Dernières Infos

Chutes de neige plastique dans les Alpes

© ZAMG/Christian Schober

Dans une nouvelle étude, le chercheur de l’Empa, Dominik Brunner, en collaboration avec des collègues de l’Université d’Utrecht et de l’Institut central autrichien de météorologie et de géophysique, examine la quantité de plastique qui tombe sous forme de neige sur nous depuis l’atmosphère. Selon l’étude, certains nanoplastiques parcourent plus de 2000 kilomètres dans l’atmosphère. D’après les chiffres des mesures, environ 43 trillions de particules de plastique tombent en Suisse chaque année. Les chercheurs ne s’accordent toujours pas sur le nombre exact. Mais d’après les estimations de l’étude, il pourrait y avoir jusqu’à 3 000 tonnes de nanoplastiques qui recouvrent la Suisse chaque année, des Alpes reculées aux plaines urbaines. Ces estimations sont très élevées par rapport à d’autres études, et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour vérifier ces chiffres.

L’étude est un territoire scientifique inexploré, car la propagation des nanoplastiques dans l’atmosphère est encore largement inexplorée. Le résultat de la recherche de Brunner est le résultat le plus précis jamais réalisé de la pollution atmosphérique par les nanoplastiques. Pour compter les particules de plastique, M. Brunner et ses collègues ont mis au point une méthode chimique qui détermine la contamination des échantillons à l’aide d’un spectromètre de masse.

Des conditions extrêmes

Les scientifiques ont étudié une petite zone située à une altitude de 3106 mètres au sommet de la montagne « Hoher Sonnenblick » dans le parc national des « Hohe Tauern » en Autriche. Un observatoire de l’Institut central de météorologie et de géodynamique y est installé depuis 1886. L’observatoire est dirigé par la météorologue et chercheuse en Arctique Elke Ludewig. Depuis le début des recherches à la fin du XIXe siècle, l’observatoire n’a été inactif que quatre jours. La station de recherche a également servi de base pour l’étude sur la propagation des nanoplastiques dans les zones reculées.

Chaque jour, et quelles que soient les conditions météorologiques, les scientifiques ont retiré à 8 heures du matin une partie de la couche supérieure de neige autour d’un repère et l’ont soigneusement stockée. La contamination des échantillons par les nanoplastiques présents dans l’air ou sur les vêtements des scientifiques a constitué un défi particulier. Au laboratoire, les chercheurs devaient parfois rester immobiles lorsqu’un collègue manipulait un échantillon ouvert.

L’origine des minuscules particules a été retracée à l’aide des données européennes sur les vents et la météo. Les chercheurs ont pu montrer que la plus grande émission de nanoplastiques dans l’atmosphère se produit dans les zones urbaines à forte densité de population. Environ 30 % des particules nanoplastiques mesurées au sommet de la montagne proviennent d’un rayon de 200 kilomètres, principalement des villes. Cependant, il semble que les plastiques provenant des océans du monde entier se retrouvent également dans l’air par le biais des embruns des vagues. Environ 10 % des particules mesurées dans le cadre de l’étude ont été projetées sur la montagne par le vent et les conditions météorologiques sur plus de 2 000 kilomètres, certaines provenant de l’Atlantique.

Les nanoparticules dans le sang

On estime que plus de 8300 millions de tonnes de plastique ont été produites dans le monde à ce jour, dont environ 60% sont aujourd’hui sous forme de déchets. Ces déchets s’érodent sous l’effet des intempéries et de l’abrasion mécanique, passant des macro- aux micro- et nanoparticules. Mais le plastique mis au rebut est loin d’être la seule source. L’utilisation quotidienne de produits en plastique tels que les emballages et les vêtements libère des nanoplastiques. Les particules de cette taille sont si légères que leur mouvement dans l’air peut être comparé à celui de gaz.

Outre les plastiques, il existe toutes sortes d’autres particules minuscules. Du sable du Sahara aux plaquettes de frein, le monde entier bourdonne dans l’atmosphère sous forme d’abrasion. On ne sait pas encore si ce type de pollution atmosphérique constitue une menace potentielle pour la santé de l’homme. Les nanoparticules, contrairement aux microparticules, ne finissent pas seulement dans l’estomac. Elles sont aspirées profondément dans les poumons par la respiration, où leur taille peut leur permettre de traverser la barrière cellule-sang et de pénétrer dans la circulation sanguine humaine. La question de savoir si cela est nuisible, voire dangereux, reste toutefois à étudier.

La recherche a été publiée dans Environmental Pollution.

Adaptation Terra Projects

Source : https://phys.org/

(193)

Laissez un message

%d blogueurs aiment cette page :