Dernières Infos

Du Givre à Gogo

Nous avons vu il y a quelques temps que de forts contrastes de températures existaient. L’exemple 1er est celui de l’Antarctique qui depuis 25 ans se refroidit. Depuis 1992, la calotte polaire de l’Est Antarctique s’est épaissie de 45 milliards de tonnes d’eau, soit une quantité équivalente à la fonte des glaciers du Groënland. Paradoxalement, l’épaississement viendrait du réchauffement: plus chaude, l’atmosphère se charge en vapeur d’eau et les chutes neigeuses augmentent. Ainsi cette phrase tirée de Science & vie n’est pas un paradoxe mais de la simple physique.

Nous noterons également ceci : Depuis 30 ans, les chercheurs constatent un refroidissement de la stratosphère et un réchauffement de la basse troposphère.

Voici un effet pervers d’une telle situation…

 

Avez vous déjà observé ce qui se passe dans un réfrigérateur en hiver et en été. N’avez vous jamais été surpris de voir l’ampleur de givre qui se forme en plein été par rapport à l’hiver ?

Il est curieux de constater que la formation de givre est particulièrement renforcée en plein été et pourtant il fait chaud. Et bien ceci est tout à fait naturel. L’ouverture fréquente de votre porte de réfrigérateur apporte de la chaleur ambiante dans un lieu qui est déjà froid. La contraction des 2 températures favorise le gel de l’eau contenue dans l’air chaud qui s’engouffre dans l’appareil.

Ce qui se passe en Antarctique depuis 25 ans est exactement ce qui se passe dans un réfrigérateur. La planète s’échauffe apportant plus de neige sur le pôle sud. Il est fort à parier que ce phénomène doit être attendu également sur le pôle nord. Car sur les pôles, les températures restent toujours très basses. La sécheresse n’existe pas. Les précipitations ne pourront que s’amplifier avec une planète ayant une atmosphère qui se réchauffe. Du coup ces zones refroidissent encore plus les pôles et les cercles antarctiques et arctiques pendant les hivers.

Si nous sommes toujours à une époque où les poles ont de la glace, c’est tout simplement que les conditions actuelles sont ainsi. La nature a favorisé ces conditions d’aujourd’hui.

Avec les 500000 barils de pétrole qui brulent chaque jour ainsi que tous les polluants déversés dans l’atmosphère, l’Homme joue à une chimie dont il ne comprend pas un dixième. La planète sera dans l’obligation de re équilibrer ses forces face à un mécanisme qui n’est pas naturel pour pouvoir les remettre à jour. C’est comme une horloge atomique, on veut lui changer l’heure, on y arrive en lui mettant 1 heure d’avance, pour revenir à l’heure, elle enlèvera 2 heures, puis ensuite remettra 1 heure graduellement pour revenir à l’heure réelle.

Humour : L’iceberg rompt la chaîne du froid
Un iceberg de plus de deux fois la taille de l’île de Malte a dérivé à proximité d’une base australienne de l’Antarctique, cachant une bonne partie de l’horizon aux scientifiques qui s’y trouvent. Une équipe de l’armée australienne a été mobilisée pour intercepter l’iceberg. Le gouvernement australien a réquisitionné 30.000 sèche-cheveux pour faire fondre l’énorme amas de glace. Mais cette opération a provoqué une montée des eaux sans précédent dans tout l’Océan Indien. L’Indonésie, la Malaisie et le Sri Lanka ont alerté les organisations internationales pour qu’elles fournissent aux populations 145.000 serviettes-éponges afin d’absorber le flot. De son côté, l’association mondiale de protection des icebergs a débloqué des fonds pour pouvoir racheter ces serviettes et acquérir 75.000 congélateurs pour reconstituer l’iceberg disparu.

Retour dans la réalité : La preuve que cela commence à concerner également l’arctique est la couche d’ozone. Nous savons très bien qu’une baisse de la stratosphère contribue à détruire la couche d’ozone :

La couche d’ozone commence à s’amincir au-dessus de l’Arctique et la situation pourrait s’aggraver en cas de persistance d’un froid hivernal très rigoureux, a indiqué lundi 31 janvier 2005  la Commission européenne dans un communiqué.

«On constate, d’une manière générale, un amincissement de la couche d’ozone dans la région arctique depuis 1980», a expliqué Bruxelles dans un communiqué.

Au pôle Nord, les données récoltées sur cet amincissement montrent cependant de «très grandes variations annuelles», contrairement à la situation dans l’Antarctique, où «l’on a constaté une diminution de la couche d’ozone pratiquement chaque hiver depuis la fin des années 80», a rappelé Bruxelles.

Les différences observées entre les deux pôles s’explique par le fait que les hivers sont plus chaud dans l’Arctique que dans l’Antarctique, a poursuivi l’exécutif européen.

Or «la situation dans l’Arctique semble se rapprocher de celle de l’Antarctique», s’inquiète Bruxelles.

Concrètement, c’est plus exactement la «combinaison» d’un très grand froid et de produits chimiques nocifs qui «augmente le taux de détérioration» de la couche d’ozone, a expliqué Antonia Mochan, porte-parole du commissaire européen à la Recherche, Janez Potocnik.

Nous comprenons donc très bien que ce qui se passe en antarctique se passe après coup, dans l’arctique. Un fort refroidissement des grands fonds océaniques avait surpris des scientifiques australiens cet hiver. Quelques mois plus tard, on annonce l’arrêt du Gulf Stream dans l’atlantique nord. Bref la situation semble de plus en plus claire, nos océans et notre atmosphère ont vraiment un très gros problème et rien ne semble vouloir retenir l’action de la nature. Ceci est à suivre…

source : http://atchoumweb.over-blog.com/ / http://www.cyberpresse.ca / http://www.gdargaud.net/Antarctica/DomeC_Fr.html

(59)

Laissez un message