Dernières Infos

La guerre en Ukraine a changé le monde

Pixabay License

La Russie bannie, l’embarras de la Chine, l’UE qui finance des armes et de lourdes sanctions : depuis le 24 février 2022, un nouvel ordre politique, économique et social s’est instauré.

La pandémie était censée transformer le monde. Au lieu de cela, la guerre de Poutine la modifie bien plus, à la vitesse de l’éclair. Il n’y a pratiquement aucun aspect de la vie, celle de la grande politique mais aussi celle des citoyens européens, qui n’ait pas changé en ce matin du 24 février 2022, lorsque les chars russes ont mis leurs moteurs en marche. Dans certains cas, il s’agit d’un tremblement de terre immédiat, dans d’autres d’un glissement tectonique qui, nous pouvons déjà le constater, aura d’énormes conséquences dans l’avenir. Pour commencer, Vladimir Poutine. Il était considéré comme un génie, un maître stratège. Aujourd’hui, c’est un homme seul et isolé qui a presque certainement commis l’erreur de sa vie : il a sous-estimé les Ukrainiens et l’Occident. Il était un leader à courtiser, maintenant il est un dictateur désespérément dangereux.

Dans les films, c’est le président américain qui joue habituellement le rôle du fou avec la mallette nucléaire, en réalité c’est le président russe. Par rapport à il y a un mois, la Russie est un paria international, acculé politiquement, économiquement et financièrement par l’homme qui voulait lui redonner sa grandeur. C’est un grand pays, mais il réalise peu à peu qu’il ne peut agir en tant que tel tant qu’il est dirigé par un régime kleptocratique armé. La démocratie russe était déjà plus que boiteuse : maintenant, la répression risque de devenir encore plus dure. L’Allemagne change. Pacifiste il y a encore quelques jours, terrifiée par son passé, bernée par le mercantilisme d’Angela Merkel, elle a aujourd’hui décidé de se réarmer, elle met cent milliards de dollars dans l’armée et envoie des armes aux défenseurs de l’Ukraine. Avec l’Allemagne, l’Europe se réveille : elle achète des armes, pour la première fois, et Ursula von der Leyen annonce que Kiev pourrait rejoindre l’UE, une perspective qui, si elle se concrétisait par une procédure d’adhésion accélérée, pourrait galvaniser davantage la résistance ukrainienne et éclaircir quelques idées à Poutine.

C’est une situation qui – si Emmanuel Macron, Mario Draghi et d’autres dirigeants d’Europe occidentale se montrent à la hauteur de la situation – pourrait être le soubresaut qui mène à la construction d’une véritable défense européenne. Une défense européenne – c’est encore plus évident aujourd’hui qu’hier – qui ne peut être qu’interne à l’OTAN. L’unité de l’Occident, qui était considérée comme quasi inexistante il y a encore un mois, a été renforcée par l’agression de Poutine à un degré inimaginable. La Turquie choisit de se ranger du côté de l’Occident. La Suède et la Finlande pourraient rejoindre l’OTAN. La Suisse abandonne des siècles de neutralité, y compris la neutralité bancaire, et gèle les comptes bancaires russes. Les pays d’Europe de l’Est, objectivement méprisés par ceux de l’Ouest, ont trouvé un nouveau rôle, à commencer par la Pologne et les trois États baltes : dans le monde de la confrontation entre puissances et face aux tyrans, ils ont l’expérience historique et la mémoire de la domination soviétique : désormais, l’UE n’est plus seulement l’Allemagne et la France. Par-dessus tout, l’UE est obligée de lever les yeux et d’observer ce qui se passe autour d’elle : les affaires et le commerce ne peuvent plus être séparés de la géopolitique.

Même la comparaison entre les régimes autocratiques et les démocraties, qui voyait les premiers avancer d’un pas assuré, a changé : les autocrates et les dictateurs sont forts en apparence mais, sans le contrôle du peuple, ils sont enclins à faire d’énormes bêtises. La Chine de Xi Jinping est prise au dépourvu et montre toute sa gêne. Au Conseil de sécurité des Nations unies, elle s’abstient sur la résolution condamnant l’agression contre l’Ukraine, sans y opposer son veto comme l’a fait Moscou. Il a un difficile exercice d’équilibre à réaliser maintenant. Pékin a beaucoup de clients mais pas d’amis : Xi dit en avoir un, Vladimir Poutine, mais il voit maintenant de quoi est fait l’aventurisme. En attaquant Kiev, l’homme du Kremlin se frotte à l’agenda hégémonique de Xi, qui a d’autres façons de faire, d’autres temps, d’autres idées pour conquérir l’Europe. En outre, Poutine se positionne comme le leader du nouvel ordre dans le supercontinent eurasien, un rôle que Pékin n’a pas l’intention de laisser à d’autres. De plus, par son agression, le Kremlin renforce l’Occident et les démocraties, au lieu de les affaiblir. Le leader chinois ne peut pas s’en réjouir : cela risque de faire reculer de plusieurs années sa stratégie d’affaiblissement de l’Amérique et de l’Europe, et de mettre à mal sa théorie du déclin inévitable de l’Occident. La Chine a besoin de la Russie, tant d’un point de vue géopolitique dans la confrontation avec Washington que pour l’approvisionnement en ressources, notamment énergétiques. Mais elle voit dans l’énormité de la mesure prise par Poutine de sérieux dangers et revers. Pékin observe, mais le perdant n’est pas nécessairement celui que Xi aimerait voir.

La vague de sanctions qui frappe l’économie et la finance russes a le potentiel d’accélérer le processus de découplage entre les économies libres et étatiques. Le système bancaire russe est coupé des zones monétaires dollar et euro. À cela s’ajoute la tendance désormais forte de la Chine à fermer des secteurs entiers de son économie et à ramener l’activité sous la stricte direction du parti communiste, au détriment des particuliers qui ont été les principaux protagonistes du boom des dernières décennies. La tendance au découplage – la zone dollar-euro d’un côté, le yuan de l’autre – devrait se renforcer dans un climat de conflit. Avec des conséquences sur l’approvisionnement et les chaînes d’approvisionnement et un protectionnisme croissant qui affectera tout le monde, l’Europe en tête.

C’est l’accélération d’un personnage de la nouvelle guerre froide du XXIe siècle. L’émotion, les larmes, les manifestations qui ont déferlé sur les villes européennes le week-end dernier montrent que l’assaut de Poutine n’a pas seulement ému les gouvernements, les hommes politiques, les armées et les diplomaties. Les citoyens sont sous le choc comme ils ne l’ont pas été depuis des décennies. Face au drame des Ukrainiens et à leur résistance, même le risque de voir les prix du gaz et de l’électricité augmenter encore est faible. Les émotions s’estomperont au fil du temps. Les divergences d’opinion se manifesteront à nouveau. Mais nous savons déjà que ce matin du 24 février 2022 a vu l’aube d’un monde nouveau. D’ici peu, nous saurons si nous l’apprécions ou pas.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.corriere.it/

(262)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :