Des rivières relieraient des lacs sous la glace de l’Antarctique

LONDRES (Reuters) – Des rivières larges comme la Tamise, qui relient sans doute des lacs subglaciaires, ont été découvertes sous la calotte du continent antarctique.

Les chercheurs britanniques qui ont mis au jour le système de connexions expliquant le déplacement de l’eau sur des centaines de kilomètres estiment que leur découverte remet en question l’idée que les lacs subglaciaires ont évolué indépendamment les uns des autres et pourraient abriter des formes de vie primitives.

« Jusque-là, on pensait que l’eau se déplaçait sous la glace par de très lentes infiltrations », a expliqué le professeur Duncan Wingham, de l’University College London (UCL), qui a dirigé l’équipe de chercheurs.

« Mais les nouvelles données montrent que, occasionnellement, les lacs subglaciaires ‘sautent’ comme des bouchons de champagne, libérant des inondations qui se propagent sur de très grandes distances ».

Les scientifiques projettent de forer la glace pour prélever des échantillons d’eau de ces lacs mais craignent, ce faisant, de les contaminer avec de nouveaux microbes.

« Nous pensions que ces lacs étaient des laboratoires biologiques isolés. Nous devons désormais revoir notre façon de penser », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Ces recherches, qui sont exposées dans la revue scientifique Nature, signifient également que l’eau des lacs antarctiques, qui ont été découverts dans les années 1960, ont pu se déverser dans l’océan, par le passé, et que cela est susceptible de se produire de nouveau.

Environ 150 lacs subglaciaires ont été découverts en Antarctique mais les chercheurs pensent qu’ils doivent se chiffrer au total en milliers. Le lac Vostok, qui a 15 à 20 millions d’années, serait le plus ancien de tous.

Sources : Reuters / http://www.boursier.com/

(31)

Laissez un message