Quand les villes de Sodome et de Gomorrhe furent détruites par… un astéroïde

Selon la Bible chrétienne, les villes de Sodome et de Gomorrhe ont été détruites par Dieu pour leur comportement pécheur. 

L’histoire de Sodome et Gomorrhe est relatée dans plusieurs pages de la Bible, dans la Genèse. Leur destruction légendaire était tellement catastrophique que même aujourd’hui elle demeure un véritable mystère pour tous. Dieu fut alerté par la clameur immense de Sodome et Gomorrhe, dont les péchés sont énormes. Alors, Il décide de détruire la ville afin de punir ses habitants. Pour vérifier si le péché est avéré, Il envoie deux anges. Lorsque Lot les vit à la porte de la ville, il est allé à leur rencontre et se prosterna le visage contre terre. Après avoir insisté, il les hébergea chez lui et leur a préparé un festin. Il fut décidé que Dieu ne touchera point à la ville où son serviteur se réfugiera. Alors, Lot et toute sa famille ont survécu juste avant que la colère de Dieu ne s’abatte sur les villes de pécheurs. La seule condition de cette fuite est qu’ils ne devaient pas retourner en arrière. Malheureusement, la femme de Lot était trop faible et s’est retournée pour être ensuite transformée en statue de sel. Dieu anéantit les Sodome et Gomorrhe avec tous leurs habitants et leur végétation du sol. Il fit monter une fumée de la terre, identique à celle d’une fournaise. Toujours selon la Bible, l’Éternel fit tomber une pluie de soufre et de feu qui anéantissait les deux villes entières. Au petit matin, Abraham se leva et s’est tenu en présence de Dieu. Lorsqu’il se tourna ses regards du côté de Sodome et Gomorrhe, il constata que les deux cités étaient complètement détruites sous les flammes.

Selon de récentes analyses, il semblerait que ce soit l’explosion d’un astéroïde il y a 3700 ans qui en soit à l’origine.

Phillip Silvia, archéologue et chercheur à l’Université Trinity Southwest (États-Unis), affirme en effet, sur la base de l’analyse des roches cristallisées retrouvées sur place, qu’un « énorme météore aérien a explosé dans une plaine circulaire de 25 km de large située au nord-est de la mer Morte ». Les détails de cette étude ont été présentés lors de la réunion annuelle des écoles américaines de recherches orientales tenue à Denver, au Colorado.

Des températures aussi élevées que celles enregistrées à la surface du Soleil
Les analyses chimiques faites récemment sur le terrain soulignent en effet la « disparition soudaine des murs en briques de terre cuite – ne laissant que les fondations en pierre – il y a environ 3 700 ans », poursuivent les chercheurs, ajoutant que « des fragments de poterie récupérés montrent des signes de fusion de leurs couches extérieures en verre ».

Des cristaux de zircon dans ces films vitreux se seraient également formés dans la première seconde du souffle suivant l’explosion, suggérant des températures aussi élevées que celles enregistrées à la surface du Soleil.

« Les preuves matérielles de Tall el-Hammam et des sites voisins montrent les signes d’un événement thermique hautement destructeur que l’on pourrait attendre de ce qui est décrit dans le chapitre 19 de la Genèse, peut-on lire dans l’étude. Les échantillons de sol/cendres recueillis à Tall el-Hammam contiennent des preuves de destruction de la couche arable et de contamination du sous-sol par les sels de la mer Morte qui auraient empêché la culture de récoltes pendant plusieurs siècles après l’événement ».

Ces « sels » auraient ici été déposés sur les terres fertiles suite à la formation d’un tsunami dans la mer Morte, suggèrent les chercheurs. Ils notent par ailleurs que des habitants ne sont probablement revenus dans la région que 600 à 700 ans après l’explosion.

Une tablette d’argile assyrienne fait référence à l’astéroïde de « Sodome et Gomorrhe »

Une tablette d’argile Cunéiforme qui défiait les tentatives d’interprétation depuis plus de 150 ans, vient de révéler la description d’un impact d’astéroïde qui a frappe Koefels (Autriche) en 3123 BC, laissant sur son passage une trainée de destruction, qui pourrait expliquer l’histoire biblique de Sodome et Gomorrhe.

La tablette « Planisphère » (voir photo) (écrite aux environs de 700 BC) fut déterrée par Henry Layard dans les restes d’une bibliothèque du palais royal assyrien de Nineveh (Ninive) proche de la ville actuelle de Mosul (Irak). C’est la copie des notes nocturnes d’un astronome Sumérien contenant des dessins de constellations et les « noms connus des constellations », mais ce n’est que grâce au recours a un ordinateur moderne que l’on a pu révéler sa signification exacte.

Alan Bond, Directeur de « Reaction Engines Ltd » et Mark Hempsell, conférencier senior en Aéronautique a l’Université de Bristol, ont soumis la tablette a un programme qui « peut simuler des trajectoires et reconstituer l’état du ciel des milliers d’années en arrière ». Ils ont découvert qu’elle décrivait « des événements célestes avant le crépuscule du 29 Juin 3123 BC », dont plus de la moitié constituait « des positions de planètes et des couvertures nuageuses semblables a toute autre nuit ».

On suspectait depuis longtemps qu’un objet de grandes dimensions avait touché Koefels, a cause d’un éboulement gigantesque de 500 m d’épaisseur et 5 km de diamètre. Le site ne possédait pas de cratère d’impact pour appuyer cette théorie, mais les chercheurs croient maintenant détenir une explication plausible. 
Le compte rendu de l’Université de Bristol explique :

« L’observation suggère que l’astéroïde est de plus d’un kilomètre de diamètre et que son orbite originelle autour du soleil était de type « Aten », un genre d’astéroïde ayant une orbite proche de la terre, en résonance avec l’orbite terrestre. Cette trajectoire explique pourquoi il n’y a pas de cratère a Koefels. » 

« L’angle d’incidence était très faible (6 degrés) et a fait que l’astéroïde ait rasé une montagne appelée Gamskogel au dessus de la ville de Laegenfeld, a 11 kms de Koefels, et c’est ce qui a provoqué l’explosion de l’astéroïde avant qu’il n’atteigne son point d’impact final. » 

« Alors qu’il progressait dans la vallée il s’est transformé en boule de feu d’environ 5 kms de diamètre (la taille de l’éboulement). Lorsqu’il a touché Koefels il s’est crée une pression énorme qui a pulvérisé la roche et créé l’éboulement mais, comme ce n’était plus un objet solide, il n’y a pas eu de cratère d’impact classique. »

Les légendes d’ardentes destructions pleuvant du ciel ne sont pas, cependant, l’apanage de la Bible. Hempsall raconte au Times que « au mois 20 mythes anciens racontent des destructions du type et de l’ampleur d’un impact d’astéroïde », notamment l’ancien mythe grec relatant comment Phaeton, le fils d’Helios, perdit contrôle du char de son perse et s’abîma dans la rivière Eridanie. 

Adaptation TDF

sources : https://sciencepost.fr/https://fr.sott.net/ / https://www.tv-direct.fr/

(695)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message