Dernières Infos

Le volcan Cumbre Vieja à La Palma bouge

Et si demain un tsunami de 650 mêtres avait lieu dans l’océan antlantique ? Eh bien ce n’est pas de la fiction, cette énormité géologique pourrait avoir lieu, et réduire les USA et tous les pays d’Amérique à l’état de pays du tiers monde. Cette apocalypse pourrait avoir lieu à cause du volcan Cumbre Vieja à La Palma qui montre des signes très inquiétants. Cette horreur peut arriver d’un moment à un autre, le seul problème c’est qu’on ne sait pas quand, demain ou dans 1000 ans. La dernière éruption a eu lieu dans les années 40, la dernière catastrophe de cette ampleur, il y a 100000 ans. La prochaine éruption pourrait provoquer ce phénomène qui réduirait l’économie mondiale à l’état de “ce fut”. Mais une simple remontée des océans, ou encore un craquement tout simple de l’écorce terrestre… Cette info datant de l’année dernière semblerait pouvoir se réaliser beaucoup plus tôt. En effet voyez ici… Entre la vérité et le sensationnel ou en sommes nous ? avec le réchauffement Global et la dilatation des océans, le phénomène pourrait s’activer…

Les tsunamis géants liés aux déstabilisations de flancs des îles volcaniques

Les déstabilisations de flancs affectant les îles volcaniques (avalanches de débris, effondrements sectoriels) emportent brusquement en mer des dizaines, voire des centaines, de km³ de matériaux, produisant alors des tsunamis géants dont les vagues peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de hauteur. A titre de comparaison, le record de hauteur de vague enregistré à Hawaï en 1946 pour un tsunami provoqué par un séisme est de 17 m (Moore & Moore, 1984).

D’après les résultats de modélisations (Iwaski, 1997), les tsunamis engendrés par des glissements sont moins dispersés que ceux occasionnés par les tremblements de terre et leur impact est ainsi plus localisé. Mais leur magnitude et la période des vagues sont très variées. D’après les travaux de C.B. Harbitz (1992) , la hauteur des vagues dépend essentiellement du volume et de l’accélération des matériaux emportés. L’arrivée brutale des matériaux du glissement provoque dans un premier temps un enfoncement local de la surface de l’eau, à la manière d’un sucre tombant dans un tasse de café. En réaction à cet enfoncement se produit ensuite un soulèvement qui se propage en périphérie, initiant alors un tsunami. La vitesse de propagation de la vague est directement proportionnelle à la hauteur d’eau : 10 à 100 km/h près des côtes et en eaux peu profondes, plus de 800 km/h à travers les eaux profondes (ce qui est le cas pour les îles océaniques?). L’extension maximale du tsunami sur les terres (run-up) dépend de son énergie potentielle (hauteur des vagues), mais aussi de son énergie cinétique (vitesse) et de la morphologie côtière. Ainsi, le run-up est d’autant plus supérieur à la hauteur des vague que le tsunami est rapide et canalisé (estuaires, rias, débouchés de vallées).

Article du Times : 11 Janvier 2003

De la côte est des Etats-Unis, du Maine vers Miami est sur une ligne de destruction que pourrait avoir lieu à tout moment avec une future éruption du volcan toujours actif qui reste sur Las Palmas dans les îles canaries.

Les scientifiques ont appris qu’une éruption mènera à un effondrement du volcan dans l’océan. Des trillions de tonnes de roche tomberont dans la mer, envoyant  un méga tsunami créer une ondulation géante à travers l’Océan Atlantique vers les Amériques à une vitesse estimée de 720 kilomètres/ heure. Cela prendra approximativement huit heures pour atteindre les Etats-Unis. Il y aura peu d’avertissement de l’effondrement du volcan autre que l’éruption lui-même signifiant une possibilité imminente.

La vague sera haute de plus de 650 mètres et sa ‘crête ‘s’étirera de 30 à 40 kilomètres ou plus. Le mur énorme d’eau détruira chaque simple ville du littoral sur le rivage oriental des Etats-Unis et pourra causer une destruction probable jusqu’à 20 milles à l’intérieur des terres. Les Bahamas seront dévastées et la Floride pourrait être submergée.

Ce n’est pas une question de si mais une question de quand. Le volcan s’effondrera pendant une éruption due à la présence d’eau emprisonnée dans la roche perméable et les piliers de la roche volcanique imperméable. Les piliers volcaniques ont été laissés par des éruptions successives. Dans une nouvelle éruption, avec le mouvement  de la lave et du magma sur la surface, l’eau emprisonnée augmentera sa densité en chauffant, entraînant des pressions énormes dans le volcan. L’eau soulèvera et littéralement le dessus de l’arrète du volcan  de sa base lui permettant de glisser dans l’océan. Ce qui n’est pas connu,  c’est combien d’éruptions sont nécessaires pour créer l’effondrement.

La dernière éruption a eu lieu en 1942. En moyenne, le volcan est entré en éruption tous les deux siècles. Des effondrements semblables d’ile volcan ont été retrouvés ailleurs et des traces relevées de la destruction provoquée par un tsunami massif. L’effondrement d’un volcan sur la chaîne de Hawaï, a envoyé une vague colossale qui s’est brisée sur la terre d’Australie et a dévasté beaucoup de plus petites îles sur l’itinéraire.

Suite à une lecture de Science et vie de juillet 2003, il y a un article parlant des tremblements de terre. Une nouvelle théorie vient d’être avancée. En effet, les brèches souterraines se remplierait d’eau, jusqu’à saturation, ainsi les plaques “huilées” glisseraient et créeraient un tremblement de terre. Si cette théorie est réelle, alors le prochain tremblement de terre qui fera tomber le fameux cratère de Las Palmas ne sera pas provoqué par la prochaine éruption mais beaucoup plus tot. En effet, lors de l’émission émise sur la 5, le journaliste signalait que le cratère avait bougé de 4 mètres et s’était arrété. En descendant dans les grottes sous terre, il dévoilait d’importantes infiltrations d’eau. Les grottes soutteraines du cratère se remplissent inexorablement.

Sa chute sera plus proche que prévue. Il serait bon d’analyser les conséquences réelles d’une telle chute.

Voici une réponse d’un spécialiste à un mail envoyé en juin 2005 :

http://perso.wanadoo.fr/raphael.paris/lapalmabbc.htm

Mise au point sur une polémique :

Je réponds dans ce message à un internaute au sujet de la menace de glissement catastrophique des flancs ouest de La Palma (Iles Canaries), produisant un tsunami qui raserait une bonne partie de la côte est des USA …Ben Laden n’y a apparemment pas pensé. Mais laissons de côté l’humour noir pour l’instant.

Voici en effet deux ans que je reçois régulièrement des mails à ce sujet. La polémique a été lancée par une poignée de scientifiques anglais, peu scrupuleux, et de journalistes avides de sensationnel, dans une émission conçue par la BBC et diffusée en Angleterre en 2000. J’ai pour ma part parcouru la zone, soi-disant prompte à glisser en masse, et je travaille depuis trois ans sur les Iles Canaries, et notamment sur leur instabilité.

D’un point-de-vue scientifique, et j’insiste sur ce mot, on peut dire :

1) Que les Iles Canaries ont connues moins d’une dizaine de déstabilisations massives (quelques dizaines de km³) depuis 2 Ma.

2) La récurrence de ces évènements est de l’ordre de quelques centaines de milliers d’années pour chaque île, et notamment La Palma et El Hierro, qui sont les deux îles en pleine croissance volcanique, donc à priori les plus instables.

3) Un réseau de failles et fissures s’est ouvert le long de la Cumbre Vieja (chaîne volcanique récente du sud de La Palma, culminant à quasiment 2000 m) lors de l’éruption de 1949. Ce phénomène est classique pour les éruptions fissurales basaltiques.

4) Des mesures très précises sont mises en places et relevées depuis 1997. Un compte-rendu a été proposé par Moss J.L., McGuire W.J., Page D., 1999, Ground deformation monitoring of a potential landslide at La Palma, Canary Islands. Journal of Volcanology and Geothermal Research 94 p251-265. Ce même Monsieur Mc Guire intervenait d’ailleurs avec un certain Simon Day dans l’émission de la BBC…contradictoire n’est-ce pas. Les conclusions de l’article sont claires : les mouvements enregistrés sont limités à la fourchette des précision des appareils, c’est à dire quasiment nuls !!!

La menace n’est donc pas réelle pour l’instant et certainement pour des milliers d’années à venir. En cas d’éruptions importantes et prolongées au sud de La Palma, des déstabilisations secondaires ne sont pas à exclure. Des groupes de scientifiques, dont je fais partie, travaillent actuellement pour mieux comprendre ces phénomènes de grands glissements des îles volcaniques et les tsunamis engendrés. Les Canaries

Le risque n’est pas à exclure (le risque zéro n’existe pas, c’est une loi de la nature bien connue), mais attention : Il ne s’agit pas de polémiquer, ni de faire des sous avec du sensationnel sans appuis scientifiques avérés. C’est pourquoi je vous demande, aux uns et aux autres, de diffuser ce message vers vos connaissances ou groupes de discussion etc., afin d’éviter toute controverse et détournement d’informations. La liberté de l’information souffre actuellement trop de la mauvaise qualité de l’information. Essayons d’y remédier avec cet exemple. Merci d’avance.

Et Voici une nouvelle qui vient de tomber dans un monde où le risque 0 n’existe pas :

titre: Réveil possible du volcan “TEIDE” à Tenerife (Îles Canaries)

auteur: J. Sintès date: 20.05.04 Source Julien Lachèvre.

Selon l’Observatoire de volcanologie de l’île, les risques d’une prochaine éruption volcanique du Teide sont assez élevés, ils sont de l’ordre de 60%, ce qui est énorme.

Depuis le 18 mai 2004, plus de quinze petits séismes de magnitude 2,0 ont commencé à agiter la région de Santiago del Teide et la partie sommitale du volcan, où un dôme s’est formé. Mais selon les autorités, et dans l’éventualité d’une prochaine éruption, aucune menace ne devrait peser sur la population et les touristes. Hier soir des observateurs auraient aperçu un léger panache de cendres brunes au sommet de celui-ci.

Ce volcan n’est pas immédiatement situé sur le volcan Cumbre Vieja, mais la proximité des 2 iles ne laisse présager rien de réjouissant. Des secousses telluriques pourraient très bien déclencher un effet de dominos entraînant Cumbre Vieja du même coup. L’affaire est à suivre…

Documentaire fiction de 2014 :

TDF

(3883)

Laissez un message