verts seront protégés, et l’eau sera stockée, nettoyée et réutilisée sur place. En plus des initiatives environnementales, Telosa reposera sur le concept d’équitisme, « un système économique dans lequel les citoyens auront également un intérêt dans la gestion des terres municipales ». Le projet souhaiterait réunir une population de 5 millions d’habitants d’ici 2050.

Photo: All photos courtesy of NEOM.

The Line, Arabie saoudite
Construire une ville futuriste a un coût. Pour bâtir The Line, une ville longue de 160 kilomètres, l’Arabie saoudite prévoit par exemple d’investir entre 100 et 200 milliards de dollars. Revêtue d’une façade en miroir, la ville prévoit de ne plus avoir recours aux voitures (et donc de limiter les émissions de carbone) en mettant en place un réseau de transport autonome à grande vitesse. Selon le site Gizmodo, la construction de la ville est déjà entamée et devrait s’achever en 2030.

Photo: Courtesy of BIG

Oceanix Busan, Corée du Sud
Même si les promesses de villes flottantes sont de plus en plus courantes, Oceanix Busan pourrait être la première à voir le jour. Oceanix a fait appel au Bjarke Ingels Group et à SAMOO pour concevoir la ville. La cité portuaire de Busan s’est rapidement engagée à participer à la construction du premier prototype, qui a été livré à l’ONU en avril 2022. Construite en biorock, un matériau autosuffisant et autoréparateur au fil du temps, la ville pourrait servir de modèle à d’autres communautés côtières confrontées à la montée du niveau de la mer et à d’autres difficultés liées au réchauffement climatique.

Photo: Courtesy of MRVD

Chengdu Sky Valley, Chine
Conçue par le cabinet MVRDV, la ville de Chengdu Sky Valley a d’abord été présentée pour la compétition Future Science and Technology City, même si la réalisation du projet est pour l’instant suspendue. La métropole est pensée pour préserver et mettre en valeur les traditionnels Linpan, des communautés rurales situées dans les vallées de la région. C’est pourquoi les nouvelles constructions sont regroupées sur les collines et conçues pour accentuer la ligne d’horizon de la vallée. Tout en préservant les paysages agricoles de la région, les habitants pourront profiter « d’un plus large choix de modes de vie, de possibilités de constructions autonomes et de styles de vie autosuffisants en harmonie avec la nature ».

Photo: Courtesy of Foster+Partners

Amaravati, Inde
Même si le plan d’Amaravati initialement établi par Foster+Partners ne sera finalement pas exécuté, il donne un bon aperçu de ce à quoi pourrait ressembler une ville du futur. Dans ce plan, un complexe gouvernemental servait de point d’ancrage et un large espace vert traversait la ville en son centre, inspiré par le New Delhi de Lutyens et Central Park à New York. Le cabinet a également imaginé une stratégie environnementale dans laquelle « au moins 60 % de la surface de la ville serait occupée par des espaces verts ou de l’eau ». Selon Foster+Partners, la métropole aurait été parmi les plus durables au monde et aurait fait appel à diverses technologies émergentes, comme l’énergie photovoltaïque, les véhicules électriques, les taxis aquatiques et les pistes cyclables.

Article initialement publié sur AD US.

Source française : https://www.admagazine.fr/

(172)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.