Dernières Infos

Les antibiotiques peuvent transformer une grippe ordinaire en une maladie mortelle

L’utilisation abusive d’antibiotiques a déjà entraîné l’émergence d’un grand nombre de bactéries résistantes aux antibiotiques qui pourraient menacer la santé future de l’espèce humaine.

Comme si cela ne suffisait pas, une nouvelle étude révèle que l’utilisation erronée d’antibiotiques pour tenter de traiter la grippe pourrait rendre la maladie jusqu’à trois fois plus mortelle, en désactivant la première ligne de défense de l’organisme contre le virus.

En effet, les bactéries de notre intestin sont en fait les premiers à réagir à un virus grippal envahissant et à détruire les agents pathogènes indésirables bien avant que nos cellules immunitaires ne soient mobilisées. Pourtant, comme les antibiotiques interfèrent avec notre microbiote, ces défenseurs microscopiques deviennent incapables de repousser le virus.

Selon les conclusions de l’étude, il faut deux jours au système immunitaire pour détecter la présence de la grippe et commencer à brouiller les globules blancs pour la traquer et la détruire. Pendant ce temps, le virus se cache dans la paroi des poumons, où il se multiplie.

Cependant, les bactéries dans l’intestin utilisent un type de signalisation appelé signalisation de l’interféron de type 1 pour activer un gène antiviral dans les cellules qui tapissent les poumons, ce qui leur permet de libérer une protéine qui empêche le virus de la grippe de se multiplier aussi rapidement. Ainsi, l’armée virale de la grippe reste à une taille gérable pour que les cellules immunitaires de l’organisme puissent être vaincues lorsqu’elles se joignent enfin au combat deux jours plus tard.

Les chercheurs de l’Institut Francis Crick de Londres ont traité des souris avec une série d’antibiotiques avant de les infecter avec le virus de la grippe. Après deux jours, on a découvert que ces souris avaient cinq fois plus de virus dans leurs poumons qu’un autre groupe de souris qui n’avaient pas reçu d’antibiotiques, en raison de différences dans la santé de leurs bactéries intestinales. Par conséquent, seulement un tiers des souris traitées aux antibiotiques ont survécu à la grippe, comparativement à 80 % de celles qui n’avaient pas été traitées.

Lorsque les chercheurs ont ensuite repeuplé les bactéries intestinales des souris qui avaient reçu des antibiotiques, ils ont constaté que cela leur avait redonné la capacité d’empêcher le virus de se multiplier dans les poumons pendant les deux premiers jours de l’infection et augmenté leurs chances de se remettre de la maladie.

En d’autres termes, les antibiotiques peuvent éliminer la résistance précoce à la grippe, ce qui prouve qu’ils ne doivent pas être pris ou prescrits à la légère.

Et les superbactéries grandissent tranquillement avant d’envahir le monde et d’attaquer les humains.

Adaptation La Terre du Futur / Terra Projects

source : http://strangesounds.org/

(655)

Laissez un message