Dernières Infos

Les « espaces bleus » nous influencent très positivement pour la vie

Le plaisir de barboter à la plage ou d’explorer un ruisseau est un élément emblématique de l’enfance pour d’innombrables enfants dans le monde. Selon une nouvelle étude, il pourrait également s’agir d’un investissement précieux pour la santé mentale tout au long de la vie.

Passer du temps dans la nature peut réduire de manière significative le stress, améliorer l’humeur et offrir d’autres avantages pour la santé mentale.

Ce n’est pas toujours par choix, bien sûr. Tout le monde n’a pas un accès facile à la nature sauvage, et si certains parcs urbains et forêts urbaines offrent des avantages similaires, ils ne sont pas non plus disponibles partout.

Pour beaucoup de gens, c’est une question de motivation. Même lorsque nous pourrions consacrer une heure à une randonnée en forêt ou à la détente au bord d’une rivière, nous ne nous sentons pas toujours suffisamment motivés. Les environnements urbains sont remplis d’obligations, de distractions et d’autres éléments qui accaparent notre attention.

Et comme le suggère la nouvelle étude, notre motivation variable à visiter la nature à l’âge adulte – et donc notre exposition variable aux avantages potentiels pour la santé – peut trouver son origine dans notre jeunesse. Cela corrobore des recherches antérieures établissant un lien entre les expériences de l’enfance dans la nature et la santé mentale à l’âge adulte.

« Dans le contexte d’un monde de plus en plus technologique et industrialisé, il est important de comprendre comment les expériences de la nature vécues pendant l’enfance sont liées au bien-être à l’âge adulte », explique l’auteur principal, Valeria Vitale, candidate au doctorat à l’université Sapienza de Rome.

Pixabay License

À partir des données de 16 000 personnes dans le monde, Vitale et ses collègues ont constaté que les adultes qui se disaient relativement souvent joyeux et de bonne humeur étaient plus susceptibles de déclarer avoir joué dans et autour d' »espaces bleus » pendant leur enfance, c’est-à-dire des environnements aquatiques comme les océans, les lacs, les rivières et les ruisseaux.

Des recherches antérieures ont établi un lien entre l’exposition aux espaces bleus et l’amélioration de la santé mentale, à l’instar des célèbres bienfaits des forêts et autres habitats végétalisés connus sous le nom d’espaces verts.

Et comme de nombreux espaces bleus sont en fait des espaces bleu-vert, avec des arbres ou d’autres végétaux importants autour de l’eau, « l’exposition des enfants aux espaces bleus est susceptible de jouer un rôle dans la prédiction de la fréquence future des visites d’espaces verts », écrivent les auteurs de la nouvelle étude.

La recherche utilise les données de l’enquête internationale BlueHealth, une enquête multi-pays « axée sur l’utilisation récréative des espaces bleus et leur relation avec la santé humaine », selon son site web.

Dans le cadre de l’enquête, les personnes interrogées ont été invitées à se souvenir de leurs expériences d’enfance dans des espaces bleus, de la naissance à l’âge de 16 ans, et à fournir des détails tels que la fréquence de leurs visites, la distance à parcourir et l’aisance avec laquelle leurs parents ou tuteurs les laissaient jouer.

Ils ont également été interrogés sur leur vie actuelle, notamment sur leur bien-être émotionnel et psychologique au cours des deux dernières semaines et sur la fréquence de leurs visites dans les espaces verts ou bleus au cours des quatre dernières semaines.

L’enquête a révélé que les adultes qui se souvenaient d’un plus grand nombre d’expériences d’enfance dans des espaces bleus avaient tendance à accorder une plus grande valeur intrinsèque aux espaces naturels en général, et à les visiter plus souvent. Ces deux caractéristiques étaient à leur tour liées à une meilleure santé mentale à l’âge adulte.

La motivation intrinsèque est « le désir de faire quelque chose parce que c’est agréable, précieux et intrinsèquement gratifiant », écrivent les chercheurs. Dans cette étude, les personnes qui voyaient une plus grande valeur intrinsèque dans la nature se rendaient également plus souvent dans des environnements naturels et avaient une meilleure santé mentale.

Cela correspond à des recherches antérieures suggérant que la motivation intrinsèque peut faire une grande différence.

Pixabay License

Non seulement la motivation intrinsèque semble contribuer à susciter l’intérêt et l’engagement dans une activité de loisirs bénéfique, notent les chercheurs, mais elle pourrait aussi rendre l’activité encore plus bénéfique.

Selon des recherches antérieures, une personne motivée à pratiquer une activité a tendance à être plus détendue, plus concentrée et moins accablée par des émotions négatives qu’une personne motivée extrinsèquement. Cela peut accroître le plaisir de l’activité, ce qui renforce encore son caractère habituel.

« Nos résultats suggèrent que l’acquisition d’une familiarité et d’une confiance dans et autour des espaces bleus pendant l’enfance peut stimuler une joie inhérente de la nature », dit Vitale, « et encourager les gens à rechercher des expériences récréatives dans la nature, avec des conséquences bénéfiques pour la santé mentale des adultes. »

Bien sûr, laisser les petits enfants jouer autour de l’eau peut être angoissant pour les parents, qui doivent tenir compte de la sécurité de l’enfant ainsi que de son bonheur à long terme.

« Les milieux aquatiques peuvent être dangereux pour les enfants, et les parents ont raison d’être prudents », explique la coauteure Leanne Martin, associée de recherche postdoctorale au Centre européen pour l’environnement et la santé humaine de l’Université d’Exeter.

« Cette recherche suggère cependant que le fait d’aider les enfants à se sentir bien dans ces environnements et de développer des compétences telles que la natation à un âge précoce peut avoir des avantages pour la vie entière, ceci était non reconnu auparavant. »

L’étude a été publiée dans The Journal of Environmental Psychology.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(107)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :