Dernières Infos

Découverte d’une nouvelle espèce humaine aux Philippines : Homo Luzonensis

Elle présente à la fois « des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d’autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens. »

Ce mercredi 10 avril 2019, des chercheurs ont estimé, dans la revue Nature, avoir découvert une nouvelle espèce humaine, aux caractères morphologiques singuliers. Cette dernière vivait sur l’île de Luçon, aux Philippines, il y a plus de 50.000 ans, ont-ils également annoncé.

L’analyse de treize restes fossiles (dents, phalanges de pied et de main, fragments de fémur) trouvés dans la grotte de Callao, ont conduit les chercheurs à considérer qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce, qu’ils ont nommée Homo luzonensis.

Elle présente à la fois « des éléments ou caractères très primitifs ressemblant à ceux des Australopithèques et d’autres, modernes, proches de ceux des Homo sapiens », souligne Florent Détroit, paléoanthropologue au musée de l’Homme et principal auteur de l’étude. Cela en fait une espèce « mosaïque », ajoute-t-il.

Il partage des traits avec un certain nombre d’anciens parents humains; il a des os de pieds et de doigts incurvés comme l’australopithèque (un genre humain qui comprend la célèbre Lucy); les prémolaires ayant des caractéristiques similaires à celles observées chez les Australopithèques , les Homo habilis et les Homo erectus ; et de petites molaires qui ressemblent à celles de l’homme moderne, ou de l’ Homo sapiens. Il est probable que cette nouvelle espèce avait un petit corps. En outre, les orteils et les doigts incurvés suggèrent que H. luzonensis était apte à grimper aux arbres et à marcher debout sur le sol. Certes, le genre Homo est devenu un bipédiste strict (c’est-à-dire qu’il marchait sur deux pieds) il y a environ 2 millions d’années, aussi « nous ne prétendons certainement pas que H. luzonensis était « de retour dans les arbres » », a déclaré Détroit. Au contraire, il est possible que cette caractéristique soit apparue parce que H. luzonensis vivait sur une île isolée, a-t-il déclaré. « Mais c’est une question très intéressante à aborder », a déclaré Détroit. « S’ils étaient bipèdes strict comme tous les membres du genre Homo, de telles caractéristiques primitives ont-elles influencé sur leur démarche de bipédie ou pas? Mais il est encore trop tôt pour répondre, nous devons travailler là dessus. »

« Ces éléments fossiles présentent une combinaison de caractéristiques morphologiques [structurelles] qui ne sont pas observées chez d’autres espèces du genre Homo, indiquant ainsi une nouvelle espèce, que nous avons nommée Homo luzonensis « , a déclaré Florent Détroit, chercheur paleoanthropologue au Muséum national d’histoire naturelle à Paris, a déclaré dans un communiqué du musée fourni.

Homo luzonensis, qui n’est pas un ancêtre direct de l’homme moderne, serait une espèce voisine, contemporaine d’Homo sapiens, mais avec un certain nombre de caractères primitifs. Deux des fossiles analysés ont été datés directement par la méthode des séries de l’uranium et sont âgés respectivement de 50.000 ans et de 67.000 ans. Un de ces fossiles daté d’il y a 50 000 ans, indique que H. luzonensis vivait à la même époque que d’autres lignées humaines, y compris H. sapiens, Neanderthals, Denisovans et H. floresiensis

Il s’agit des plus anciens restes humains connus aux Philippines, précédant les premiers Homo sapiens datés de 30.000 à 40.000 ans, mis au jour sur l’île de Palawan, au sud-ouest de l’archipel.

D’innombrables autres mystères n’ont pas été résolus, notamment la place de Homo luzonensis dans l’arbre généalogique de l’homme et la manière dont ces petits parents ont atteint Luçon, une île (sans pont terrestre) depuis au moins 2,6 millions d’années. La preuve d’une ancienne boucherie d’animaux sur Luçon, datant d’il y a 700 000 ans, suggère qu’une sorte d’Homo erectus asiatique (peut-être de Chine) a traversé la mer avec succès et s’est installée sur l’île de Luçon, où ils ont ensuite subi les effets d’un « endémisme insulaire », ce qui a permis à l’homme de luzonensis de paraître « , a déclaré Détroit. « Mais c’est très spéculatif, je pourrais me tromper sur un ou plusieurs des aspects de ce simple scénario. Nous y travaillerons dans le futur. »

Ces résultats montrent que « l’étude de l’évolution humaine est beaucoup trop centralisée sur quelques zones restreintes et habituelles (comme l’Europe et l’Afrique du Sud) », a déclaré Groucutt. « Cette découverte montre qu’il reste de nombreuses surprises découvrir. Et comment l’évolution humaine a conduit à toutes ces formes d’hominidés. »

Adaptation La Terre du Futur

sources : https://www.bfmtv.com/ / https://www.livescience.com

(391)

Laissez un message