Dernières Infos

Découverte d’une « vague de chaleur » à l’échelle planétaire dans l’atmosphère de Jupiter

Dans cet instantané, la région aurorale (près du pôle nord, en jaune/blanc) semble avoir déversé une vague massive de chaleur à l'échelle planétaire vers l'équateur. L'élément fait plus de 130 000 kilomètres de long, soit 10 diamètres terrestres, et est plus chaud de plusieurs centaines de degrés que l'arrière-plan. Pour la vidéo, voir : https://youtu.be/gWT0QwSoVls. Crédit : Hubble / NASA / ESA / A. Simon (NASA GSFC) / J. Schmidt. Crédit : James O'Donoghue

Une « vague de chaleur » inattendue de 700 degrés Celsius, s’étendant sur 130 000 kilomètres (10 diamètres terrestres) dans l’atmosphère de Jupiter, a été découverte. James O’Donoghue, de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA), a présenté ces résultats cette semaine au Congrès scientifique Europlanet (EPSC) 2022 à Grenade.

L’atmosphère de Jupiter, célèbre pour ses tourbillons multicolores caractéristiques, est également étonnamment chaude : en fait, elle est plus chaude de plusieurs centaines de degrés que ce que les modèles prévoient. En raison de sa distance orbitale de plusieurs millions de kilomètres du soleil, la planète géante reçoit moins de 4 % de la quantité de lumière solaire par rapport à la Terre, et sa haute atmosphère devrait théoriquement être glaciale, à -70 degrés Celsius. Au lieu de cela, le sommet de ses nuages est mesuré partout à plus de 400 degrés Celsius.

« L’année dernière, nous avons produit – et présenté à EPSC2021 – les premières cartes de la haute atmosphère de Jupiter capables d’identifier les sources de chaleur dominantes », a déclaré le Dr O’Donoghue. « Grâce à ces cartes, nous avons démontré que les aurores de Jupiter étaient un mécanisme possible pouvant expliquer ces températures. »

Tout comme la Terre, Jupiter connaît des aurores autour de ses pôles comme un effet du vent solaire. Cependant, alors que les aurores terrestres sont transitoires et ne se produisent que lorsque l’activité solaire est intense, les aurores de Jupiter sont permanentes et d’intensité variable. Les puissantes aurores peuvent chauffer la région autour des pôles à plus de 700 degrés Celsius, et les vents globaux peuvent redistribuer la chaleur à l’échelle mondiale autour de Jupiter.

En examinant plus en profondeur leurs données, M. O’Donoghue et son équipe ont découvert la spectaculaire « vague de chaleur » juste en dessous de l’aurore boréale, et ont constaté qu’elle se déplaçait vers l’équateur à une vitesse de plusieurs milliers de kilomètres par heure.

La vague de chaleur a probablement été déclenchée par une impulsion de plasma de vent solaire renforcé impactant le champ magnétique de Jupiter, ce qui a stimulé le chauffage auroral et forcé les gaz chauds à se dilater et à se répandre vers l’équateur.

Alors que les aurores boréales fournissent continuellement de la chaleur au reste de la planète, ces « événements » de vague de chaleur représentent une source d’énergie supplémentaire importante », a ajouté le Dr O’Donoghue. Ces résultats enrichissent nos connaissances sur la météo et le climat de la haute atmosphère de Jupiter, et constituent une aide précieuse pour tenter de résoudre le problème de la « crise énergétique » qui affecte la recherche sur les planètes géantes. »

Dans cet instantané, la région aurorale (près du pôle nord, en jaune/blanc) semble avoir déversé une vague massive de chaleur à l’échelle planétaire vers l’équateur. L’élément fait plus de 130 000 kilomètres de long, soit 10 diamètres terrestres, et est plus chaud de plusieurs centaines de degrés que l’arrière-plan. Pour la vidéo, voir : https://youtu.be/gWT0QwSoVls. Crédit : Hubble / NASA / ESA / A. Simon (NASA GSFC) / J. Schmidt. Crédit : James O’Donoghue

Adaptation Terra Projects

source : https://phys.org/

(0)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :