Dernières Infos

Des chercheurs de l’USC découvrent de nouvelles preuves de la présence d’eau souterraine profonde sur Mars

La nouvelle étude des scientifiques suggère que des eaux souterraines profondes pouvaient toujours être actives et dans une zone géographique plus large que celle précédemment envisagée.

Les recherches menées par le Centre de recherche sur le climat et les eaux arides de l’USC suggèrent que des eaux souterraines profondes sur Mars pouvaient toujours être actives et créer des courants de surface dans certaines zones quasi-équatoriales de la planète.

À la mi-2018, des chercheurs soutenus par l’Agence spatiale italienne ont détecté la présence d’un lac en eau profonde sur Mars sous ses calottes glaciaires du pole sud. Les chercheurs de l’USC ont maintenant déterminé que les eaux souterraines existaient probablement dans une zone géographique plus vaste que les pôles de Mars et qu’il existait un système actif, d’une profondeur pouvant atteindre 750 mètres, à partir duquel les eaux souterraines remontaient à la surface par des fissures, dans certains cratères.

Le chercheur de l’USC Essam Heggy explorant le sous-sol de Mars, et le co-auteur Abotalib Z. Abotalib, associé de recherche postdoctoral à l’USC, ont étudié les caractéristiques de pentes d’un cratère de la planète et ainsi des courants d’eau apparaissaient sur certaines parois.

Les scientifiques pensaient auparavant que ces caractéristiques étaient associées au débit d’eau de surface ou à un écoulement proche d’eau souterraine, a déclaré Essam Heggy de l’USC, qui a ajouté que cette nouvelle recherche suggère que cela pourrait ne pas être vrai.

«Nous proposons une autre hypothèse selon laquelle ces eaux proviendraient d’une profonde source d’eau souterraine sous pression qui remonterait à la surface en remontant le long des fissures».

L’eau sur Mars : des similitudes ici sur terre

Abotalib, le premier auteur du document, a noté que leurs recherches en hydrologie désertique avaient permis de parvenir à cette conclusion.

« Nous avons observé les mêmes mécanismes dans le Sahara nord-africain et dans la péninsule arabique, ce qui nous a permis d’explorer le même mécanisme sur Mars », a-t-il déclaré.

Les deux scientifiques ont conclu que des fractures dans certains des cratères de Mars permettaient à des sources d’eau de remonter à la surface à la suite d’une pression exercée en profondeur. Ces sources ont coulé à la surface, générant les traits linéaires nets et distincts que l’on trouve sur les parois de ces cratères.

Une zone plus large de l’eau sur Mars ?

L’étude, publiée jeudi 28 mars 2019 dans Nature Geoscience, suggère que les eaux souterraines pouvaient être plus profondes qu’on ne le pensait auparavant. Les résultats suggèrent que ces sources d’eau sont un très bon candidat pour la recherche de l’habitabilité de Mars. Leurs travaux recommandent également de développer de nouvelles méthodes de sondage pour étudier ces fractures.

Adaptation La Terre du Futur

source : https://news.usc.edu/

(203)

Laissez un message

Laissez un message