Dernières Infos

Des signes dans le sol martien indiquent des conditions habitables pour la vie sur une longue période

credit Futura sciences

Y a-t-il de la vie sur Mars ? Y en a t-il eu un jour ? C’est l’une des plus grandes questions que nous nous posons au sujet de notre planète voisine. Aujourd’hui, des recherches indiquent qu’une partie de la planète rouge aurait pu abriter la vie à plusieurs reprises au cours de milliards d’années.

Grâce à une étude approfondie des images capturées par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, les scientifiques planétaires ont identifié des sédiments argileux dans le nord des vallées de Ladon, le sud du bassin de Ladon et les hautes terres du sud-ouest autour du bassin de Ladon, qui font tous partie de la région de Margaritifer Terra, très cratérisée.

L’argile indique la présence d’eau sur du long terme, car elle se forme dans des conditions de pH neutre avec une évaporation minimale de l’eau. L’équipe pense que l’eau a coulé ici depuis environ 3,8 milliards d’années jusqu’à environ 2,5 milliards d’années, soit une grande partie de l’histoire martienne.

« De plus, les sédiments stratifiés de couleur claire, qui présentent des inclinaisons relativement faibles et contiennent des argiles sur une distance de 200 kilomètres, sont la preuve qu’un lac était très probablement présent dans le bassin de Ladon et dans le nord de Ladon Valles « , explique Catherine Weitz, scientifique senior au Planetary Science Institute en Arizona.

« Le cadre lacustre et la présence d’argiles soutiennent un environnement qui aurait été favorable à la vie à cette époque. »

Si ce n’est pas exactement une preuve de vie – il faudrait aller creuser sur Mars à la recherche de fossiles pour vraiment le confirmer – cela suggère des conditions qui auraient bien pu favoriser la vie. C’est la dernière étude en date qui interprète les conditions de vie sur Mars à partir de ce que l’on peut voir de sa surface et de ses sédiments.

Les chercheurs pensent que des argiles se sont formées à l’origine autour des terrains plus élevés au-dessus du bassin de Ladon, avant d’être érodées par l’eau et transportées en aval vers un lac dans le bassin de Ladon.

Selon l’équipe, l’écoulement d’eau le plus récent aurait eu lieu au sud-ouest le long du bassin de Ladon. Les dépôts ici correspondent à une autre partie de Mars, le delta d’Eberswalde, juste au sud de la région couverte par cette étude.

« Nos résultats indiquent que les sédiments argileux déposés par l’eau courante à Eberswalde n’étaient pas inhabituels à cette époque plus récente, car nous voyons de nombreux exemples de jeunes vallées similaires qui ont déposé des argiles dans la région », explique Weitz.

À quoi pouvait ressembler l’eau sur Mars. (Institut des sciences planétaires)

Nous savons qu’il y a de la glace sur Mars, mais la recherche d’eau liquide se poursuit. Cette dernière étude confirme l’idée que l’eau courante était autrefois une partie importante du paysage martien – et qu’elle a peut-être apporté la vie avec elle.

Le caractère transitoire ou non de la présence d’eau sur Mars est crucial pour déterminer si la vie a pu être maintenue à un moment donné. La répartition des argiles et autres roches repérées par les chercheurs est cohérente avec la présence d’eau.

Qui plus est, les argiles sont des sources de nutriments et des stabilisateurs de l’environnement qui les entoure. Si l’on réunit de l’eau, des nutriments et des conditions stables, les chances de survie des organismes augmentent considérablement.

« Des conditions habitables peuvent avoir existé dans la région, au moins périodiquement, jusqu’à une période relativement tardive de l’histoire de Mars », écrivent les chercheurs dans leur article.

La recherche a été publiée dans Icarus.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(134)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :