Dernières Infos

La Chine a « modifié » la météo à l’occasion du centenaire du parti communiste à Pékin

Pixabay License

L’opération d’ensemencement des nuages a été lancée au-dessus des banlieues et des zones environnantes quelques heures avant le centenaire du parti communiste à Pékin
Selon des chercheurs de l’université de Tsinghua, la pluie artificielle a permis de réduire de plus de deux tiers les polluants PM2,5 et d’améliorer la qualité de l’air.

Selon des scientifiques de l’université Tsinghua, la Chine a eu recours à l’ensemencement des nuages pour contrôler la pluie et la pollution dans la capitale avant un événement politique majeur en juillet. Selon eux, le gouvernement a lancé cette opération à grande échelle – consistant à recouvrir les nuages de produits chimiques pour provoquer des pluies – au-dessus de la banlieue de Pékin et de certaines zones voisines quelques heures avant que le Parti communiste ne célèbre son centenaire le 1er juillet.

Dans un document de recherche, ils estiment que la pluie artificielle qui a été créée a permis de réduire de plus de deux tiers le niveau de polluants atmosphériques PM2,5 et d’améliorer la qualité de l’air, qui est passée de « modérée » à « bonne » selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé. L’équipe de l’université de Pékin, dirigée par Wang Can, professeur de sciences de l’environnement, a déclaré qu’il était peu probable que cette baisse de la pollution ait une cause naturelle puisque « la pluie artificielle a été le seul événement perturbateur de cette période ». Leurs recherches ont été publiées le 26 novembre 2021 dans Environmental Science, une revue chinoise évaluée par des pairs.

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté à l’événement politique sur la place Tiananmen, qui a débuté à 8 heures du matin par un temps couvert. Une pluie diluvienne s’est abattue peu après la fin de la cérémonie de deux heures.

Les autorités météorologiques chinoises tentent de modifier la météo pour des événements importants depuis 2008, année où Pékin a accueilli les Jeux olympiques. Mais selon les scientifiques de Tsinghua, le centenaire du parti a présenté des défis sans précédent. L’un d’entre eux était une augmentation inattendue des polluants atmosphériques à l’approche de l’anniversaire, selon le document. Alors que la plupart des activités industrielles, comme les usines et les camions de marchandises, avaient été arrêtées à Pékin et dans les provinces voisines, la circulation de l’air avait également ralenti, ce qui rendait plus difficile la dissipation des polluants.

Pollution à Pékin – AP Photo/Kyodo News) JAPAN OUT, MANDATORY CREDIT

La capitale chinoise a également enregistré l’été le plus pluvieux de son histoire cette année, avec des précipitations presque deux fois supérieures à la moyenne. Le gouvernement municipal a déclaré que le niveau des eaux souterraines, qui avait baissé pendant des décennies, avait augmenté de près de 5 mètres en quelques mois.

Il a plu presque tous les jours au cours de la semaine précédant la cérémonie de juillet – le jour J, les spectateurs ont reçu des imperméables dans le cadre d’un pack souvenir. Selon le journal, une opération d’ensemencement des nuages de deux heures a débuté à 20h30 la veille.

Des personnes vivant dans les montagnes au sud-ouest de la ville ont déclaré avoir vu un grand nombre de fusées – utilisées pour envoyer de l’iodure d’argent dans le ciel afin de stimuler les précipitations – le 30 juin. « C’était très fort, comme le tonnerre, et cela a duré très, très longtemps… on se serait cru dans une zone de guerre », a déclaré un habitant, qui a refusé d’être nommé. « Puis la pluie est tombée, elle était assez forte ». Un autre résident a dit avoir trouvé des débris de roquettes qui avaient atterri près de chez lui.

La Chine a construit certains des réseaux les plus vastes et les plus sophistiqués au monde pour modifier la météo. L’année dernière, le gouvernement a lancé un programme de modification du temps couvrant une vaste zone dans l’ouest du pays, y compris le Xinjiang et le Tibet. Il vise à intercepter l’air humide à haute altitude, transporté par les vents de l’océan Indien au-dessus de l’Himalaya, qui devrait augmenter en raison du changement climatique.

À l’aide de satellites, d’avions, de stations radar mobiles et de technologies d’intelligence artificielle, les autorités météorologiques cherchent à prédire le mouvement de cet air humide afin de pouvoir utiliser des opérations d’ensemencement des nuages pour contrôler quand et où il pleuvra, selon les chercheurs impliqués dans le projet.

Certains craignent que de tels projets à grande échelle ne perturbent les régimes climatiques ailleurs dans la région. Mais selon Xu Xiaofeng, ancien directeur adjoint de l’administration météorologique chinoise, Pékin est conscient des risques ainsi que des limites de la technologie de modification de la météo.

« La modification de la météo n’est pas seulement un problème scientifique, mais aussi un projet d’ingénierie sociale étroitement lié aux intérêts, à l’environnement et aux responsabilités [d’un pays] », écrit Xu dans un article publié en octobre dans la revue chinoise Advances in Meteorological Science and Technology. « Pour faire face à ces problèmes, nous devons disposer de nouvelles lois, de nouveaux règlements ou de nouveaux traités internationaux », a-t-il ajouté.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.scmp.com/

(370)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :