Dernières Infos

Des légumes cultivés sur Mars, c’est possible !

La société Mars One a réussi à faire pousser des légumes dans des sols conçus pour imiter ceux de Mars et de la Lune. Les analyses ont montré qu’ils étaient comestibles, ouvrant de nouvelles perspectives sur la colonisation de la planète.

Des légumes frais, directement du producteur martien au consommateur, c’est possible. Selon une étude révélée jeudi 23, plusieurs tentatives destinées à vérifier si l’agriculture est envisageable sur Mars ont donné des résultats positifs.

Ces tests ont été menés par la société Mars One, qui travaille à une future implantation de l’homme sur la Planète rouge. Une implantation qui nécessiterait de faire pousser des légumes sur le sol martien tout comme Matt Damon avec ses pommes de terre dans Seul sur Mars. Il n’est en effet pas envisageable de ravitailler les colons depuis la Terre.

En association avec l’université de Wageningen (Pays-Bas), Mars One a testé la culture d’une dizaine de légumes dans des sols comparables à ceux de Mars ou de la Lune. Ils ont pu être reproduits à partir d’échantillons fournis par la NASA et en mélangeant des éléments présents sur Terre, notamment du désert de l’Arizona ou de l’île volcanique d’Hawaï.

La deuxième tentative a été la bonne. Non seulement les légumes ont poussé, mais les quatre premiers d’entre eux à être analysés -radis, petits pois, seigle et tomates- ont également été déclarés comestibles. En effet le défi n’est pas tant de faire pousser des légumes sur Mars que de ne pas s’empoisonner avec.

Le sol de la Planète rouge est en effet riche en métaux lourds -aluminium, fer, zinc ou encore arsenic. Autant d’éléments qui n’empêchent pas les légumes de croître mais qui sont potentiellement mortels pour l’homme. Mieux vaut donc éviter de déguster un radis à l’arsenic ou une tomate au zinc. Mais les équipes scientifiques sont formelles: leurs produits sont « consommables sans risque ». Ils sont même moins riches en métaux que des légumes cultivés dans du terreau.

Six autres légumes doivent encore être testés, mais les opérations de Mars One ont été interrompues par des problèmes de budget. La Société a d’ailleurs lancé une opération de financement participatif. Elle finira en août et les participants auront le privilège d’être les premiers à vérifier si les légumes martiens ont le même goût que les légumes terriens.

Les premiers départs d’humains à destination de Mars ne devraient pas se faire avant 2030, même si certains se disent plus optimistes. Mais la question des vivres est une des problématiques importantes, le voyage durant plusieurs mois et l’espace étant précieux à bord d’un vaisseau spatial.

La NASA a également lancé une vaste étude au Pérou, dont les sols sont assez proches de ceux que l’on trouve sur Mars, pour y faire pousser des pommes de terre.

source : http://www.francesoir.fr/

(118)

Laissez un message