Dernières Infos

Le pôle Sud vient de connaître l’hiver le plus froid jamais enregistré

credit Pixabay License

Les températures hivernales glaciales de l’Antarctique contrastent avec les tendances observées dans le reste du monde, qui a enregistré son quatrième été le plus chaud.

Le pôle Sud vient de connaître l’hiver le plus froid jamais enregistré.

Entre avril et septembre, une station de recherche située sur un haut plateau de l’Antarctique a enregistré une température moyenne de moins 61 degrés Celsius. Il s’agit de la température la plus froide enregistrée depuis que l’on a commencé à tenir des registres en 1957, et elle est inférieure d’environ 2,5 degrés C à la moyenne la plus récente sur 30 ans, selon le Washington Post.

Le précédent record pour l’hiver le plus froid était de moins 60,6 C en 1976, a écrit Stefano Di Battista, un journaliste, sur Twitter. Le Post a appris ce record par l’intermédiaire de Battista, mais a ensuite confirmé l’information auprès de Richard Cullather, chercheur scientifique au Global Modeling and Assimilation Office de la NASA.

L’hiver glacial est probablement causé par un fort vortex polaire dans la stratosphère, la deuxième couche de l’atmosphère de la planète à partir de la surface de la Terre, selon le Post. « En fait, les vents dans la stratosphère polaire ont été plus forts que la normale, ce qui est associé au déplacement du courant-jet vers le pôle », a déclaré Amy Butler, spécialiste de l’atmosphère à la NOAA, au Post. « Cela maintient l’air froid enfermé sur une grande partie de l’Antarctique ».

Qui plus est, un vortex polaire fort entraîne également une plus grande diminution de l’ozone dans la stratosphère, ce qui renforce encore plus le vortex polaire, selon le Post. L’ozone est un gaz composé de trois molécules d’oxygène que l’on trouve en altitude dans l’atmosphère. L’ozone protège la surface de la Terre des rayons ultraviolets nocifs et son appauvrissement peut élargir le trou d’ozone au-dessus de l’Antarctique.

Alors que l’Antarctique enregistre la température moyenne hivernale la plus froide connue, les satellites ont détecté des températures individuelles bien plus basses, jusqu’à moins 98 C, selon le Post.

Grâce aux températures glaciales, les niveaux de la glace de mer autour de l’Antarctique étaient à leur cinquième niveau le plus élevé jamais enregistré en août 2021, selon le Post. Mais la glace a rapidement fondu au cours des semaines suivantes et, à la fin du mois de septembre, la banquise s’était amincie pour atteindre les niveaux les plus bas jamais observés à cette époque de l’année. Les scientifiques ont déclaré au Post que le climat de l’Antarctique est sujet à des changements rapides et qu’un hiver glacial n’atténue pas la gravité du changement climatique.

Les températures hivernales glaciales de l’Antarctique contrastent avec les tendances observées dans le reste du monde, qui a globalement enregistré son quatrième été le plus chaud. En fait, juillet 2021 a été le mois le plus chaud jamais enregistré selon Live Science.

« Un hiver froid est intéressant mais ne change pas la tendance à long terme, qui est le réchauffement », a déclaré au Post Eric Steig, professeur de sciences atmosphériques à l’université de Washington. À long terme, l’Antarctique, comme le reste du monde, se réchauffe et perd rapidement de la glace de mer.

Lisez l’article original du Washington Post ici.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.livescience.com/

(1140)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :