Dernières Infos

Une grande masse d’eau chaude dans le Pacifique pourrait être à l’origine du comportement étrange d’El Niño

El Niño bat son plein et restera probablement « fort » cet hiver, mais son effet sur les conditions météorologiques aux USA et dans le monde dépend du comportement d’une masse anormalement chaude dans le Pacifique occidental, selon les experts.

Selon le Washington Post, une étrange masse d’eau chaude apparue dans le Pacifique occidental semble être à l’origine du comportement inattendu du « fort » El Niño de cette année.

Le blob est situé dans le centre-ouest du Pacifique, près de la ligne de démarcation internationale – une frontière nord-sud qui sépare deux dates calendaires consécutives – a expliqué Paul Roundy, professeur de sciences atmosphériques à l’université d’Albany, au journal.

El Niño déclenche généralement un réchauffement dans la partie tropicale orientale du Pacifique, qui influe à son tour sur les conditions atmosphériques et les régimes climatiques en Amérique du Nord et dans le reste du monde. Si l’épisode El Niño de cette année n’est pas une surprise – les experts avaient prévenu qu’il pourrait être important en mai – la réponse atmosphérique « ne ressemble en rien aux autres forts épisodes El Niño récents », a écrit Todd Crawford, météorologue au cabinet de prévision météorologique Atmospheric G2, sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, le 8 novembre 2023.

Au cours des années El Niño, les eaux chaudes de l’est du Pacifique tropical réchauffent l’air et le font monter. Mais ce n’est pas le cas actuellement, ont expliqué des experts au Washington Post, car l’air s’élève plutôt dans l’ouest du Pacifique. Une partie de cet air pourrait souffler vers l’est et supprimer le mouvement ascendant que l’on observe habituellement dans cette région, ont-ils ajouté.

Figure 5: Simplified schematic of teleconnection from MJO phases 3 and 7, to the North Atlantic and European region during El Niño and La Niña conditions, respectively. Schematic adapted from: [6].

L’air ascendant crée des conditions de basse pression associées aux averses et aux orages. La masse d’air chaud dans le Pacifique occidental provoque « davantage de pluies tropicales, ce qui réduit l’intensité des précipitations plus à l’est, car l’air qui s’élève dans les orages du Pacifique occidental redescend vers la surface plus à l’est, asséchant l’atmosphère », a expliqué M. Roundy.

Il est possible qu’El Niño se comporte anormalement cette année en raison des effets persistants d’un rare « triple creux » d’événements La Niña – le pendant froid d’El Niño. La Niña a produit un effet de refroidissement durable autour de l’équateur et du Pacifique tropical oriental au cours des trois dernières années et n’a probablement « pas complètement disparu », a déclaré M. Crawford au Washington Post. Selon le journal, les températures élevées des océans résultant du changement climatique causé par l’homme pourraient également être à l’origine de la chaleur inhabituelle dans le Pacifique occidental.

Des conditions El Niño fortes pourraient persister tout au long de l’hiver dans l’hémisphère Nord et durer jusqu’au printemps 2024, a indiqué le National Weather Service dans son dernier avis, avec une probabilité de 35 % que l’événement devienne « historiquement fort » de novembre à janvier. « Les événements El Niño forts augmentent la probabilité d’anomalies climatiques liées à El Niño, mais ne sont pas nécessairement synonymes d’impacts forts », ont écrit les représentants dans l’avis du 9 novembre.

Les hivers El Niño voient généralement des masses d’air chaud s’accumuler en Alaska, dans l’ouest du Canada et dans le nord des États-Unis, selon le Washington Post. Les conditions plus fraîches et plus humides prédominent généralement dans les États du sud.

Des conditions similaires pourraient encore se produire cet hiver, malgré l’apparition de la masse d’eau chaude, a déclaré M. Roundy. « Cette interférence de chaleur dans l’ouest du Pacifique semble être en déclin », a-t-il déclaré, ajoutant qu’une masse d’eau chaude se formant à l’est de la ligne de démarcation internationale pourrait déclencher des précipitations plus importantes dans cette région.

Une rafale de vents d’ouest pourrait également pousser l’eau chaude à la surface de la masse vers l’est du Pacifique, a fait remarquer M. Roundy. Cela exposerait des couches d’eau plus froides et « encouragerait l’émergence de signaux El Niño plus forts et plus normaux cet hiver », a-t-il déclaré.

Adaptation Terra Projects
Source : https://www.livescience.com/

(232)

Laissez un message