Dernières Infos

Il y a un trou près du cratère tueur de dinosaures qui n’a pas de fond

l'astéroïde de Chicxulub

Il existe un trou béant dans le fond de l’océan, si profond que les scientifiques n’en ont pas encore détecté le fond.

L’abîme « sans fond » devient le trou bleu le plus profond du monde, battant le trou du dragon de la mer de Chine méridionale, dont le fond se trouve à 301 mètres (988 pieds) sous le niveau de la mer.

Le trou bleu de Taam Ja’, au large de la côte sud-est du Mexique, est plus profond de 100 mètres. Vu d’en haut, le gouffre de 150 mètres de diamètre ressemble à la pupille d’un œil, avec le fond marin céruléen qui l’entoure en guise d’iris.

Ce trou impénétrable se trouve dans une baie de la péninsule du Yucatan, à la frontière du Belize. Il a été officiellement décrit en 2023, lorsque les scientifiques ont estimé qu’il s’agissait du deuxième plus grand trou bleu du monde, sur la base de données échographiques.

Mais il y a un hic : Ce trou est si profond que même le son, qui voyage habituellement très bien dans l’eau, ne peut pas rebondir sur son fond. Taam Ja’ avale les échos des ondes acoustiques à haute fréquence avant qu’ils ne puissent pénétrer à plus de 274 mètres de profondeur.

L’un des problèmes pourrait être la présence connue de ce que l’on appelle la pycnocline, une frontière nette entre des eaux de densités différentes qui peut disperser les signaux acoustiques.

Pour déterminer la profondeur du trou noir, des chercheurs d’un centre public de recherche scientifique au Mexique, El Colegio de la Frontera Sur (ECOSUR), ont ancré un navire au milieu de l’œil et y ont déposé une ligne en décembre 2023. À l’hameçon se trouvait un instrument capable de mesurer la pression, la température et la conductivité de l’eau. Lorsque les 500 mètres de câble ont été déroulés, l’appareil n’avait toujours pas atteint le fond.

Les parois de calcaire et de gypse du trou bleu de Taam Ja’ étant légèrement inclinées, l’appareil s’est retrouvé à 420 mètres sous le niveau de la mer.

Le fond, écrivent les chercheurs d’ECOSUR, « n’a pas encore été atteint ».

Le trou bleu de Taam Ja’ dans la baie de Chetumal au Mexique. (Alcérreca-Huerta et al., Frontiers in Marine Science, 2024)

Il est possible que lors d’une prochaine expédition, des robots sous-marins puissent amener un instrument plus profondément, et les chercheurs d’ECOSUR sont prêts à recommencer.

Lorsque leur instrument a atteint la marque des 400 mètres à l’intérieur du trou, les données en temps réel ont relayé les conditions changeantes de l’eau qui ont soudainement convergé avec celles de la mer des Caraïbes. Cela suggère que le trou pourrait très bien comporter un tunnel qui le relie à l’océan plus étendu.

Le trou bleu de Taam Ja’ tel que modélisé en 2023. (Alcérreca-Huerta et al., Frontiers in Marine Science, 2023).

Le Yucatan est célèbre pour sa géologie en forme de fromage suisse. Il abrite un nombre impressionnant de 10 000 dolines, ou cenotes, remplies d’eau douce, ainsi qu’un vaste labyrinthe de grottes souterraines et de rivières sous-marines. Certains d’entre eux renferment même de précieux secrets archéologiques et biologiques dont nous n’aurions jamais eu connaissance sans la force motrice de la simple curiosité.

Le groupe de cenotes entoure le cratère de Chicxulub et, bien que les scientifiques ne sachent pas encore comment, ils soupçonnent fortement que l’impact célèbre pour avoir tué les dinosaures et de nombreux autres animaux est d’une certaine manière responsable de la géologie curieuse de la région aujourd’hui.

Avec la force d’une extinction, une toute nouvelle niche biologique s’est dessinée au fil du temps. Malgré leur obscurité et leur faible teneur en oxygène, les cénotes peuvent abriter des écosystèmes florissants.

Il pourrait en être de même pour le Taam Ja’ voisin.

Alors que les biologistes continuent d’explorer les trous bleus du monde entier pour mieux comprendre leur communauté biologique, ils ont parfois rencontré des formes de vie totalement nouvelles.

« Dans les profondeurs [du trou bleu de Taam Ja’] pourrait également se trouver une biodiversité à explorer, liée à des processus physicochimiques et géomorphologiques, formant un biotope unique », suggèrent les chercheurs d’ECOSUR.

L’équipe est prête à plonger.

L’étude a été publiée dans Frontiers in Marine Science.

Adaptation Terra Projects

Source : https://www.sciencealert.com/

(266)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.