Dernières Infos

Pour la première fois depuis des siècles, la population du monde diminuera en quelques décennies

Pixabay License

Pour la première fois dans l’histoire moderne, la population mondiale devrait diminuer au cours du prochain siècle, ce qui entraînera une « révolution dans l’histoire de notre civilisation humaine » et de profonds changements dans la façon dont les gens vivent leur vie.

La population mondiale s’élève actuellement à environ 7,8 milliards de personnes. Selon une nouvelle étude publiée dans The Lancet, ce chiffre devrait augmenter au cours des prochaines décennies et atteindre un pic en 2064, à environ 9,7 milliards d’habitants, avant de retomber à 8,8 milliards en 2100.

« La dernière fois que la population mondiale a diminué, c’était au milieu du 14e siècle, en raison de la peste noire. Si nos prévisions sont exactes, ce sera la première fois que le déclin de la population sera dû à une baisse de la fécondité, par opposition à des événements tels qu’une pandémie ou une famine », a déclaré à IFLScience Stein Emil Vollset, auteur principal de l’étude et professeur de santé mondiale à l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME).

Jusqu’à 23 pays pourraient voir leur population diminuer de plus de 50 %, dont le Japon, la Thaïlande, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Corée du Sud et d’autres pays marqués par un faible taux de natalité et une population vieillissante. Même la Chine, un pays souvent associé à une croissance démographique sans entrave, devrait passer de 1,4 milliard d’habitants en 2017 à 732 millions en 2100.

Si la tendance générale est au déclin de la population mondiale, certaines régions du monde devraient connaître une augmentation de leur nombre d’habitants. Il s’agit notamment de l’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et, surtout, de l’Afrique subsaharienne, qui devrait tripler au cours du siècle, passant de 1,03 milliard d’habitants en 2017 à 3,07 milliards en 2100.

La nouvelle étude menée par des chercheurs de l’IHME à la faculté de médecine de l’université de Washington a examiné comment la mortalité, la fécondité et les migrations affecteront la population mondiale au cours des 80 prochaines années en utilisant les données de l’étude 2017 sur la charge mondiale des maladies. Elle tient également compte de la façon dont la guerre, les catastrophes naturelles et le changement climatique pourraient affecter le nombre de décès dans différentes parties de la planète.

Les raisons qui sous-jacentes du déclin de la population mondiale sont complexes et délicates, mais elles reposent sur une tendance générale à la baisse des taux de natalité, grâce à l’émancipation des femmes et à l’accès à la contraception.

« Il y a deux facteurs clés : l’amélioration de l’accès à la contraception moderne et l’éducation des filles et des femmes », explique M. Vollset. « Ces facteurs déterminent le taux de fécondité – le nombre moyen d’enfants qu’une femme met au monde au cours de sa vie – qui est le plus grand déterminant de la population. L’indice synthétique de fécondité mondial devrait diminuer régulièrement, passant de 2,37 en 2017 à 1,66 en 2100, bien en dessous du taux minimum (2,1 naissances vivantes par femme) considéré comme nécessaire pour maintenir les effectifs de la population. »

Parallèlement, nous assisterons à de nombreux changements radicaux dans le pouvoir géopolitique et dans la façon dont des milliards de personnes vivent leur vie à travers le monde. L’un des principaux changements sera le déclin spectaculaire du nombre d’adultes en âge de travailler dans certains pays, ce qui pourrait peser sur leur économie et modifier l’équilibre géopolitique du pouvoir dans le monde.

Il reste à savoir qui dominera dans ce monde de superpuissances multiples, mais on prévoit que la Chine dépassera les États-Unis et deviendra la plus grande économie d’ici 2035, sur la base du produit intérieur brut (PIB) total le plus important. Toutefois, si leurs estimations sont correctes, les États-Unis reprendront la première place en 2098.

« Le 21e siècle verra une révolution dans l’histoire de notre civilisation humaine », a expliqué le Dr Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, dans un communiqué.

« L’Afrique et le monde arabe façonneront notre avenir, tandis que l’Europe et l’Asie reculeront dans leur influence. D’ici la fin du siècle, le monde sera multipolaire, avec l’Inde, le Nigeria, la Chine et les États-Unis comme puissances dominantes », a-t-il ajouté.

« Il s’agira véritablement d’un monde nouveau, auquel nous devons nous préparer dès aujourd’hui. »

La nouvelle recherche fait également valoir que le monde devra changer sa façon d’appréhender les migrations. Bien que les dernières décennies aient vu une résurgence des dirigeants nationalistes et une hostilité croissante envers les migrants, le rapport suggère que de nombreux pays devront opter pour des politiques d’immigration plus libérales simplement pour maintenir la taille de leur population et soutenir la croissance économique.

« En fin de compte, si les nouvelles prévisions sont ne serait-ce qu’à moitié exactes, la migration deviendra une nécessité pour toutes les nations et non plus une option », a écrit le professeur Ibrahim Abubakar, de l’University College London (UCL), qui n’a pas participé à l’étude, dans un commentaire accompagnant l’article.

« Les effets positifs de la migration sur la santé et les économies sont connus dans le monde entier. Le choix auquel nous sommes confrontés est de savoir si nous améliorons la santé et la richesse en autorisant les mouvements de population planifiés ou si nous nous retrouvons avec une sous-classe de main-d’œuvre importée et des sociétés instables », ont-ils ajouté.

« La répartition des populations en âge de travailler sera déterminante pour savoir si l’humanité prospère ou dépérit. »

Adaptation Terra Projects

source : https://www.iflscience.com/

(412)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :