Dernières Infos

Des chercheurs découvrent que le « petit age glaciaire » du XVII eme siècle refroidit encore le fond du Pacifique

The Study of Harvard The Great Pacific Study. Les modèles suggèrent que dans les profondeurs les températures sont d'une profondeur d'environ 2 kilomètres

Alors qu’une grande partie des océans réagissent à la hausse des températures dans le monde d’aujourd’hui, les eaux profondes et sombres du fond de l’océan Pacifique semblent faire exactement le contraire.

Une étude de Harvard révèle que certaines régions du grand Pacifique pourraient se refroidir à la suite d’un phénomène climatique survenu il y a des centaines d’années.

Vers le XVIIe siècle, la Terre connut une longue période de refroidissement, surnommée le petit âge glaciaire, qui apporta des températures plus fraîches que la moyenne dans la majeure partie de l’hémisphère nord.

Bien que cela fasse des siècles que tout cela se soit joué, des chercheurs ont déclaré que le Pacifique profond semblait être à la traîne derrière les eaux plus proches de la surface et qu’il réagissait toujours au petit âge glaciaire.

«Le climat varie selon des cycles», a déclaré Peter Huybers, professeur à l’École d’ingénierie et de sciences appliquées de Harvard John A. Paulson.

«Certains modèles régionaux de réchauffement et de refroidissement, tels que le petit âge glaciaire et la période chaude médiévale, sont bien connus.

« Notre objectif était de développer un modèle de la manière dont les propriétés intérieures de l’océan réagissent aux changements du climat de surface. »

La période chaude médiévale était une période allant du IXe au XIIe siècle, au cours de laquelle le climat de la Terre s’est orienté vers un climat plus chaud.

Vers le XVIIe siècle, la Terre connut une période de refroidissement prolongée, surnommée le petit âge glaciaire, qui apporta des températures plus fraîches que la moyenne dans une grande partie de l’hémisphère nord.

Le «petit âge glaciaire» n’était pas un véritable âge glaciaire, mais il faisait « anormalement » froid, du milieu des années 1600 aux années 1800. Les rivières ont également gelé à de nombreux endroits et des « foires du froid » ont eu lieu le long de la Tamise.

Il a été suivi peu de temps après par le petit âge glaciaire, qui a duré du XVI ème au XIX ème siècle, bien que certains prétendent que cela a commencé plus tôt.

Selon des chercheurs de la Woods Hole Oceanographic Institution et de l’Université de Harvard, cette période de refroidissement d’antan pourrait encore apparaître dans les températures de l’océan profond.

« Si l’océan de surface avait généralement refroidi pendant la plus grande partie du dernier millénaire, les parties de l’océan les plus isolées du réchauffement moderne pourraient encore l’être », a déclaré Jake Gebbie, océanographe physique à la Woods Hole Oceanographic Institution.

Pour tester cela, l’équipe a comparé les mesures prises au cours des années 1870 par des scientifiques du HMS Challenger aux données modernes.

Au cours de l’étude menée à la fin des années 1800, les chercheurs de l’époque ont plongé leurs thermomètres dans les profondeurs de l’océan entre 1872 et 1876, recueillant plus de 5 000 mesures au total. 

«Nous avons examiné ces données historiques», a déclaré Huybers.

Comme on pouvait s’y attendre, les comparaisons ont montré que la plupart des océans du monde se réchauffaient depuis un siècle.

Cependant, dans le Pacifique profond, les températures chutent. Cet effet pouvait être observé à une profondeur d’environ 2 km.

The Study of Harvard The Great Pacific Study. Les modèles suggèrent que dans les profondeurs les températures sont d’une profondeur d’environ 2 kilomètres

Selon l’équipe, cela pourrait influencer notre compréhension de la quantité de chaleur absorbée par l’océan au cours du siècle dernier, suggérant qu’elle pouvait être jusqu’à 30% inférieure à celle supposée auparavant.

Leurs résultats sont publiés dans un nouvel article de la revue Science.

« La correspondance étroite entre les prévisions et les tendances observées nous a donné la certitude qu’il s’agit d’un phénomène réel », a déclaré Gebbie.

« Une partie de la chaleur nécessaire pour équilibrer l’océan avec une atmosphère contenant davantage de gaz à effet de serre était apparemment déjà présente dans le Pacifique profond », a déclaré Huybers.

« Ces découvertes renforcent la nécessité d’une meilleure compréhension des causes de la période chaude médiévale et du petit âge glaciaire comme moyen de mieux comprendre les tendances du réchauffement moderne actuel ».

Adaptation TDF

source : https://www.dailymail.co.uk/

(643)

Laissez un message