Dernières Infos

Des vagues de chaleur intenses détectées au fond de l’océan

Le Blob tel qu’observé en 2019-2021 (contours blancs) et les tendances de températures à la surface de la mer entre 1996 et 2021 (échelle de couleurs, en °C par décennie). Crédits : A. Barkhordarian & coll. 2022.

Un bond de 7 degrés Celsius a été détecté en moins d’une heure. Le « Blob », une vague de chaleur marine qui a sévi dans le Pacifique Nord-Est de 2013 à 2016, a été désastreux. Les scientifiques de l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère des États-Unis (NOAA) ont découvert des traces de vagues de chaleur marine plus profondes que les précédentes. Ces variantes peuvent produire un réchauffement plus important, durer plus longtemps et se produire avec un réchauffement de surface faible ou nul, selon les chercheurs. Ces vagues représentent donc un plus grand danger.

Les océans sont les principaux responsables de l’absorption de la chaleur supplémentaire produite par les émissions de carbone d’origine humaine. Bien qu’ils ne soient pas immédiatement considérés comme les plus touchés par le réchauffement climatique, leur température a augmenté de 1,5 °C au cours du siècle dernier et la fréquence des vagues de chaleur marines a augmenté de 50 % ces dernières années.

Surveiller les fonds océaniques est plus difficile que surveiller la surface. Les chercheurs ont donc utilisé une procédure appelée « réanalyse » pour combler les lacunes de données. Grâce aux avancées récentes en matière de collecte de données et de techniques de réanalyse, ils sont désormais en mesure d’évaluer les événements catastrophiques sur les fonds marins peu profonds et de créer des capacités de surveillance en temps réel pour informer les gestionnaires des ressources marines des conditions qui règnent dans les grands fonds.

Selon Dillon Amaya, chercheur au Laboratoire des sciences physiques de la NOAA, c’est la première fois que les chercheurs peuvent vraiment évaluer ces événements catastrophiques sur les fonds marins peu profonds. Pour Michael Jacox, océanographe coauteur de l’étude, la découverte précoce des vagues de chaleur marine est cruciale pour une gestion proactive des océans côtiers.

Les fonds marins sont des écosystèmes précieux capables de supporter des vagues de chaleur différentes de celles de la surface. Dans les zones peu profondes, les eaux de surface et souterraines se mélangent, entraînant des vagues de chaleur coexistantes. Cependant, ces vagues de chaleur peuvent également se produire indépendamment de celles de la surface, ce qui peut avoir des conséquences importantes pour la gestion des pêcheries et la biodiversité marine.

En 2015, la prolifération d’algues dangereuses et la destruction de l’habitat dans les forêts de varech ont entraîné des interdictions de pêche aux coquillages, causant une perte de plus de 185 millions de dollars à l’économie américaine. De plus, les températures anormalement élevées des eaux de fond ont été associées à divers problèmes biologiques tels que des changements dans les taux de survie des jeunes morues de l’Atlantique, la propagation de poissons-lions envahissants et le blanchiment des coraux.

Des études ont également révélé une chute de 71 % de la population de cabillauds dans le golfe de l’Alaska entre 2015 et 2017, ainsi qu’une prospérité du système dans des conditions océaniques inédites. Les conséquences économiques de ces perturbations se chiffrent en millions de dollars de pertes pour les pêcheries commerciales et non commerciales, ainsi que pour les municipalités côtières.

En somme, l’impact des vagues de chaleur sous-marines sur les écosystèmes marins et les activités humaines qui en dépendent est significatif. La surveillance et la gestion de ces phénomènes sont donc essentielles pour préserver la biodiversité marine et les économies locales.

Source : https://dailygeekshow.com/

(260)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.