Mise au point sur le Gulf Stream

Le Gulf Stream baigne de ses eaux chaudes une partie de la côte Atlantique de l’Europe du Nord Ouest, c’est à dire:

– la façade Ouest du Royaume Uni
– la côte Atlantique en France
– le pays basque espagnol
… et de manière moins importante les côtes islandaises et norvégiennes.

En 1855, un lieutenant de marine américain, Maurice Fontaine Maury, publia The Physical Geography Of The Sea and its Meteorology, un ouvrage qui connut un succès retentissant, dans lequel il affirmait que le Gulf Stream avait un rôle essentiel dans la régulation des températures sur l’Ouest de l’Europe en hiver.

En se basant sur des observations réalisées de part et d’autre de l’Atlantique, l’auteur conclut que le Gulf Stream, seule vraie source de chaleur locale était responsable du climat hivernal particulièrement doux. Mais ses observations étaient toutefois un peu faussées en raison de l’absence de relevés climatiques précis en haute mer. Par conséquent, l’auteur ne faisait pas la distinction entre les climats « maritimes » et continentaux, fondamentalement différents. Le Gulf Stream expliquait donc pour Maurice Fontaine Maury l’écart de température de 15°C en hiver, entre l’Est canadien et l’Europe de l’Ouest.
Ainsi en hiver, selon cette théorie, le Gulf Stream, courant chaud, transférait son énergie thermique aux vents d’ouest refroidis. Il stabiliserait donc de manière importante le déséquilibre entre les couches atmosphérique et océanique, dû à un rayonnement solaire moins important. Les deux couches s’équilibreraient, réduisant de la sorte le refroidissement des températures.

Cette théorie est la plus connue, et la plus retenue, à tel point qu’elle est presque devenue une certitude ! voire même « folklorique », et on la retrouve partout, que ce soit dans les livres de Géographie, les guides touristiques, les Encyclopédies… Elle n’a pas été retenue par sa justesse, mais simplement parce que elle était la seule ! mais elle est très ancrée dans les esprits. Elle a été soutenue jusqu’à très récemment, on retrouve des articles la confirmant jusqu’en 1997. Mais le défaut de cette thèse, vieille de plusieurs siècles, est qu’elle n’a jamais été démontrée par des procédés modernes, même si elle semble être assez évidente. De plus, un élément semblant confirmer cette conjecture, était que durant la dernière ère glaciaire, le Gulf Stream s’était à de nombreuses reprises ralenti, et avait raccourci sa course suite à des augmentations des températures en Europe. Cela entraînant un retour progressif vers celles habituelles. Le dernier ralentissement de ce type s’est produit il y a environ 15.000 ans. La diminution moyenne de la température européene suite à ces ralentissements était d’environ 5°C (avec parfois des variations plus ou moins importantes).

Désormais, une nouvelle théorie a été énoncée, ne niant pas l’influence du Gulf Stream sur le climat européen, mais la minimisant fortement. Elle résulte du travail d’un groupe de chercheurs américains, dirigé par Richard Seager, Senior Research Scientist de l’université Columbia, aux Etats Unis. Elle a pu voir le jour grâce aux progrès informatiques ayant permis d’analyser « d’un seul bloc » toutes les informations climatologiques disponibles depuis 1949 jusqu’à ce jour, et dans le monde entier ! Cette nouvelle théorie s’appuie, en plus des observations, sur des simulations climatologiques toujours plus réalistes. Le contenu global en est que les courants marins, grandes réserves de chaleur, servent plus à compenser le déséquilibre de température entre l’équateur et les pôles. En revanche, aux latitudes moyennes, les courants atmosphériques atlantiques plus que les courants marins en eux-mêmes seraient les acteurs majeurs de la douceur de notre climat. Trois phénomènes participeraient à la douceur hivernale du climat européen. En premier lieu, le déstockage de la chaleur accumulée en été, durant la saison hivernale. En second lieu, effectivement, le transport d’eaux chaudes par le Gulf Stream, des tropiques vers le nord, dont l’énergie est dissipée dans l’atmosphère. Enfin, on a mis en évidence le rôle important de la circulation générale des vents au dessus de l’Atlantique, et notemment les « méandres » créées par les Montagnes Rocheuses de l’Est des Etats-Unis. Ce sont de longs vents, très fins, circulant de l’Est vers l’Ouest, réchauffés par le destockage de la chaleur de l’océan Atlantique. Son rôle aurait été largement sous estimé auparavant en l’absence de données précises concernant le climat « maritime », Ce destockage aurait, grâce aux tempêtes tropicales hivernales au dessus de l’Atlantique, d’après R. Seager, assez d’énergie à lui seul pour expliquer la douceur du climat hivernal européen. Cela tend à être confirmé par les simulations de l’équipe, qui montrent que sans les Rocheuses, ou sans ces vents provenant des Rocheuses, les températures en Europe seraient inférieures de 27°C ! Au final, le gain thermique apporté par le Gulf Stream ne serait que de deux ou trois degrés au niveau de l’Europe (un peu plus au Nord, éloignant la zone de formation des glaces) soit à peine un peu plus de 10% de l’énergie thermique transmise à l’atmosphère. La véritable explication des différences de températures aux mêmes latitudes sont donc les reliefs, et non le Gulf Stream.

Cette nouvelle théorie a bien sûr fait l’effet d’une bombe sur les climatologues: tout ce qu’ils avaient affirmé auparavant se trouve ainsi remis en question. Toutefois cette thèse est particulièrement convaincante sur plusieurs aspects: elle ne contredit pas totalement les observations ayant étayé la théorie du Lieutenant … , puisque les relevés climatologiques consécutifs à un arrêt du Gulf Stream avaient montré une baisse d’environ 5°C du climat européen, et la théorie du Richard Seager les rejoint même encore plus que la précédente. Un autre point intéressant est que ces recherches font réapparaître la différence entre les climats maritime et continental, ignorés auparavant, faute de relevés climatologiques précis. Le Gulf Stream a donc en fin de compte un effet sur le climat européen, mais très minime.
Toutefois, les conclusions de ces recherches ne rassurent pas pour autant la plupart des scientifiques, inquiets d’un « arrêt » du Gulf Stream. Le Gulf Stream est certes le facteur le moins important de sa régulation du climat en Europe, mais il est le plus influençable de tous. La connaissance des climats passés permet d’avoir une idée des conséquences de cet évènement, mais rien ne peut assurer qu’elles seront les mêmes ! à plusieurs dizaines de milliers d’années d’intervalle. Un arrêt pourrait donc avoir avoir des conséquences bien plus graves que celles supposées auparavant, et ce sur toutes les régions bordant l’Atlantique.

=> L’hypothèse de la perturbation du Gulf stream, proposée par des spécialistes du climat et de la circulation thermohaline et diffusée dans ses rapports par le GIEC, envisage une possible modification voire une disparition du Gulf stream.
L’effet de serre entraîne une augmentation de la température, ce qui engendre fatalement une fonte partielle de la calotte glaciaire. La conséquence directe est : de l’eau douce en quantité diminuant d’autant plus la salinité marine. Les eaux de surface devenues moins salées et donc moins denses pourraient ne plus plonger dans les abysses océaniques, coupant ainsi un des moteurs du Gulf-stream, ce qui annulerait les échanges thermiques entre équateur et zones tempérées.

sources : http://flynetweb.free.fr / http://lewebpedagogique.com/

(290)

facebook-profile-picture

Author: Admin

Laissez un message