Dernières Infos

Le CO2 atmosphérique vient d’atteindre un pic jamais vu sur Terre depuis 4 millions d’années

credit Pixabay License

Malgré les maigres espoirs d’un répit dans la crise climatique grâce à l’arrêt des activités mondiales pendant la pandémie, de nouvelles preuves confirment qu’il n’existe pas de solution miracle.

Des mesures récemment publiées des niveaux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère montrent en effet que les concentrations de ce produit chimique qui piège la chaleur ont atteint des niveaux record que les scientifiques n’avaient jamais vus depuis le début des relevés modernes.

Le mois de mai a connu les niveaux les plus élevés de CO2 jusqu’à présent en 2021, avec une concentration moyenne de 419,13 parties par million (ppm), ont annoncé lundi 7 juin 2021 des chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

« Nous ajoutons environ 40 milliards de tonnes métriques de pollution au CO2 dans l’atmosphère par an », a déclaré Pieter Tans, climatologue principal du Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA.

« Si nous voulons éviter un changement climatique catastrophique, la priorité absolue doit être de réduire la pollution au CO2 à zéro le plus tôt possible. »

credit (Scripps Institution of Oceanography)

Ci-dessus : La courbe de Keeling, mesures des concentrations de CO2 de 1958 à aujourd’hui.

Selon les scientifiques, le nouveau pic de 419,13 ppm est la moyenne mensuelle la plus élevée depuis le début des mesures atmosphériques précises, il y a plus de 60 ans.

Mais l’ampleur réelle de ce résultat ne peut pas être mesurée en décennies, car il faudrait remonter beaucoup, beaucoup plus loin dans le temps pour trouver l’atmosphère terrestre aussi surchargée de CO2 qu’aujourd’hui.

Jusqu’où remonter ? Eh bien, à peu près jusqu’à l’époque du Pliocène, c’est-à-dire il y a environ 4,1 à 4,5 millions d’années, selon la NOAA, qui a été la dernière période où la charge atmosphérique en dioxyde de carbone était comparable à celle d’une atmosphère polluée d’aujourd’hui.

Nous le savons parce que les chercheurs ont reconstitué les concentrations atmosphériques passées de CO2 à l’aide de méthodes de substitution complexes, telles que les compositions isotopiques du carbone trouvées dans les sédiments marins provenant de divers endroits du globe.

Les niveaux élevés de CO2 atmosphérique accumulé à la fin du Pliocène signifient que le monde était très différent à l’époque, avec une augmentation de 2 à 3 degrés Celsius par rapport à la période préindustrielle de référence.

En fait, les régions polaires de la Terre étaient si chaudes qu’elles étaient recouvertes de forêts, et la glace qui s’est formée plus tard dans l’Antarctique et l’Arctique était encore de l’eau liquide, gonflant les océans jusqu’à un niveau de plus de 20 mètres supérieur à celui d’aujourd’hui.

Les scientifiques craignent que nous ne soyons qu’à quelques centaines d’années d’un retour à ces conditions, lorsque les niveaux de CO2, aujourd’hui comparables, auront eu le temps de réchauffer à nouveau la planète.

Avant même d’en arriver là, l’élévation du niveau de la mer prévue d’ici la fin du siècle pourrait à elle seule menacer de déplacer des centaines de millions de personnes – et pour beaucoup de ceux qui trouveront refuge sur la terre ferme, la chaleur mortelle sera insupportable.

Ce serait bien si la NOAA se trompait d’une manière ou d’une autre, auquel cas nous n’aurions pas à nous préoccuper autant des 419,13 ppm relevés en mai et de ce qu’ils laissent présager. Mais d’autres scientifiques constatent la même chose.

Des mesures distinctes effectuées par la Scripps Institution of Oceanography confirment largement les chiffres de la NOAA, à une différence près : l’équipe de la Scripps a calculé une moyenne de 418,92 ppm pour le mois de mai (contre 417 ppm un an plus tôt).

En fait, pendant au moins deux jours en 2021, les chercheurs du Scripps ont observé des niveaux quotidiens dépassant 420 ppm, ce qui constitue une autre première désastreuse dans l’histoire de l’humanité.

Quoi qu’il en soit, les nouveaux résultats s’inscrivent dans un contexte familier et fermement établi. Ils ne sont que les dernières preuves d’une trajectoire inchangée des niveaux de CO2, une histoire que nous nous retrouvons à raconter année après année, encore et encore.

C’est désespérant. Mais ce n’est pas nécessaire.

« La solution est sous nos yeux », affirme M. Tans.

« L’énergie solaire et l’énergie éolienne sont déjà moins chères que les combustibles fossiles et elles fonctionnent à l’échelle requise. Si nous prenons rapidement des mesures concrètes, nous pourrons peut-être encore éviter un changement climatique catastrophique. »

Ce qui est clair, c’est que malgré les arrêts de la pandémie – et les baisses temporaires de pollution qu’ils ont entraînées – ce type de réduction des émissions n’est pas suffisant pour que nous puissions encore constater un effet significatif sur les concentrations globales de CO2 dans l’atmosphère, surtout dans le contexte des fluctuations naturelles des émissions de carbone.

Les scientifiques pensent qu’une baisse de 30 % des émissions humaines, pendant au moins six mois, pourrait avoir un effet observable. Mais ce n’est pas le cas de la pandémie, au cours de laquelle les émissions ont diminué d’environ 6 %.

Et tous les autres signes indiquent que nous allons de toute façon dans la mauvaise direction.

« La dernière décennie a connu la croissance la plus rapide du [CO2] de toute l’histoire de l’humanité », a déclaré Ralph Keeling, géochimiste de Scripps, au New York Times.

« Ce n’est donc pas seulement que les niveaux sont élevés, c’est qu’ils continuent à augmenter rapidement ».

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(264)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :