Dernières Infos

Un monde toujours plus inventif grâce à la sélection naturelle

Une étude récente d’un économiste de l’Université Brown sur des données généalogiques franco-canadiennes datant de plusieurs siècles a révélé des preuves à l’appui de sa propre théorie, vieille de 17 ans, selon laquelle la sélection naturelle a joué un rôle crucial dans l’émergence de la croissance économique et de l’industrialisation.

Oded Galor, professeur d’économie à Brown, et Marc Klemp, chercheur invité au Centre d’études et de formation sur la population de Brown, ont étudié ensemble des archives généalogiques de la vallée du Saint-Laurent au Québec, datant de 1608 à 1800. Étude des changements dans la fécondité ou la prédisposition des familles. Pour ce qui est de la fécondité, ils ont constaté qu’au cours de ces siècles, ceux qui étaient capables de concevoir un enfant peu de temps après le mariage, mesure sur une forte fécondité, avaient davantage d’enfants survivants.

Cependant, l’étude a révélé que ceux qui ont conçu des mois après le mariage, mesure d’une fécondité plus modérée, avaient moins d’enfants mais un plus grand nombre de descendants survivants dans les générations futures, ce qui leur conférait un avantage évolutif. Les chercheurs ont également noté que la population étudiée était de moins en moins prédisposée à une forte fécondité au cours de ces deux siècles.

Selon Galor, les résultats de l’étude, publiés le lundi 1er avril dans Nature Ecology & Evolution, corroborent ce que son collègue et lui-même avaient supposé dans un document très influent publié en 2002, à savoir que, durant la période préindustrielle, la sélection naturelle de ceux qui ont été génétiquement prédisposés à avoir moins d’enfants, ont contribué à stimuler l’industrialisation et une croissance économique soutenue.

« Les données suggèrent qu’au fil du temps, la nature a sélectionné des personnes prédisposées à investir dans leurs enfants », a déclaré Galor. « Cela a contribué à la transition d’une époque de stagnation à une ère de croissance économique soutenue. »

Galor expliqua qu’avant le début de la révolution industrielle en Amérique du Nord, au milieu des années 1700, l’humanité vivait de ce qu’il appelle l’époque malthusienne. Pendant des milliers d’années, l’humanité avait une prédisposition à une fécondité élevée. L’étude de Galor et Kemp montre que le modèle a commencé à changer au cours de l’ère préindustrielle, lorsque ceux qui présentaient des niveaux de fécondité plus modérés ont commencé à acquérir un avantage sur le plan de l’évolution. À l’aube de la révolution industrielle, leur avantage était devenu si grand que la population à forte fécondité est devenue une minorité, tandis que les personnes à fécondité modérée ont commencé à dominer la population.

Galor affirme que ce changement a créé des conditions idéales pour la croissance économique pendant la révolution industrielle. Alors que l’évolution commençait à favoriser les familles moins fertiles et donc moins nombreuses, ces familles disposaient de plus de ressources à consacrer à chaque enfant. Les enfants issus de ces familles sont devenus plus scolarisés – un trait important, a-t-il déclaré, à une époque qui exigeait des capacités cognitives et une créativité accrues pour le progrès technologique. La population a progressivement été éduquée, créant une « boucle de rétroaction positive » entre éducation et technologie et générant une croissance économique soutenue.

« Les éléments de base de notre hypothèse, à savoir que la sélection naturelle était essentielle à l’émergence de la croissance économique, sont désormais corroborés par les preuves », a déclaré Galor à propos du document de 2002. « Nous montrons que bien qu’une fécondité élevée maximise le nombre d’enfants survivants d’une personne après une génération, une fécondité modérée – et par conséquent une prédisposition accrue à la qualité de l’enfant – a généré un succès reproductif supérieur à long terme et a été sélectionnée par la nature à l’époque préindustrielle.  »

Pour parvenir à leur conclusion, les chercheurs ont choisi de se concentrer sur un vaste répertoire généalogique de près d’un demi-million de personnes dans une région particulière du Québec, où la naissance, le mariage et le décès de presque tous les citoyens étaient consignés dans des registres paroissiaux catholiques entre 1608 et 1800. Au cours de la période et de l’uniformité religieuse de la région, les chercheurs pouvaient supposer que pour la plupart des personnes, le mariage était une tentative délibérée de concevoir des enfants. Ils ont veillé à ce que leurs conclusions ne soient pas motivées par des exceptions erratiques dans l’ensemble de données, par exemple celles qui se sont mariées beaucoup plus tard ou dont la génétique les prédisposait à l’infertilité.

Les résultats de l’analyse, à savoir que ceux qui ont réussi à concevoir quelques mois après le mariage, plutôt que tout de suite après, ont eu davantage de descendants survivants à long terme, reflètent les résultats préliminaires d’une autre analyse que Galor et Klemp ont menée à l’aide d’enregistrements en Grande-Bretagne entre 1541 et 1871. Galor affirme que cela suggère que le phénomène aurait pu s’étendre au-delà du Québec et de la Grande-Bretagne, comme il l’avait annoncé en 2002.

« Mon espoir », a-t-il déclaré, « est que cette étude suscite un intérêt accru pour l’exploration du rôle des processus évolutifs dans le développement économique ».

source : https://phys.org/

(245)

Laissez un message