Dernières Infos

Concorde 2, un brevet riche de promesses

Deepak Gupta, alias Patent Yogi, a une nouvelle fois révélé un petit bijou de brevet déposé par Astrium et EADS France, filiales du groupe Airbus. Cette information a été reprise par les médias du monde entier qui l’on qualifié de projet « Concorde 2 ».
Une belle formule pour un avion qui pourrait relier Paris à Tokyo en moins de 3 heures à la vitesse de 5.500 km/h en croisant à une altitude de 35.000 m. Avec ce simple brevet, on est bien loin du prototype ou même de l’avant projet, néanmoins celui-ci regorge d’idées que l’on retrouvera peut-être dans les avions stratosphériques dans quelques dizaines d’années.

3 moyens de propulsion pour amener 20 passagers à 5.500 km/h

Quand on voit comment la simple remotorisation de l’A380 a nécessité de mois de débats chez Airbus, un feu vert des comptables de l’avionneur européen au lancement d’un projet aussi ambitieux que ce Concorde 2 semble totalement hors de propos.
Pourtant ce supersonique est un vrai défi aux ingénieurs aéronautiques. L’avion décolle sur un aéroport classique via 2 turboréacteurs, puis un moteur fusée propulse l’appareil à la verticale jusqu’à 35.000 m d’altitude. Pendant cette montée vertigineuse, les réacteurs sont escamotés dans le fuselage pour permettre à la machine d’accélérer jusqu’à Mach 4,5. Arrivée à son altitude de croisière, des statoréacteurs prennent le relais et vont amener les quelques dizaines de passagers privilégiés à Tokyo, New-York.

Concorde 2, une synthèse des technologies aéronautiques et spatiales actuelles

Un système de propulsion optimisé pour chaque phase de vol, c’est sans doute un rêve d’ingénieur. Reste à voir si une telle machine peut atteindre les performances et l’autonomie espérée. Certaines des solutions techniques sont déjà bien connues. Les français ont testé les statoréacteurs depuis la fin des années 40 avec les appareils de  René Leduc puis le fantastique Nord 1500 Griffon de Nord Aviation. Du point de vue aérodynamique, on retrouve l’idée des dérives basculantes du SpaceShipTwo de Virgin Galactic. Si ce Concorde 2 est techniquement réalisable, quelle sera l’équation économique d’un tel appareil qui ne pourrait emporter qu’une vingtaine de passagers disposé à supporter un vol aussi agité pour gagner quelques heures. Quand à l’empreinte carbone de tels vols…

TDF

Sources : « Could we fly from London to New York in an hour? », BBC News, 5 août 2015

« Ultra-Rapid Air Vehicule and Related Method for Aerial Locomotion », Brevet Astrium / EADS France, 14 juillet 2015

(260)

Laissez un message