Dernières Infos

Les éléments se déchaînent en Indonésie

Un séisme de magnitude 7,7, un tsunami, et maintenant l’éruption d’un volcan, l’Indonésie est le théâtre d’une série de catastrophes naturelles.

Au total, le raz-de-marée et les nuées de cendres volcaniques ont déjà causé la mort de plus de 480 personnes, selon les autorités.

Des centaines d’autres sont toujours portées disparues. Retour en images sur ces catastrophes qui frappent l’archipel indonésien…

Le lundi 25 octobre, la terre a tremblé dans la région de l’archipel de Mentawaï, au large de l’île de Sumatra. Le séisme d’une magnitude de 7,7 a provoqué un puissant tsunami. Les vagues mesuraient, près de trois mètres de haut, et l’eau a déferlé jusqu’à 600 mètres à l’intérieur des terres : des villages entiers de pêcheurs ont été rasés de la carte. Le bilan ne cesse de s’alourdir. Selon les autorités locales, au moins 449 personnes sont décédées, et près d’une centaine d’autres est toujours activement recherchée, alors même que les chances de retrouver des survivants s’amenuisent d’heure en heure. « Il est probable que les deux tiers des disparus ont été, soit emportés par la mer, soit ensevelis », a déclaré Ade Edward, un responsable des services de secours. « En survolant la zone hier, nous avons vu de nombreux corps. Des têtes et des jambes sortaient du sable, des cadavres étaient accrochés dans des arbres », a-t-il ajouté.

Les experts avaient mis en garde les autorités indonésiennes, sur le risque élevé d’un nouveau tremblement de terre dans cette zone de subduction entre les plaques tectoniques indo-australienne et eurasienne. C’est déjà dans cette région qu’avait eu lieu le terrible séisme du 26 décembre 2004 qui avait fait plus de 220.000 morts autour de l’océan Indien. Un système d’alerte, perfectionné et coûteux, avait alors été mis en place le long de la côte de Sumatra, afin d’éviter une nouvelle catastrophe humaine. Les rescapés du raz-de-marée de lundi 25 octobre 2010 affirment pourtant ne pas avoir entendu l’alerte au tsunami déclenchée par le gouvernement juste après la secousse.

A près de 1.000 kilomètres de distance, et a priori sans lien avec le tremblement de terre, l’un des volcans les plus actifs du pays s’est réveillé. Le Mérapi, « la montagne de feu » en javanais, est entré en activité une dizaine de fois mardi soir, crachant des nuages de cendres et des nuées ardentes à plus d’1,5 kilomètre de haut. Sur les pentes du volcan, au moins 38 personnes ont péri. Et les éruptions qui ont repris jeudi font craindre de nouvelles victimes.

A environ 4 kilomètres du cratère vivait Mbah Marijan, 80ans, le « gardien spirituel » du volcan. Celui qui personnalisait le Mérapi aux yeux des Indonésiens est décédé lors de l’une des éruptions de mardi. Son corps a été retrouvé dans sa maison brûlée. Un journaliste, deux sauveteurs et un bébé de trois mois ont également péri dans la catastrophe.

Les autorités, face à l’imminence de l’éruption, avaient ordonné, dès lundi soir, l’évacuation de plusieurs milliers de personnes vivant dans un rayon de 10 kilomètres autour du cratère. Si la grande majorité d’entre elles, généralement des femmes, des enfants et des personnes âgées avaient consenti à quitter le site, de nombreux hommes sont restés sur place. Agriculteurs pour la plupart, et habitués aux éruptions volcaniques, ils ont refusé de partir afin de s’occuper de leurs bêtes ou de leurs cultures. Les terres du Mérapi sont réputées pour leur fertilité.

Face à cette série de catastrophes qui touche l’Indonésie, l’aide internationale s’est mise en place. La Commission européenne a débloqué ce jeudi, 1,5 million d’euros afin de venir en aide aux survivants du tsunami et de l’éruption du volcan Mérapi. Une somme qui devrait permettre de secourir quelque 87.000 personnes.Le président américain Barack Obama, qui doit se rendre en novembre à Jakarta, s’est dit « profondément attristé » par les pertes en vie humaine et a d’ores et déjà proposé « l’aide des Etats-Unis ».

source : http://news.fr.msn.com/

(225)

Laissez un message